Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

La lâcheté sidérante du candidat de la France Insoumise sur Chambéry

19 Mai 2022, 11:51am

Publié par Acac73

La lâcheté sidérante du candidat de la France Insoumise sur Chambéry

Ce mardi, France 3 Alpes organisait un premier débat entre les candidats de la circonscription des Vallées de l’Arve et de Chamonix, suivi par un second avec les candidats de la Circonscription de Chambéry et des Bauges.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/haute-savoie/chamonix/video-legislatives-2022-voir-le-grand-debat-de-la-sixieme-circonscription-de-haute-savoie-le-pays-du-mont-blanc-2544836.html

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/savoie/chambery/video-legislatives-2022-voir-le-grand-debat-de-la-la-quatrieme-circonscription-de-la-savoie-2544208.html

Pour Chamonix, un tiers du débat a porté sur l’urgence du renvoi sur la Savoie des 600 000 poids-lourds qui traversent le tunnel du Mont-Blanc chaque année.

Le journaliste qui avait lancé le sujet du Lyon-Turin et du report des poids-lourds sur le rail avec les élus de Chamonix n’avait pas prévu que ce sujet soit abordé avec ceux de Chambéry.

Il a fallu l’intervention de François GAUDIN et de Patrick MIGNOLA à la fin du débat pour que ce sujet fondamental pour Chambéry et la Maurienne soit évoqué.

A la question du journaliste, « maintenant que le tunnel du Lyon-Turin est lancé, faut-il aller au bout ? », Jean-François COULOMME, le candidat de la France Insoumise, a lâchement répondu qu’il « faudrait une commission parlementaire pour regarder si vraiment il y a une opportunité à continuer ces travaux ».

Et pour le projet de RER autour de Chambéry, il a eu le culot d’indiquer qu’il était pour alors que son programme nécessite la suppression des ¾ des TER desservant Chambéry pour qu’il soit appliqué

Voter pour la France Insoumise : une catastrophe pour Chambéry

La nomination de Jean-Luc Mélenchon au poste de premier Ministre ne dépend certainement pas de l’élection d’un député sur Chambéry, mais il ne fait aucun doute que l’élection d’un candidat savoyard opposé au Lyon-Turin et pour la suppression de ¾ des TER serait une catastrophe pour notre bassin de vie.

Que chacun prenne ses responsabilités.

Lire la suite

Le mépris de la France Insoumise pour les Chambériens et les Aixois

17 Mai 2022, 16:02pm

Publié par Acac73

Le mépris de la France Insoumise pour les Chambériens et les Aixois

On avait alerté le 29 avril dernier sur les conséquences dramatiques pour les Chambériens et les Aixois du programme transport de Jean-Luc Mélenchon exigeant l’arrêt du projet Lyon-Turin et le chargement annuellement sur la ligne ferroviaire qui traverse Chambéry d’un million de poids-lourds par an, ce qui équivaut à environ le rajout de 140 trains de marchandises chaque jour. A la vue de la capacité de la ligne dans le nœud ferroviaire chambérien, cela nécessite de supprimer les ¾ des TER et TGV desservant Chambéry.

http://www.acac73.org/2022/04/fabienne-grebert-et-jean-luc-melenchon-veulent-supprimer-75-des-ter-sur-chambery.lesquels.html

On attendait vivement que les candidats locaux de la France Insoumise s’engagent à défendre la desserte TER de leur territoire, la tranquillité des riverains de la ligne ferroviaire qui traverse le cœur de nos agglomérations et la protection du Lac du Bourget, le plus grand lac d’eau naturel en France, comme l’avait fait à l’époque Henri DUPASSIEUX, l’ancien vice-président EELV aux transports de l’agglomération de Chambéry, malgré les menaces de certains élus EELV de la Région.

Il n’en a rien été. Au contraire, les responsables chambériens de la France Insoumise ont fait preuve d’un silence assourdissant, ont discrètement invité leurs militants à une réunion contre le projet Lyon-Turin à Chapareillan le 13 mai dernier et ont manifestement sous-traité à l’association France Nature Environnement Savoie, la défense de leur programme catastrophique pour notre territoire, en affirmant que « Les solutions sur la ligne actuelle améliorée existent donc, et pas besoin de se lancer dans de coûteux travaux inutiles via les accès du projet Lyon-Turin »

https://www.fne-aura.org/actualites/savoie/oui-au-rail-non-a-la-route-debat-sur-le-transport-des-marchandises/

France Nature Environnement : la grande cacophonie

L’organisation de cette réunion par FNE73 est d’autant plus surprenante, qu’elle renie les positions précédentes de la FRAPNA et actuelles de FNE74.

  1. Il y a quelques semaines, sur France3, la présidente de FNE74 demandait, à l’occasion de la fermeture du tunnel routier du Mont-Blanc, le chargement des 700 000 poids-lourds annuels passant à Chamonix vers l’Italie sur la plateforme d’AITON située après la VRU de Chambéry.

https://www.facebook.com/inspiremontblanc/videos/716181096203403

  1. En 2012, lors de l’enquête publique sur les accès au Lyon-Turin, la FRAPNA 73 avait demandé « la limitation du trafic fret en bordure du lac du Bourget et dans les agglomérations d’Aix les Bains et Chambéry » pour préserver le lac du Bourget et les 30 000 habitants qu’il alimente en eau potable.  En effet, la ligne historique qui serpente sur les rives du lac du Bourget et sous des parois rocheuses instables subit régulièrement des chutes de rochers :

 

Le débat contradictoire, pas une nécessité pour FNE 73 et LFI.

A noter que FNE73 et LFI n’ont pas la même conception du débat républicain que nous. En 2016, nous avions organisé à Chambéry un débat sur les alternatives au Lyon-Turin, invitant, entre autres, Daniel Ibanez et Dominique Dord à s’exprimer tout au long de notre présentation. Le 25 mai prochain, ni l’ACAC73, ni l’Association pour la Défense des RIves et du LAc du Bourget, ni la CGT Cheminot ne sont invitées. Ils auront peut-être le droit de s’exprimer quelques secondes à la fin de la présentation comme pour la réunion en 2017 des Amis de la Terre à Aix les Bains.

http://www.acac73.org/2016/05/lundi-30-mai-20h30-a-chambery-debat-sur-les-alternatives-au-lyon-turin.html

 

Les candidats de LFI et EELV totalement soumis à la Famille MELENCHON ?

Rappelons qu’en mai 2021, Jean-Luc Mélenchon avait obtenu d’EELV quelques minutes après un tweet de Daniel Ibanez la censure d’un texte sur un site d’EELV demandant la réalisation rapide des accès au Lyon-Turin

http://www.acac73.org/2021/05/eelv-et-le-lyon-turin-une-position-unanime-independante-ecologique-ethique-constante-responsable-democratique.vraiment.html

On note également que son gendre, parachuté à Lyon pour les législatives le mois prochain après avoir été candidat en région parisienne, dans le Jura, puis en Isère, se sert du Lyon-Turin et du soutien de Daniel Ibanez pour essayer de se faire connaitre localement et de passer pour un Chevallier blanc de l’écologie.

https://www.ledauphine.com/economie/2021/09/18/maurienne-ecologistes-et-france-insoumise-viennent-soutenir-les-opposants-au-lyon-turin

Comme on l’a déjà indiqué, le programme transport pour la Savoie de Jean-Luc MELENCHON est la reprise en pire des affirmations de Daniel Ibanez.

https://melenchon2022.fr/livrets-thematiques/transports/

https://www.leji.fr/images/climat/2021/12/cahier-lyon-turin.pdf

 

Tunnels Lyon-Turin : un écocide. L’eau potable en danger en Maurienne. Vraiment ? ou plutôt à Aix les Bains avec la ligne historique.

Gabriel AMARD, en visite cet hiver à la station de la NORMA, affirme que le Lyon-Turin met en danger l’eau potable. On s’étonne que Gabriel AMARD et FNE soit beaucoup plus soucieux du tarissement de quelques sources de jardin par les descenderies du Lyon-Turin que des conséquences de l’alimentation des 300 canons à neige de cette station de ski.

http://villarodin-bourget.fr/regie-et-services/

Ils voudraient également faire croire que le tunnel du Lyon-Turin va vider l’eau des massifs montagneux.

Si c’était le cas, nul doute qu’en Suisse, les lacs de plusieurs millions de mètres cube du Curnera, Nalps et de Santa Maria se seraient déversés depuis longtemps dans le tunnel ferroviaire du Gothard qui passe juste en dessous, ou à Lyon dans le métro vu que plusieurs lignes passent sous le Rhône et la Saône.

S’il y a un risque d’écocide, c’est bien avec l’utilisation démesurée qu’ils souhaitent de la ligne historique, pour les 30 000 habitants d’Aix les Bains qui s’alimentent avec l’eau du lac du Bourget.

Rappelons que la ligne ferroviaire actuelle voit passer la quasi-totalité des matières dangereuses entre la France et l’Italie, celles-ci étant totalement interdite au tunnel routier du Mont-Blanc et fortement contrainte dans le tunnel routier du Fréjus. On n’ose pas imaginer les conséquences de la chute d’un rocher (phénomène fréquent à Brison) sur un wagon citerne rempli de matière dangereuse au bord du lac.  Et vu la taille des rochers, il faudrait consacrer des centaines de millions d’euros et couper la ligne ferroviaire et la départementale pendant plusieurs années pour essayer de protéger la voie ferrée et le lac.

Des champions de la manipulation

Dans le cahier du Lyon-Turin de la France Insoumise rédigé par Daniel Ibanez 

https://www.leji.fr/images/climat/2021/12/cahier-lyon-turin.pdf

 

  • Ils affirment qu’on peut faire passer 100 trains de marchandises par jour dans Chambéry, vu qu’on le faisait en 1998. Ils oublient de dire qu’en 1998, il passait moitié moins de TER qu’aujourd’hui.    
  • Ils présentent ensuite une diapositive de l’observatoire de la saturation des accès alpins de septembre 2020 qui indique le nombre de trains circulant en 2017, et pour la capacité de la section la plus contrainte, ressortent une diapositive de 2012 donnant une capacité totale théorique voyageur et fret de 280 trains par jour dans Chambéry au lieu de la diapositive de l’observatoire de décembre dernier donnant une capacité pratique maximum de 79 trains de marchandise par jour avec 600 millions de travaux. 
  • Ils affirment que la ligne existante est concurrentielle avec la route entre la France et l’Italie dans les Alpes, mais oublient de dire que l’autoroute ferroviaire Alpine entre Aiton et Turin bénéfice de 300 euros de subvention pour chaque remorque transportée

 

La Fédération Nationale des transporteurs routiers. Le lobby exemplaire pour la France Insoumise.

Le gendre de Jean-Luc Mélenchon a également repris les affirmations contenues dans le courrier commun des Amis de la Terre et de la Fédération Nationale du Transport Routier affirmant que ce dernier était prêt à charger un million de poids-lourds chaque année sur la ligne historique.

http://www.gabrielamard.eu/post-de-gabriel/321-avec-l-union-populaire-et-jean-luc-melenchon-il-sera-mis-fin-au-gaspillage-de-l-argent-public-au-gaspillage-de-l-eau-et-a-un-ecocide-sans-precedent-les-tunnels-de-lyon-a-turin.html

 

Ce courrier conjoint d’une association « écologiste » et du plus gros lobbyiste français du transport routier a tellement fait rire toute la profession que la FNTR vient de préciser dans son livre « blanc » à destination des candidats aux élections présidentielles et législatives qu’il « souhaite la mise à niveau des infrastructures pour le fret ferroviaire et le transport combiné, en particulier en favorisant la norme P400 des semi-remorques de 4m de haut sur le réseau. »

https://www.fntr.fr/sites/default/files/2022-01/Livre-Blanc-2022_FNTR.pdf

Rappelons que la ligne historique n’est pas au gabarit P400 européen mais GB1, réduisant donc au néant les affirmations contenus dans le courrier des Amis de la Terre

 

Bernadette LACLAIS : la référence de la France Insoumise.

Autre point hilarant, pour mieux enfumer ses militants sur l’état de la ligne historique, le gendre de Jean-Luc Melenchon a repris tel quel dans l’argumentaire de Daniel Ibanez une déclaration de Bernadette Laclais, ancienne Maire PS de Chambéry, indiquant qu’il y aurait eu un milliard de travaux sur la ligne historique entre Dijon et Modane.  En réalité, c’est entre Valence et Montmélian qu’il y a eu plus de 600 millions de travaux (électrification, mise au gabarit GB1 et doublement de la voie), ce qui n’empêche pas Eric Piolle, le maire de Grenoble, autre grand opposant au Lyon-Turin, de refuser tout train supplémentaire de marchandise dans sa ville mais de prôner le rajout d’une centaine par jour chez sa voisine chambérienne.   

Le cadeau de Jean-Luc MELANCHON à son gendre pour sa candidature à Lyon

Dans son programme présidentiel, M. MELENCHON souhaite l’arrêt du Lyon-Turin, l’utilisation de la seule ligne ferroviaire qui traverse Chambéry pour y transfère un million de poids-lourds, mais pour Lyon, veut « accélérer le contournement ferroviaire de Lyon en lui débloquant dès les premiers mois les financements nécessaires » pour supprimer les trains de marchandise dans Lyon et développer le trafic TER dans la seule métropole lyonnaise.

Rien n’est trop beau pour les candidats toulousains : pas d’opposition pour les 14 milliards de la LGV à 320 km/heure.

Pour ce doublement de la ligne existante à 160 km/heure, aucune opposition. Jean-Luc Mélenchon préconise juste un audit, il ne faudrait pas pénaliser ses quatre candidats à Toulouse. Rappelons que la ligne entre Chambéry et Lyon est limitée à 90km/heure jusqu’à Saint André le Gaz, et que le projet Lyon-Turin prévoie juste de doubler la ligne avec une nouvelle ligne mixte voyageur et fret à 200 km/heure et non à 320 km/heure comme à Toulouse.

CASTEX et MELENCHON : même hold-up contre les Alpes

Depuis son ascension au poste de Premier Ministre, il n’a eu de cesse d’organiser une course de lenteur pour les accès au Lyon-Turin et de donner un grand coup d’accélérateur au projet de LGV de sa Région Toulouse-Bordeaux et Montpellier-Perpignan, puis d’essayer d’organiser un hold-up sur les financements promis par l’Europe de 50% de la nouvelle ligne d’accès au Lyon-Turin mixte voyageur et marchandise vers la ligne à très grand vitesse Toulouse-Bordeaux.

Lire la suite

L’immobilisme d’Emmanuel Macron sur les accès du projet européen Lyon-Turin va couter chaque jour des millions d’euros à la France et des tonnes de co2 contre le climat.

9 Mai 2022, 20:00pm

Publié par Acac73

L’immobilisme d’Emmanuel Macron sur les accès du projet européen Lyon-Turin va couter chaque jour des millions d’euros à la France et des tonnes de co2 contre le climat.

L’immobilisme d’Emmanuel Macron sur les accès du projet européen Lyon-Turin va couter chaque jour des millions d’euros à la France et des tonnes de co2 contre le climat.

 

Si on se félicite de l’avancée des travaux du tunnel de base entre la Maurienne et l’Italie, on se désespère de l’absence de décision en France depuis 5 ans sur les accès entre la Maurienne et Lyon.

L’enjeu est pourtant fondamental, il s’agit de pouvoir rajouter dès l’ouverture du tunnel de base vers 2031, plus d’une centaine de trains de marchandise par jour entre l’Italie et la France pour enlever chaque année de nos vallées et de la VRU de Chambéry plus d’un million de poids-lourds, et pour rajouter une dizaine de TGV par jour entre la France et l'Italie pour concurrencer efficacement la liaison aérienne entre Milan et Paris, une des plus importantes lignes en Europe d’après Greenpeace.

L’Italie sera prête, elle a défini ses accès en 2017 et a lancé l’exécution de ses accès entre Turin et le tunnel de base cette semaine pour que ceux-ci soient réalisés à l’ouverture du tunnel de base en 2031.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/savoie/tunnel-lyon-turin-le-gouvernement-italien-donne-son-feu-vert-pour-la-construction-du-dernier-troncon-2538800.html

Quant à la France, rien ne bouge depuis l’enquête publique en 2012. Nous avions entendu le ministre des Transports à Chambéry le 5 septembre dernier, promettre que les accès seraient définis au plus tard début 2022.

https://www.ledauphine.com/societe/2021/09/06/lyon-turin-les-acces-seront-definis-debut-2022-annonce-le-ministre-jean-baptiste-djebbari

Aujourd’hui, toujours aucune décision n’a été prise.

Pire encore, SNCF Réseau nous a indiqué en décembre dernier, qu’à l’issue de la décision du gouvernement, une étude de plusieurs mois serait réalisée pour connaitre la rentabilité socio-économique du projet.

 Manifestement, pour le Président de la République, les 3 millions de poids-lourds qui traversent les Alpes chaque année entre la France et l’Italie ne serait pas un motif suffisant.

Les élus de 2022 n’auront pas à gérer les conséquences de cet immobilisme, mais leurs successeurs en 2031, à l’ouverture du tunnel de base, devront répondre à coup sûr :

  • d’inaction climatique : le tunnel de base ne sera pas en mesure d’accueillir les 160 trains prévus pour un report massif des marchandises et des voyageurs sur le rail.
  • de Gestion catastrophique de l’argent public : les 9 milliards d’euros investis par l’Italie, l’Europe et la France pour le tunnel de base ne pourront être exploités à leur juste valeur.

 

Nous espérons que le Président de la République décide rapidement du lancement des travaux et ne laisse pas un tel héritage à son successeur. D’autant plus que l’Europe propose actuellement de subventionner les accès à hauteur de 50%.

Plus précisément, nous souhaitons que les travaux pour le tunnel monotube de 25 km sous Chartreuse pour les marchandises soient lancés immédiatement pour être au rendez-vous en 2031, et que dans la foulée, le lancement du tunnel monotube sous Belledone pour les marchandises et sous Dullin l’Epine pour les voyageurs.

Nous exigeons également, à l’inverse des élus Émilie Bonnivard et Florian Maitre, que le Président décide d’un phasage et non d’un scénario qui abandonnerait le tunnel sous Dullin-L ’Epine pour les voyageurs. L’objectif est-il de rediriger les financements européens de cette section voyageur limitée à 90 km/heure du Lyon-Turin vers la LGV à 320 km/heure Toulouse-Bordeaux au lieu de 160 km/heure sur la ligne existante ?

Rappelons que la section à voie unique dans l’avant pays savoyard est limitée à 90 km/heure en raison de sa sinuosité et que la nouvelle ligne sous Dullin l’Epine permettrait de faire circuler les TGV et des TER Express à 200 km/heure, ce qui permettrait un report massif des déplacements autoroutiers entre les Pays de Savoie et Lyon.

Ce n’est que le minimum que les élus de la Savoie devraient exiger, en contre partie du projet Lyon-Turin qui ne sert, dans sa composante fret qu’à enlever des milliers de poids-lourds de nos vallées et de la VRU Chambéry, trafic qui n’apporte rien à la Savoie si ce n’est de la pollution et de la congestion.

 

Les défenseurs sanctionnés, les opposants invités et décorés   

On est d’autant plus inquiet de l’immobilisme actuel, que le gouvernement a pour habitude ces derniers temps de sanctionner les défenseurs du projet Lyon-Turin et de récompenser ses opposants.

  • Daniel Ibanez, leader des opposants au Lyon-Turin et opposé à toute fiscalité écologique, est invité au Ministère à la COMMISSION SPÉCIALISÉE MOBILITÉ DU CONSEIL NATIONAL DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE

 

  • La présidente de FNE Chamonix, opposée en même temps et à tout prix au trafic poids-lourds dans sa vallée et au projet Lyon-Turin, a été promue en 2021 officier de l’ordre du Mérite et a reçu la médaille du mérite il y a quelques semaines.

 

  • Le président de TELT, la société qui a mené a bien les travaux du tunnel de base, a été débarqué du jour au lendemain le mois dernier

 

  • Typhanie Degois, actuelle députée de Savoie, la seule élue depuis 5 ans à Aix les Bains à s’être battue pour le Lyon-Turin et contre l’augmentation du nombre des trains de marchandises sur la ligne historique qui traverse Aix les Bains et serpente sur les rives du lac du Bourget, n’a pas obtenu l’investiture en Marche pour les élections législatives de juin 2022. En Marche a imposé à la place Marina Ferrari, qu’on n’a jamais entendu depuis 15 ans sur ce sujet pourtant crucial pour le devenir d’Aix les Bains et la protection du Lac du Bourget.

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Fabienne Grebert et Jean-Luc Mélenchon veulent supprimer 75% des TER sur Chambéry. Lesquels ?

29 Avril 2022, 10:45am

Publié par Acac73

Crédit : Wikimedia Commons Florian Pépellin

Crédit : Wikimedia Commons Florian Pépellin

Fabienne Grebert et Jean-Luc Mélenchon veulent supprimer 75% des TER sur Chambéry. Lesquels ?

Ceux provenant de la Maurienne, de la Tarentaise, d’Annecy, de Genève, de Culoz, de l’Avant Pays Savoyard, de Lyon, de Grenoble et de Valence ?

C’est ce qu’on aimerait bien savoir, vu que c’est la conséquence inéluctable du programme présidentiel de Jean-Luc Mélenchon, reprise en pire des affirmations extravagantes des leaders des opposants au Lyon-Turin Daniel Ibanez et Eric Piolle.

Pour Daniel Ibanez, pas besoin du Lyon-Turin, on peut rajouter immédiatement 100 trains de marchandises par jour dans Chambéry pour enlever 700 000 poids-lourds par an de la route

En 2015, Daniel Ibanez affirmait dans le Monde en 2015 qu'à la place du Lyon-Turin, pour les trains de marchandise « on pourrait en mettre 100 de plus, soit, à raison de 20 camions par train, 2 000 par jour et quelque 700 000 par an » sur la ligne historique qui passe dans Chambéry.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2015/07/13/pour-financer-le-lyon-turin-deux-parlementaires-proposent-une-taxe-regionale-pour-les-poids-lourds_4681539_3244.html

Pour Eric Piolle, on peut rajouter immédiatement 100 trains de marchandises par jour dans Chambéry mais aucun dans sa ville de Grenoble. On ne sait toujours pas pourquoi !

https://www.ades-grenoble.org/wordpress/2016/04/15/le-projet-de-ligne-a-grande-vitesse-lyon-turin-nest-pas-dinteret-communal/

Pour Fabienne Grebert, il faut charger un maximum de poids-lourds sur le train, mais pas à Lyon ou à Paris au plus proche des centres industriels et des zones logistiques, mais à Ambérieu, au milieu de nul part. Juste pour interdire les poids-lourds au tunnel du Mont-Blanc et les renvoyer en Savoie ?  

https://europeecologie.eu/lyon-turin-transportons-les-marchandises-par-le-rail-sans-megaprojet-inutile-et-impose

Pour Jean-Luc Mélenchon, c’est carrément un million de poids-lourds par an que l’on peut enlever sans délai.

Jean-Luc Mélenchon, dans son programme présidentiel de 2022, a lui carrément arrondi « au million le nombre le nombre de camions entre la France et l’Italie » qu’il serait possible de mettre « sans délai » sur la ligne SNCF historique, ce qui ferait, selon la règle de Daniel Ibanez, 140 trains supplémentaire de marchandise par jour dans Chambéry 

https://melenchon2022.fr/livrets-thematiques/transports/

Il passe déjà 150 trains par jour dans Chambéry. Le rajout de 140 trains est-il possible ?

 Manifestement, Jean-Luc Mélenchon n’a jamais posé la question aux associations d’usagers, aux syndicats de cheminots et à SNCF Réseau.

Comme nous, depuis 10 ans, les associations d’usagers, les syndicats ne cessent d’affirmer, qu’en regard du trafic TER et TGV aujourd’hui sur Chambéry, la capacité de la ligne historique du 19° siècle est incapable d’assurer un report modal massif des poids-lourds sur le rail à la différence du projet Lyon-Turin.

Le 7 décembre dernier, lors d’une réunion de l’observatoire de la saturation des accès alpins, SNCF Réseau a indiqué précisément la capacité maximum de la ligne en la saturant jour et nuit :

  •  En gardant le trafic actuel de TER et de TGV, en prévoyant juste la réouverture de la gare à Chignin, et avec un prérequis de 600 millions d’euros de travaux, SNCF Réseau a indiqué que la capacité fret maximum de la ligne en provenance d’Ambérieu était juste de 79 trains par jour. Il passe aujourd’hui autour de 25 trains de marchandises par jour, ce qui donne l’ajout théoriquement possible de 54 trains de marchandises par jour, principalement la nuit et en dehors des heures de pointe en journée.

A noter que, Daniel Ibanez, présent à cette réunion, n’a pas contesté ces chiffres, et a uniquement demandé si la réouverture de la gare de Chignin était vraiment opportune, ce qui démontre encore une fois l’absence total d’intérêt de ces opposants pour les trains du quotidien des Savoyards

Pour faire passer 140 trains supplémentaires de marchandises dans Chambéry sur une ligne qui ne peut en accepter qu’une cinquantaine de plus, il va donc falloir, selon le projet de Jean-Luc Mélenchon, supprimer 90 TER par jour sur les 120 qui desservent Chambéry et 50 suivant Daniel Ibanez et les élus EELV de la Région. Lesquels ? 

 

Quand les élus et candidats locaux bafouent la démocratie et méprisent leurs concitoyens.

Les représentants chambériens de FI et d’EELV sont-ils totalement soumis à leurs barons Grenoblois, Lyonnais et Parisiens ? Quelle est la sincérité de leurs actions ?

Leur silence est assourdissant. On a juste entendu leur porte-parole local indiquer l’an dernier que ce n’était qu’un détail technique !

On souhaiterait :

  • qu’ils l’indiquent clairement aux usagers des TER savoyard qu’ils verront la majorité de leurs trains supprimés,
  • aux milliers de riverains immédiats qu’ils devront supporter un trafic incessant de jour comme de nuit,
  • aux citoyens engagés contre le réchauffement climatique qui n’auront aucun espoir d’avoir un report massif sur le rail des 3 millions de poids-lourds qui passent au travers des Alpes entre la France et l’Italie chaque année, ni d’un report sur les TGV des 20 vols quotidien entre Milan et Paris, ni d’une amélioration radicale de la ligne ferrée entre Chambéry et Lyon limitée à 90 km/heure en raison de sa sinuosité entre Chambéry et Saint André le Gaz.

On souhaiterait vivement également que Arthur Boix-Neveux, le Maire de Barberaz, clarifie sa position sur le sujet, la pose de simples murs anti-bruit et l’ajout d’une centaine de trains par jour sur la ligne historique qu’exige à longueur de journée son premier adjoint, tout en bloquant systématiquement ses contradicteurs, n’est certainement pas la solution que souhaitait ses concitoyens qui l’on élu.

Même demande pour les élus chambériens, Alexandra Caron-Cusey, Claudie Ternoy-Léger, Jean-Pierre Béguin, Sabrina Fatma Haerinck, qui ont signé le courrier du 10 mars dernier de Fabienne Grebert à la Ministre de l’Ecologie, sans en avoir jamais débattu publiquement à Chambéry.  

Idem pour Patrick Mignola, qui au gré du vent, prend des positions totalement contradictoires.  

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/lyon-turin-autant-depolluer-alpes-maintenant-affirme-patrick-mignola-vice-president-region-1012563.html

Pour lui, 3 millions de poids-lourds chaque année au travers des Alpes entre la France et l’Italie n’est pas une preuve de besoin, et manifestement, il n’a jamais rencontré les dirigeants des sociétés de fret ferroviaire, qui lui auront expliqué simplement que les couts d’exploitation de la ligne historique ne permettent pas de concurrencer efficacement le transport routier, à moins de subvention lourde, comme pour l’autoroute ferroviaire entre Aiton et Turin, qui bénéficie d’environ 300€ pour chaque remorque transportée.

Pour preuve également, l’abandon le mois dernier de l’autoroute ferroviaire entre Calais et Turin via Chambéry et la Maurienne par VIAA, une filiale de la SNCF et sa reprise par la société allemande CARGOBEAMER en passant désormais par les tunnels de base suisses.

https://intermodale24-rail.net/news/news.html#0220321

Lire la suite

10° anniversaire de la tragédie sur la VRU de Chambéry. Rien ne bouge, à quand la prochaine catastrophe ?

12 Avril 2022, 21:56pm

Publié par Acac73

10° anniversaire de la tragédie sur la VRU de Chambéry. Rien ne bouge, à quand la prochaine catastrophe ?

Il y a tout juste 10 ans, un poids-lourd descendant du tunnel du Fréjus en Maurienne, avec des freins défectueux, avait défoncé la glissière centrale sur la VRU et était allé percuter 4 voitures dans le sens inverse causant le décès de 4 personnes.

Depuis 10 ans, rien n’a été fait pour éviter une nouvelle tragédie, à part la mise en place d’un affichage dynamique de la vitesse sur la VRU, qui reste figé à 90 km/heure même en heure de pointe, alors que sur les voies à forte circulation de nombreuses autres agglomérations, la vitesse est limitée à 80 km, voir même à 70 km/heure.

Depuis 10 ans, malgré 150 000 poids-lourds de plus entre la France et l’Italie par Chambéry et le tunnel du Fréjus, les élus EELV de la Région ont rejoint le Front National contre le projet Lyon-Turin, rejoint ensuite par Nicolas Dupont-Aignan, suivi depuis quelques mois par le parti de Jean-Luc Mélenchon. A noter que sur les deux premiers mois de l’année, l’augmentation du trafic poids-lourds au tunnel du Fréjus ne faiblit pas : + 10%.

Depuis 10 ans, le contournement ferroviaire de Chambéry avec le tunnel sous Chartreuse n’a pas avancé, les hauts fonctionnaires de l’Etat et le gouvernement s’employant uniquement à dépecer le travail des 13 commissaires enquêteurs de l’enquête publique de 2012.

Depuis 10 ans, un nimbiste, des idéologues et des responsables d’associations opposées à tout prix au Lyon-Turin s’évertuent à faire croire qu’on peut rajouter une centaine de trains de marchandise par jour sur la ligne historique du 19° siècle qui traverse Chambéry, Aix les Bains, Montmélian et longe le lac du Bourget, sans réduire les trains du quotidien, sans aucun souci pour les milliers de riverains et sans aucun risque pour la plus grande réserve d’eau douce de France.

Chambéry.  La poubelle de Chamonix ?

Sans aucune vergogne, le 6 avril dernier sur France 3, la présidente de France Nature Environnement de Chamonix, opposée à tout prix au Lyon-Turin et au trafic poids-lourds chez elle au tunnel routier du Mont-Blanc, veut profiter des futurs travaux dans le tunnel routier du Mont-Blanc pour transférer DEFINITIVEMENT le trafic poids-lourds circulant dans la vallée de Chamonix sur la voie ferrée entre la Maurienne et l’Italie à partir de la plateforme d’Aiton après Chambéry et Montmélian.

Nul doute que ces 1600 poids-lourds supplémentaires définitivement chaque jour sur la VRU de Chambéry relanceraient le contournement autoroutier de Chambéry, AREA se faisant un plaisir de proposer le prolongement du doublement de l’échangeur autoroutier nord de Chambéry sous la VRU comme il était prévu en 2004 dans l’option 1 et 2 des études. Il suffira juste de deux milliards de subvention avec inclus l’élargissement alors nécessaire de l’A43 entre la Tour du Pin et Chambéry.

Pour notre part, comme nous l’avions déjà demandé l’an dernier, pour faire place au trafic poids-lourds sur la VRU, et en particulier pendant la fermeture au Mont-Blanc, nous exigeons :

  • Une limitation à 70 km/heure sur la VRU aux heures de pointe, et à 50 km/heure pour les poids-lourds toute la journée lors de la fermeture du Mont-Blanc
  • Des contrôles réguliers sur le respect des règles de sécurité et de fraude sur les dispositifs anti-pollution des poids-lourds.
  • Une augmentation du tarif du péage pour les poids-lourds aux heures de pointe et son affectation au projet de nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin comme le permet l’Eurovignette poids-lourds et comme cela est pratiqué sur tous les véhicules sur l’A14 en nord-ouest de Paris.  
  • Augmentation de la fréquence des autoroutes ferroviaires et création d’une nouvelle autoroute ferroviaire entre la Région Parisienne et Turin.
  • La non-concomitance de la fermeture partielle de la ligne ferroviaire en Maurienne durant les fermetures du tunnel routier du Mont-Blanc

 

Et pour qu’une solution définitive soit mise en place au plus vite, nous demandons que les accès au Lyon-Turin entre Lyon et la Maurienne soient immédiatement lancés. Il n’y a aucune autre solution sérieuse qui permettra un report massif des poids-lourds sur le rail.

Lire la suite

Laurent Wauquiez : le Président du Bla-Bla et de l’inaction ?

27 Mars 2022, 21:56pm

Publié par Acac73

Laurent Wauquiez : le Président du Bla-Bla et de l’inaction ?

L’an dernier, durant la compagne des régionales, il ne se passait pas une semaine ou Laurent Wauquiez fustigeait l’opposition de la candidate d’EELV et des Mélenchonistes au projet de nouvelle ligne ferroviaire voyageur et marchandise entre Lyon et Turin.

Il ne cessait de répéter, avec raison, que le Lyon-Turin était la seule solution pour éviter la pollution d’un million de camions dans nos vallées.

Depuis qu’il a été réélu le 27 juin, ce sujet a complétement disparu lors de ses apparitions dans notre Région. Manifestement, la perspective d’avoir un tunnel de base opérationnel autour de 2030 sans accès pour l’alimenter ne l’inquiète pas le moindre du monde.

 Laurent Wauquiez : le Président du Bla-Bla et de l’inaction ?

Ce grand « communiquant » n’a même indiqué s’il avait répondu au préfet de Région le 14 janvier dernier qui avait demandé à tous les grands élus de la Région de se prononcer sur le scénario à prioriser pour les accès du Lyon-Turin.

A la lecture du rapport du Comité d’Orientation des Infrastructures paru le 16 mars dernier, on sait également que c’est un des seuls Présidents de Région qui n’a pas daigné rencontrer le comité. On ne s’étonnera donc pas des conclusions catastrophiques dans le rapport pour notre région.

https://www.ecologie.gouv.fr/conseil-dorientation-des-infrastructures-coi

 

Valérie PECRESSE, Alain ROUSSET, Carole DELGA, des Présidents qui se battent pour leur Région

Ces dernières semaines ont permis de mettre en évidence le travail des autres présidents de Région qui, eux se décarcassent pour faire avancer les dossiers ferroviaires de leur territoire.

Depuis 10 ans, Jean-Paul Huchon et Valérie Pécresse, les présidents successifs de la Région Ile de France, pourtant pas beaucoup plus peuplé que la Région AURA (12 millions contre 8), ont soutenu sans faille, sans aucune pause et sans aucune mise au rabais, le projet de 35 milliards d’euros du métro du Grand Paris, le projet de 5 milliards de la nouvelle ligne du RER EOLE, les 2 milliards du métro Express Paris-Aéroport Charles de Gaulles.

 En Région Aquitaine et Occitanie, les deux présidents de Région, Alain ROUSSET et Carole DELGA viennent d’obtenir le plan de financement pour une mise en service entre 2030 et 2034 pour les 14 milliards de la LGV Toulouse-Bordeaux-Espagne ainsi que pour les 2 milliards de la nouvelle ligne mixte voyageurs et marchandises Montpellier Béziers.

https://www.ladepeche.fr/2022/03/14/lgv-bordeaux-toulouse-le-projet-est-sur-les-rails-de-maniere-irreversible-annonce-le-premier-ministre-jean-castex-10169042.php

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/aude/narbonne/a-narbonne-signature-du-protocole-pour-le-premier-troncon-de-la-lgv-montpellier-perpignan-2430508.html

Idem pour la Région PACA, ou l’enquête publique de la première phase de la LGV Marseille-Nice à 2 milliards d’euros a été lancée en début d’année pour une mise en service prévue en 2032.

https://www.lemoniteur.fr/article/nouvelle-ligne-provence-cote-d-azur-lancement-de-l-enquete-publique-en-janvier.2183417

Tous ses grands projets vont permettre de concurrencer effacement l’avion (d’après Greenpeace, Paris-Milan, Paris-Toulouse, Paris-Nice font partie des 6 lignes aériennes les plus fréquentées en Europe), de libérer de la capacité pour permettre la mise en place des projets de RER autour des métropoles et des agglomérations, et en particulier pour le Lyon-Turin et pour la ligne mixte Perpignan-Montpellier, de permettre un report modal massif des poids-lourds vers le rail

https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2021/10/Synthese-du-rapport_Remettre-lEurope-sur-les-rails.pdf

 

Depuis son l’élection de Laurent Wauquiez en 2015, rien de significatif n’avance pour le ferroviaire en AURA :  

On notera juste la bonne mise en service du Leman Express en 2019, qui avait été lancé en 2008.

Mais rien pour le doublement de la ligne entre Annecy et Aix les Bains pourtant signé par son prédécesseur dans le contrat de plan Etat Région en 2015.

Dans le même temps, pour un montant équivalent, la société d’autoroute AREA a élargi une portion de l’A41 à Annecy et s’apprête à finaliser les travaux pour le doublement de l’échangeur autoroutier de Chambéry Nord.

Depuis 2016, 20 millions d’euros pour le développement du ferroutage dorment dans la caisse de la Région.

En 2016, Patrick Mignola, à l’époque vice-président au transport de Laurent Wauquiez avait fait voter 20 millions d’euros pour une plateforme de chargement des poids-lourds au milieu de nulle part au nord d’Ambérieu pour « saturer » la ligne historique qui traverse les agglomérations d’Aix les Bains, de Chambéry et chemine sur les rives du lac du Bourget.

http://aurassemblement-elus.fr/felicitons-patrick-mignola-positions-lyon-turin/

Dans leur réponse au préfet en ce début d’année, aucun élu à notre connaissance n’a soutenu ce projet et au contraire, ont voté dans une très grande majorité pour le scénario Grand Gabarit prévoyant une plateforme de chargement au sud de l’Aéroport Saint Exupéry, au plus près des zones industrielles lyonnaises et de la zone logistique de Saint Quentin Fallavier, la plus grande de France.

On attend donc de Laurent Wauquiez qu’il investisse rapidement cet argent dormant depuis 6 ans dans la réalisation de cette plateforme. En attendant la réalisation du Lyon-Turin, on ne doute pas du soutien total et enthousiaste d’Éric Piolle pour que les trains passent par la ligne historique qui traversent sa ville de Grenoble.

Pour une plateforme de chargement des poids-lourds novatrice et d’excellence

Au lieu de subventionner lourdement l’achat de SUV de luxe (70 000 euros sans les options) coréens ou japonais à Hydrogène avec des stations à plusieurs millions d’euros chacune, on aurait préféré que Laurent Wauquiez conduise un projet novateur et d’excellence pour une plateforme de chargement des poids-lourds avec des tracteurs de remorques et de containers à zéro émission entre les entrepôts et la plateforme de chargement.

https://www.lesechos.fr/pme-regions/auvergne-rhone-alpes/un-an-et-une-station-pour-le-plan-hydrogene-de-wauquiez-1183010

Pour une prise de participation dans la future plateforme multimodale à Rungis.

On salut la mobilisation de nombreux acteurs pour la relance du train des primeurs entre Perpignan et Rungis. Dans leur lancée, le marché de Rungis a lancé un appel d’offre pour une nouvelle plateforme multimodale. Pourquoi la région AURA ne participerait-elle pas également pour diminuer le trafic routier entre Rungis et l’Italie qui transite aujourd’hui dans nos vallées ?  

https://trm24.fr/le-marche-de-rungis-developpe-un-ambitieux-projet-multimodal/

 

Pour une réalisation des accès complet au Lyon-Turin conformément à la Déclaration d’Utilité publique de 2013

  • On se félicite que la grande majorité des élus se soient prononcés en ce début d’année pour la priorité à la phase Grand Gabarit pour deux raisons
    • Cette phase est la plus longue à réaliser, Il est effectivement extrêmement urgent de le lancer immédiatement pour permettre un report massif des poids-lourds sur le rail à l’ouverture du tunnel de base en 2030 et également libérer la ligne historique pour le développement des trains du quotidien.
    • Contrairement aux affirmations encore une fois délirante de Daniel Ibanez, les tunnels à grand gabarit ne sont pas prévus pour faire passer des chars d’assaut sur la voie ferrée, mais pour permettre le chargement des poids-lourds sur des wagons standards comme en Suisse et sous la Manche, ce que ne permettent pas les lignes historiques au gabarit GB1.

Néanmoins, comme l’indiquaient les 13 commissaires de l’enquête publique en 2012, « Le projet tel que précisé, n’est pas divisible. Il ne correspond à ses finalités et ne répond à ses objectifs que par la réalisation effective de ses deux phases. Réaliser uniquement la « phase 2 » comme il l’a parfois été suggéré, dénaturerait profondément le projet, et en tout état de cause, ne correspondrait pas au projet soumis à l‘enquête publique. »

Laurent Wauquiez est-il aussi pour conserver la ligne voyageur la plus lente de France entre Chambéry et Saint André le Gaz pour les Italiens, les Anneciens, les Savoyards désirant aller à Lyon ou à Paris ?

On déplore vivement par contre qu’Emilie Bonnivard, comme Florent Maitre à Aix les Bains, se soit prononcé pour le doublement de la voie ferrée historique entre Saint André le Gaz et Chambéry au lieu de la réalisation de la nouvelle ligne sous Dullin-l ’Epine dans le cadre des accès voyageurs au Lyon-Turin. Cette ligne du 19° siècle est limitée à 90 km/heure en raison de sa sinuosité, son doublement ne servira qu’à faire passer au ralenti quelques TGV supplémentaires et sera une catastrophe pour la desserte de l’avant pays savoyard car les travaux de ce doublement, même partiel, nécessiteront une coupure de la ligne pendant plusieurs années.

Il serait catastrophique pour notre Région de na pas saisir l’opportunité d’un financement à 50% par l’Europe. Les 750 millions restant pourraient être financé entièrement par les bénéfices du tunnel routier du Mont-Blanc qui servent actuellement à financer le doublement du tunnel routier du Fréjus (20 M€ pendant 30 ans) et par les 200 millions d’euros que s’apprêtent à gaspiller SNCF Réseau pour le doublement partiel entre Saint-André-le- Gaz et Chambéry.

L’intérêt de cette nouvelle ligne à 200 km/heure est énorme, elle permettra de :

  • Provoquer un changement d’habitude radical pour les déplacements du quotidien entre Annecy, Aix Les Bains et Chambéry vers Lyon, la voiture devient bien moins attractive.
  • De renforcer l’attractivité des TGV entre Milan, Turin et Paris ou en période « normal », plus de 20 vols passent au-dessus des Alpes chaque jour dans chaque sens.

 

Lire la suite

L’avis du Département de Savoie : la mise en danger des accès au Lyon-Turin

16 Janvier 2022, 18:43pm

Publié par Acac73

L’avis du Département de Savoie : la mise en danger des accès au Lyon-Turin
L’avis du Département de Savoie : la mise en danger des accès au Lyon-TurinL’avis du Département de Savoie : la mise en danger des accès au Lyon-Turin
L’avis du Département de Savoie : la mise en danger des accès au Lyon-TurinL’avis du Département de Savoie : la mise en danger des accès au Lyon-Turin

A l’heure où les Pays de Savoie sont en alerte pollution, où le trafic poids-lourds a augmenté de plus de 16% en 2021 au tunnel du Fréjus et a dépassé son record de 2019 d’avant pandémie (hors fermeture du Mont-Blanc) , où la VRU de Chambéry est de plus en plus saturée, on attendait un engagement fort de tous les élus en faveur des accès au Lyon-Turin aussi bien pour les marchandises que pour les voyageurs.

Ce vendredi, toutes les collectivités de la Région étaient appelées par le préfet de Région à donner leur avis sur les accès au Lyon-Turin.

L’avis du Département de Savoie : la mise en danger des accès au Lyon-Turin

On a souligné depuis plusieurs mois l’importance vitale dans l’avis des élus de rester strictement dans le cadre de la Déclaration d’Utilité Publique de 2013 qui ne comprenait que la réalisation des tunnels à grand gabarit à un tube pour les marchandises sous Chartreuse, Belledone et Glandon plus le tunnel sous Dullin l’Epine à deux tubes pour les voyageurs.  

On espérait donc vivement que les élus du Département ne retiennent que strictement ce qui avait été défini dans l’enquête publique de 2012, avec évidement une priorité pour le tunnel sous Chartreuse pour la droite et une priorité pour le tunnel sous Dullin-L’Epine pour la gauche

C’est ce qu’on fait exactement les élus de la gauche chambérienne, en ne demandant plus la réalisation d’un passage souterrain des trains de marchandises sous Chambéry.

C’est malheureusement ce que n’ont pas fait les élus de droite, en demandant avec la priorité au tunnel sous Chartreuse, le doublement de la ligne Saint-André le Gaz-Chambéry, ce qui n’était pas du tout était prévu dans la Déclaration d’Utilité Publique en 2013.

A noter que seuls les opposants au Lyon-Turin demandaient le doublement de la ligne historique. Ne doutons pas que ceux-ci se feront le plaisir de faire un nouveau recours au Conseil d’Etat en faisant valoir la modification substantielle de la DUP de 2013.

Si jamais le président de la République suit l’avis du département de Savoie, on a donc un risque extrêmement fort de voir les accès retardés à nouveau de plusieurs années, le temps d’étudier les recours et de refaire une nouvelle enquête publique. Le tunnel de base ouvrant en 2030, les riverains de la ligne historique à Aix les Bains et Chambéry aurait alors à supporter jusqu’à 70 trains de marchandises de 700 mètres de long supplémentaires par jour pendant de nombreuses années.

Un abandon de fait de l’amélioration de la ligne pour les voyageurs

Avec le tunnel sous Dullin l’Epine financé à 50% par l’Europe, les Pays de Savoie avaient une occasion unique de rendre plus attractif les TER et les TGV à destination de Lyon et de Paris.

Ne doutons pas que cette volonté par le Département de consacrer en priorité au minimum 200 millions d’euros financés sans aide de l’Europe, pour le doublement très partiel de la ligne historique limitée à 90 km/heure en raison de sa sinuosité, renverra aux calendes grecques le tunnel Dullin l’Epine.

C’est une excellente nouvelle pour la société d’Autoroute AREA, si elle perdra du trafic poids-lourds avec le Lyon-Turin, elle gardera un important trafic automobile toujours en forte progression.

 

Le doublement de la ligne SAG-Chambéry : d’abord pour les TGV à destination de l’Italie, pas pour les trains du quotidien.

Les élus ont voulu faire croire que le doublement partiel était fait pour améliorer en priorité les trains du quotidien.

C’est totalement faux

La ligne à voie unique Chambéry / Saint-André le Gaz ne permet plus aucun ajout de train. Il ne fait donc aucun doute que le doublement partiel proposé par SNCF Réseau à la place du tunnel Dullin l’Epine ne soit apparu que pour répondre à la volonté Italienne de passer de 6 TGV quotidiens à 18 TGV à l’ouverture du tunnel de base en 2030.

Nous saluons d’ailleurs l’Italie pour sa volonté de concurrencer plus efficacement la ligne aérienne Milan-Paris, une des plus utilisée en Europe.

Coupure durant de la ligne historique pendant au moins 2 ans.

SNCF Réseau prévoit une coupure de deux ans de la ligne entre Annecy et Rumilly pour le doublement de 2km en sortie de la gare d’Annecy et de 5 km au nord de Rumilly.

On peut donc raisonnablement penser qu’il faudra une coupure totale de ligne d’une durée au moins équivalente pour le doublement partiel entre Saint André le Gaz et Chambéry (8 km entre Pont de Beauvoisin et Les Abrets, 6 km entre Saint Béron et Lépin le Lac, 4 km entre Cognin et Bissy).

Au vu de la « bronca » en 2018 lors de la suppression de plus des trois-quarts des TER dans l’avant pays savoyard en raison des travaux en Gare Part-Dieu, nous sommes certains que les usagers ne comprendront pas ce choix du Département de la Savoie de supprimer toutes les dessertes TER de l’avant pays savoyard pendant plusieurs années au lieu de la réalisation d’un nouveau tunnel sous Dullin l’Epine, qui de plus, aurait enlevé tout le trafic TGV prioritaire sur leur ligne.

Le tunnel Dullin L’Epine profitera aussi bien au TER Chambéry-Lyon qu’au TGV vers Paris

Durant la session du Conseil Départemental, Florian Maire a essayé de disqualifier le tunnel Dullin l’Epine en affirmant que des TER standards ne pourraient pas aller à 200 km/heure dans cet ouvrage.

C’est pourtant ce que fait l’Alsace depuis 20 ans avec 40 TER A/R chaque jour entre Strasbourg et Mulhouse avec des locomotives BB26000 (161 en service dans toute la France) et de simples voitures « corail »

https://fr.wikipedia.org/wiki/TER_200

Cet ouvrage est donc indispensable si l’on veut que les TER entre Annecy, Aix les Bains et Chambéry vers Lyon puissent concurrencer efficacement les déplacements autoroutiers, aujourd’hui très largement majoritaire.

Il aura également l’avantage d’enlever tous les TGV sur la ligne historique dans l’avant pays savoyard et ainsi de ne plus pénaliser la desserte des communes par la priorité toujours accordée aux TGV.

 

Le projet de RER Savoyard porté par les élus : une escroquerie.

Florian Maitre a aussi affirmé que l’option Chartreuse allait permette de développer les trains du quotidien autour de Chambéry.

On se félicite du projet de réouverture des haltes ferroviaires de Cognin, Alpespace, Chignin et de Voglans, mais pour les usagers, il est primordial qu’il s’accompagne d’ajout de trains dédiés à la desserte de ses nouveaux arrêts, et non d’arrêter uniquement des trains existants.

On a dû demander 3 fois à SNCF Réseau en novembre dernier si ce projet porté par les élus du Département et de la Région prévoyait bien des trains supplémentaires. A la fin, SNCF Réseau nous a avoué que non, aucun train supplémentaire n’était prévu, juste un prolongement d’un train provenant de la Maurienne de Chambéry jusqu’à Aix les Bains.

On va donc pénaliser les usagers actuels des TER en arrêtant les trains à de nouvelles haltes, alors que dans le même temps, les élus ont porté le projet de 70 millions d’euros payé par les usagers, du doublement de l’échangeur autoroutier nord de Chambéry, pour que les automobilistes, eux, gagnent quelques secondes.

Incohérence totale : oui au doublement de la ligne Saint André le Gaz -Chambéry et non au doublement de la ligne Annecy - Aix-Les-Bains.

On ne comprend toujours pas la logique du Département qui veut doubler la voie entre Saint-André le Gaz et Chambéry à la place du tunnel Dullin l’Epine et qui a refusé de participer à la première phase du doublement de la ligne entre Annecy et Aix les Bains alors qu’aucun projet alternatif de nouvelle ligne n’existe sur cet axe. Pourtant cette ligne est également une des plus utilisée de France, et ce doublement aurait permis un train supplémentaire en heure de pointe. Florian Maitre, le Maire de Grésy sur Aix, a-t-il informé ses concitoyens de son choix de ne pas développer les TER dans sa commune ?

Quel est l’avis de Hervé Gaymard, Président de l’Assemblée des Pays de Savoie ?

Le Département de la Haute Savoie et l’Agglomération du Grand Annecy se sont prononcés pour la priorité au tunnel Dullin l’Epine et sans aucun travail dilatoire sur les lignes historiques.

On ne comprend vraiment pas que Hervé Gaymard, Président du Département de Savoie et actuel Président de l’Assemblée des Pays de Savoie n’ait pas souhaité défendre une position acceptable pour tous.  

Après l’abandon en 2021 de la participation du Département de la Savoie à la première phase du doublement de la ligne ferroviaire entre Annecy et Aix les Bains, la collaboration entre les deux départements des Pays de Savoie est donc bien mal en point.

Nos propositions

Pour rappel, nous proposons de réaliser :

  • En priorité le tunnel sous Chartreuse et le tunnel sous Dullin L’Epine en n’équipant qu’un tube comme l’ont fait en Suisse pour le tunnel du Lotsberg
  • Dans la foulée, les tunnels sous Belledone et Glandon pour donner au fret l’avantage primordial du grand gabarit.

Lire la suite

Nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin : ultime tentative de sabordage des hauts fonctionnaires parisiens

3 Janvier 2022, 19:00pm

Publié par Acac73

Nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin : ultime tentative de sabordage des hauts fonctionnaires parisiensNouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin : ultime tentative de sabordage des hauts fonctionnaires parisiens
Nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin : ultime tentative de sabordage des hauts fonctionnaires parisiens

20 ans de manœuvre indigne

On le sait depuis 20 ans, il n’y a qu’à relire le rapport de 2003 sur les grandes infrastructures de transports rédigé par le Conseil Général des Ponts et Chaussées et par l’Inspection des Finances,  ou de se souvenir des subventions massives, près de 500 000 €,  en 2007 et en 2009 aux opposants au Lyon-Turin pour le projet loufoque r-shift-r de wagons motorisés et autonomes présenté comme l’alternative au Lyon-Turin, plusieurs très hauts fonctionnaires parisiens essaient désespérément de tuer le projet de nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin pour donner la priorité absolue au développement du réseau autoroutier.

Ils n’ont pas réussi pour le tunnel de base transfrontalier entre la France et L’Italie, les travaux de celui-ci sont bien lancés, ils essaient désormais de sabrer les accès entre Lyon et ce tunnel de façon à le rendre inopérant.

Depuis deux ans, ils essaient, en piétinant l’enquête publique de 2012, de semer la zizanie entre les élus de la région, en leur demandant de choisir une partie du projet, pourtant spécifié comme indivisible dans le rapport des 13 commissaires enquêteurs.

Il justifie leur démarche pour un seul motif comptable, en oubliant de dire qu’une réalisation au rabais sera plus couteuse pour le contribuable :  la rentabilité du tunnel de base et du transport de marchandise sera grandement affectée, la réduction des gaz à effet de serre pourtant urgente sera retardée, les trains du quotidien seront pénalisés, l’attractivité des TGV Milan-Paris sera diminuée,  et le cout des travaux pour la France sera bien plus important, car la commission européenne a indiqué qu’elle était prête à financer jusqu’à 50% des accès si ceux-ci n’étaient pas bancal.

A peine 65 trains par jour sur la nouvelle ligne d’accès, mais plus de 200 sur la ligne historique au cœur du nœud ferroviaire Chambérien. De qui se moque-t-on ?

Cette première manœuvre, après 10 ans d’immobilisme,  n’ayant pour le moment pas réussie, une semaine après le dernier comité de pilotage le 10 décembre dernier, les hauts fonctionnaires ont envoyé aux élus une carte du futur réseau ferroviaire régional affirmant que même avec la nouvelle ligne fret à grand gabarit entre Lyon et la Maurienne, ils ne feraient circuler qu’au maximum 65 trains de marchandises par jour sur la nouvelle ligne et au contraire feraient circuler plus de 200 trains jour sur la ligne historique qui traverse Aix les Bains et le noeud ferroviaire Chambérien en y quadruplant le nombre de train de marchandises, 75 par jour contre 18 aujourd’hui, avec une volonté évidente de faire regretter aux élus savoyards le soutien à ce projet de nouvelle ligne ferroviaire.

Jusqu’à 130 trains par jour dans le tunnel suisse du Lotsberg, pas possible en France d’en faire passer plus de 65 sous le nouveau tunnel sous Chartreuse ?

Pour arriver à ce résultat, ces hauts fonctionnaires français ne veulent faire passer, suivant leurs « scénarios », qu’entre 29 et 65 trains de marchandise par jour dans le futur tunnel sous la Chartreuse, alors que les Suisses, avec le tunnel équivalent du Lotsberg (35 km dont 21 à voie unique) font passer 50 trains de voyageurs et jusqu’à 80 trains de marchandise par jour.

 

79 trains de marchandises dans Chambéry, juste 5 dans Grenoble. Pourquoi ?

Le maire de Grenoble, opposant historique, est lui par contre récompensé : les haut-fonctionnaires ne prévoient que 5 trains de marchandises par jour sur la ligne historique Valence-Grenoble-Montmélian alors que cette ligne, à la différence d’Ambérieu-Montmélian a déjà bénéficié de près d’un milliard de travaux de modernisation ces 15 dernières années.

 

Priorité à la saturation de la nouvelle ligne et pas à celles du 19° siècle au cœur des agglomérations et des transports du quotidien

Nous espérons que tous les élus savoyards indiqueront au préfet le 14 janvier prochain :

  • Qu’ils ne cautionnent aucun des scénarios malhonnêtes présentés par Sncf Réseau
  • Qu’ils refusent le bricolage proposé et les coupures pendant plusieurs mois de la ligne historique Ambérieu-Aix-les-Bains-Chambéry-Saint-Jean de Maurienne pour essayer de faire passer encore plus de trains de marchandise
  • Qu’ils refusent le bricolage proposé et les coupures pendant plusieurs mois de la ligne historique Saint-André le Gaz Chambéry pour faire passer plus de TGV italien à juste 90 km/heure
  • Qu’ils demandent un partage équitable du nombre de trains de marchandise entre Grenoble et Chambéry
  • Qu’ils exigent la possibilité d’augmenter le nombre de trains du quotidien, en particulier pour le projet de RER savoyard
  • Qu’ils demandent l’arrêt sans fin des études « prospectives » de SNCF réseau
  • Qu’ils demandent le processus de mise en chantier immédiat de la nouvelle ligne prévue dans la DUP de 2013 avec un phasage intelligent comme :
    • Dans un premier temps
      • La réalisation d’une nouvelle ligne mixte voyageur et marchandise à double voie entre Grenay et Avressieux
      • La réalisation d’un premier tube à grand gabarit sous Chartreuse pour le Fret
      • La réalisation d’un premier tube sous Dullin l’Epine pour les voyageurs avec un second tube de sécurité
    • Dans la foulée
      • La réalisation du tunnel sous Belledone et Glandon pour avoir un itinéraire fret avec un grand gabarit (compatible avec le gabarit européen prévu en Italie)   
    • Dans un second temps
      • L’équipement pour la circulation du second tube sous Dullin l’Epine

 

On arrivera ainsi à respecter l’enquête publique de 2012, à obtenir le maximum de subvention de l’Europe et à envisager un avenir plus durable de notre région avec moins de pollution car sans besoin de nouvelles autoroutes, élargissement d’autoroutes, contournement autoroutier ou doublement du tunnel routier du Mont-Blanc.

Front unis des élus et des associations ?

On a déjà échangé récemment avec plusieurs élus très interrogatifs après avoir lu le dernier rapport « nébuleux » présenté par SNCR Réseau au COPIL du 10 décembre, et très soucieux d’avoir aujourd’hui et demain un territoire agréable à vivre, attractif et respectueux de l’environnement

On se tient à la disposition de tous les autres élus qui voudraient échanger sur ce dossier que l’on suit depuis plus de 15 ans, comme pour les transports du quotidien avec SNCF voyageur, SNCF Réseau et la Région.

Lire la suite

Prochainement et quotidiennement, 79 trains de marchandises de 700 mètres de longueur sur la ligne historique via Chambéry, Aix-les-Bains et le long des rives du lac du Bourget !

12 Décembre 2021, 16:51pm

Publié par Acac73

Prochainement et quotidiennement, 79 trains de marchandises de 700 mètres de longueur sur la ligne historique via Chambéry, Aix-les-Bains et le long des rives du lac du Bourget !

Point sur le trafic entre :  la France et l’Italie / les Pays de Savoie et Lyon.

  • Trafic aérien : dans le rapport de Greenpeace « remettre l’Europe sur les rails » du mois dernier, la ligne aérienne Milan-Paris était la 6ème la plus fréquentée en Europe avec plus de 2 millions de voyageurs chaque année.
  • Transport de marchandises : près de 3 millions de poids-lourds ont franchi les Alpes entre la France et L’Italie en 2019. A cette heure, le trafic poids-lourds au tunnel routier du Fréjus, toujours plus important qu’au Mont-Blanc, a déjà dépassé celui de 2019 (+4% au 1er semestre).
  • Déplacements quotidiens : pas de chiffre de la part d’AREA, mais chacun peut se rendre compte du nombre de plus en plus important de véhicules sur la VRU de Chambéry et sur les autoroutes A43 et A41.

 

Point sur le Lyon-Turin

  • Tunnel de base transfrontalier : 2030  

La société franco-italienne TELT, en charge de sa réalisation, promet sa mise en service autour de 2030 conformément au planning établi.

30 km de galeries ont déjà été creusés et plus de mille personnes travaillent actuellement sur 12 chantiers avec une montée en puissance progressive dans les mois à venir.

  • Accès Italien au tunnel de base : 2030

L’Italie a déjà établi en 2017 la liste de toutes les infrastructures nécessaires pour alimenter, dès l’ouverture, le tunnel de base de 280 trains quotidiens, objectif encore confirmé il y a quelques jours par le Président italien de la Commission Intergouvernementale.

  • Accès français au tunnel de base

2012 : une enquête publique, de plusieurs semaines avec treize commissaires enquêteurs, a validé un projet spécifié indivisible.

2013 : un décret ministériel a déclaré ce projet urgent et d’utilité publique.

Depuis : plus rien… si ce n’est depuis deux ans, la volonté de l’Etat en France de détricoter le projet (choix d’un scénario forcément bancal) et de ne rien lancer.

 

Mardi dernier, au cours d’une réunion de l’observatoire de la saturation des accès, SNCF Réseau nous a indiqué qu’ils continuaient à étudier le choix d’un scénario sur les accès pendant encore deux ans, et que dans ces conditions, les nouveaux accès ne seraient pas prêts en 2030.

Ils envisagent donc, comme les opposants au Lyon-Turin le souhaitent, de « saturer » la ligne historique avec 94 trains de marchandises par jour contre 162 trains prévus en Italie, à l’ouverture du tunnel de base.  

 

 

Quand les opposants au Lyon-Turin, derrière leurs écrans, veulent apprendre aux opérateurs ferroviaires comment travailler.

Les représentants des deux plus gros opérateurs ferroviaires européens présents s’inquiétaient de savoir comment SNCF réseau allait pouvoir faire passer une telle quantité de trains de marchandises sur la ligne historique sans aménagement lourd, comme des voies d’évitement pour laisser passer les trains de voyageurs et des voies de stationnement pour ne pas rentrer dans le nœud ferroviaire chambérien aux heures de pointe.

A contrario, les représentants des Amis de la Terre et de France Nature Environnement, qui n’ont jamais mis les pieds dans un train de marchandise, indiquaient qu’il n’y avait aucun problème pour cela, et demandaient la mise en place du radioguidage ERTMS pour faire passer encore plus de trains. Pire encore, le représentant des Amis de la Terre posait la question de l’opportunité de la réouverture de la gare de Chignin pour les voyageurs. Cela confirme que le développement des trains du quotidien ne les intéresse pas. On attend désormais, de leur part, la liste des 21 TER qu’il faudrait supprimer quotidiennement pour arriver à leur objectif de 100 trains de marchandises par jour sur la ligne historique qui traversent Aix-les-Bains et Chambéry et se passer ainsi du Lyon-Turin.

 

La politique ferroviaire en Rhône-Alpes est-elle dirigée par Marine Le Pen, Jean-Luc Melanchon, Nicolas Dupont-Aigan et Eric Piolle ?

C’est manifestement le cas, car SNCF Réseau retient comme solution, pour l’ouverture du tunnel de base, l’utilisation exclusive des lignes historiques du 19ème siècle comme le réclame depuis des années ces quatre responsables politiques.

Pourtant, aux précédents comités de pilotage, tous les autres élus ont affirmé que ce choix était inacceptable, aussi bien pour les riverains que pour la performance du report modal des marchandises et le développement des transports du quotidien.

Tout au moins, on peut saluer la franchise du représentant de Marine Le Pen qui, aux dernières élections régionales, militait pour donner la priorité absolue aux déplacements autoroutiers avec la réalisation du contournement autoroutier de Chambéry et la gratuité des autoroutes. On ne sait pas, par contre, de combien il comptait augmenter les impôts locaux pour financer ces mesures…

 

 

 

Emmanuel Macron, Laurent Wauquiez, Jean-Pierre Farandou, les présidents de l’inaction et du bla-bla ?

 

Déclaration du 9 décembre d’Emmanuel Macron : « passer d’une Europe de coopération à une Europe puissante dans le monde ». Vraiment ?

Pour cela et pour le plus gros projet européen en cours en France, il faudrait déjà que les services de l’État s’intéressent à ce qu’organise leur voisin italien pour la mise en service du tunnel de base transfrontalier du Lyon-Turin.

Mardi dernier, SNCF Réseau ne connaissait pas les objectifs de trafic et de modernisation des lignes ferroviaires que l’Italie s’est donnée depuis 2017 pour la mise en service du tunnel de base.

Pour les trains de marchandises :

  • Pour le tunnel historique, trafic résiduel de 10 trains par jour
  • Pour le nouveau tunnel de base, 180 trains par jour dont 
    • 92 trains conventionnels
    • 18 trains d’autoroutes ferroviaires au gabarit GB1 français. Ce petit gabarit nécessite l’utilisation de coûteux wagons spéciaux modhalor
    • 52 trains d’autoroutes ferroviaires standards au gabarit européen PC80. Sans la ligne d’accès grand gabarit en France, ce type de train performant ne pourra pas être utilisé.

 

Déclaration du président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou « Je veux doubler le nombre de passagers en 10 ans dans les trains ». Vraiment ?

Pour les voyageurs, à la place du nouveau tunnel Dullin-l ’Epine, SNCF Réseau prévoit de doubler la ligne historique sur quelques kilomètres autour de Pont-de-Beauvoisin et de Cognin.

Nous, association d’usagers des transports, ne voyons pas comment le nombre de passager augmenterait d’un iota en ayant juste l’ambition de doubler une voie limitée à 90 km/heure en raison de sa sinuosité entre Saint André-le-Gaz et Chambéry. Cela laisse présager de beaux jours aux compagnies aériennes et à la société d’autoroute AREA. Pour cette dernière, cela lui laisse un sérieux espoir d’élargir l’A43 et de réaliser le contournement autoroutier de Chambéry.

De plus, l’annonce de SNCF Réseau de réaliser ces aménagements pour 2030 nous parait complètement illusoire au vu de la lenteur de réalisation du doublement, sur quelques kilomètres, de la ligne entre Annecy et Rumilly. Elle a été signée dans le contrat de plan Etat-Région en 2015. Sa réalisation est maintenant prévue pour 2027.

Ce que n’a pas précisé SNCF Réseau, c’est le nombre d’année de fermeture de la ligne qu’elle va demander pour réaliser ces doublements. Pour les 8 km entre Annecy et Aix Les Bains, SNCF Réseau a annoncé 2 ans lors des réunions de concertation.

Déclaration du Président de la Région AURA, Laurent Wauquiez, « je veux accélérer le chantier de la ligne Lyon-Turin ». Vraiment ?

Ce discours a été martelé chaque semaine pendant la campagne des élections régionales. Depuis plus rien, silence radio, aucune nomination sur ce projet, aucune décision, aucun euro d’attribué et aucun vote aux différentes assemblées des élus. Rappelons, qu’à la différence du tunnel de base en Maurienne, les accès voyageurs entre Lyon et la Maurienne sont de sa compétence.  

 

Lundi 13 décembre 2021, au comité de pilotage des accès au Lyon-Turin, nous espérons que les élus :

à SNCF Réseau :

  • exprimeront leur totale opposition aux passages de 79 à 94 trains de marchandises par jour sur la ligne historique comme seule solution à l’ouverture du tunnel de base en 2030.
  • demanderont à SNCF Réseau de ne pas couper la ligne en Maurienne en journée, comme ils viennent de l’annoncer, mais d’effectuer les travaux de nuit en s’appuyant sur la fermeture en cours d’une voie sur deux. L’objectif doit être d’augmenter raisonnablement le nombre de trains de marchandises dès aujourd’hui, pas de les supprimer.
  • arrêteront toutes les études de bricolage sur les lignes historiques Saint André la Gaz-Chambéry et Ambérieu-Saint-Jean-de-Maurienne et demanderont de se consacrer plutôt aux deux phases du doublement de la ligne à voie unique entre Annecy et Aix-les-Bains qui n’avance pas et à la sauvegarde de la ligne Grenoble-Gap en péril.

 

à Emmanuel Macron, le Président de la République :

  • de ne plus chercher à détricoter le projet validé en 2012 lors de l’enquête publique par les 13 commissaires enquêteurs et déclaré d’utilité publique et urgent en 2013.
  • de ne plus jouer la montre, mais de s’engager, dès les premiers jours de sa présidence européenne, à lancer les accès complets au Lyon-Turin et en particulier l’ouvrage le plus long à réaliser, le tunnel sous Chartreuse.
  • de nommer immédiatement comme l’a fait l’Italie, un super commissaire pour mettre en œuvre, sans tarder et intelligemment, les accès au Lyon-Turin avec l’obligation de se concerter avec les opérateurs ferroviaires, les associations d’usagers et l’Italie pour un report maximal vers le rail.

 

à Laurent Wauquiez, le président de la Région AURA :

  • de bien préciser à SNCF Réseau et aux élus savoyards que le projet de RER s’appuiera sur des trains supplémentaires et non juste sur un arrêt des trains existants dans les nouvelles gares.
  • de se démener pour la réalisation des accès du Lyon-Turin comme le font Carole DELGA et Alain Rousset, les Présidents de des Régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine pour leurs nouvelles lignes ferroviaires ou Xavier Bertrand pour le Canal Seine Nord. Actuellement, la Région AURA a financé uniquement des études et n’a pas encore mis un euro sur la réalisation de ce projet.
  • de relocaliser la plateforme de chargement des poids-lourds actuellement prévue au milieu de nulle part, à Ambronay au nord d’Ambérieu, à Saint Quentin Fallavier, comme prévu initialement, au cœur de la première zone logistique de France et à proximité immédiate des grands centres industriels lyonnais. A noter que 20 millions d’euros votés par la Région pour cette plateforme dorment depuis 5 ans.
  • d’organiser, avec Valérie Pécresse, la présidente de la Région Ile de France, la mutualisation de la future plateforme de chargement des poids-lourds au sud de Paris, non seulement pour les poids-lourds en provenance de Perpignan et de l’Espagne, mais également pour ceux à destination de l’Italie qui traversent chaque jours nos vallées alpines.
  • de demander à SNCF Réseau de réaliser simultanément les deux phases du doublement de la ligne à voie unique entre Annecy et Aix-les-Bains, et ainsi d’éviter une double coupure de la ligne pendant deux ans et d’inscrire cette deuxième phase dans le « contrat de plan » Etat-Région 2021-2027.

Nous espérons également que :

  • EELV republiera les documents en faveur du Lyon-Turin, censurés depuis 10 ans par Jean Charles Kohlhaas et Eric Piolle, de Henri Dupassieux, ancien vice-président au transport de l’Agglomération de Chambéry et de Gérard Leras, ancien Président de la Commission Transport de la Région Rhône-Alpes.
  • Les Amis de la Terre et France Nature Environnement écouteront davantage la FNAUT sur les problématiques ferroviaires que Daniel Ibanez et ses solutions catastrophiques pour le report modal des marchandises sur le rail et le développement des trains du quotidien.

Annexe

Très clairement, sur la carte ci-dessous, on voit très bien que la majorité du trafic poids-lourds provient :

  • en premier de la région lyonnaise
  • en second de la région parisienne

La priorité est donc bien de mettre en œuvre des plateformes de chargement des poids-lourds à Lyon et en banlieue parisienne et non au nord d’Ambérieu.

Prochainement et quotidiennement, 79 trains de marchandises de 700 mètres de longueur sur la ligne historique via Chambéry, Aix-les-Bains et le long des rives du lac du Bourget !

Lire la suite

Les élus de Savoie veulent donner la priorité au développement durable et au projet de RER savoyard. Vraiment ?

24 Octobre 2021, 21:46pm

Publié par Acac73

Les élus de Savoie veulent donner la priorité au développement durable et au projet de RER savoyard. Vraiment ?

En avril dernier, juste avant les élections départementale et régionales, les élus de Savoie avec la Région assuraient vouloir lancer le projet de RER savoyard.

https://www.ledauphine.com/societe/2021/04/17/le-projet-de-rer-savoyard-sur-les-rails

500 000 euros étaient donc débloqués pour, dixit les élus, « améliorer la ponctualité des trains », et savoir « ce qu’il faut investir sur les lignes et les gares pour arriver à un cadencement au quart d’heure, et on décidera des premiers travaux »

Abandon du projet de doublement de la voie ferrée entre Annecy et Aix les Bains en catimini

On a été donc très surpris lorsque la Député de Savoie Typhanie DEGOIS, catastrophée, nous a alerté de la volonté des élus du Département de Savoie et de l’Agglomération de Chambéry d’abandonner le financement des travaux de la première phase du doublement de la ligne ferroviaire entre Annecy et Aix les Bains.

Aucune information des commissions de concertation des deux agglomérations

En juin dernier, lors de la tenue de la Commission des soi-disant partenaires de l’Agglomération de Grand Chambéry et de la Commission Consultative (CCSPL) de Grand Lac, nous avions interrogé les élus sans avoir en retour aucune information.  

On était d’autant plus surpris de cet abandon que cette ligne à voie unique, qui est une des plus sollicitée de France, est le principal point de blocage pour arriver à cadencer des trains au ¼ d’heure, et donc mettre en place le projet de RER savoyard.

On espérait plutôt que la Région s’engage pour financer comme prévu dans le nouveau contrat de plan Etat-Région la deuxième phase de ce projet. Rappelons que la première phase de ce projet a été votée et financé en 2015 par le prédécesseur de Laurent Wauquiez, et que ce dernier n’a rien fait depuis.

Honte suprême : Rumilly assurera la part de la Savoie

C’est à Annecy au Congrès de la FNAUT, le 2 octobre dernier, lors d’une table ronde avec les élus locaux que l’on a appris que les élus de Savoie s’étaient définitivement retirés du projet, et honte suprême, que la part de la Savoie serait assurée par la Communauté de Commune de Rumilly.

Il ne faut pas être devin pour comprendre dans ces conditions que le projet de RER Savoyard est une simple opération de communication pour les élections et qu’on n’est pas près de le voir avancer concrètement.

Le financement d’une étude par les collectivités n’engage en rien la réalisation, pour preuve, l’agglomération de Grand Lac avait voté à l’unanimité le 7 juin 2018 les études de l’avant-projet sommaire du projet de doublement de la voie ferrée.

 Développement Durable : juste une élue en Savoie pour le développement des trains du quotidien !

On est atterré qu’en Savoie, l’abandon de la modernisation de la ligne ferroviaire n’inquiète que la député Typhanie DEGOIS.

On attend vivement que Hervé GAYMARD, le Président du Département de Savoie, Philippe GAMEN le Président de l’Agglomération de Chambéry et son Vice-Président au transport Alain CARACO, Renaud BERRETI le Président de l’Agglomération d’Aix les Bains et son Vice-Président au transport Florian Maitre expliquent publiquement les raisons de l’abandon de ce projet stratégique pour l’avenir des déplacements en Pays de Savoie.

Et que Philippe GAMEN et Alain CARACO ne viennent pas nous dire que ce doublement de la voie entre Aix et Annecy ne concerne pas Chambéry, les habitants de l’agglomération subissent depuis des mois des bouchons quotidiens sur la VRU en raison des travaux d’AREA pour créer un nouvel accès vers l’autoroute A41 en direction d’Annecy.

Et que Hervé GAYMARD ne vienne pas nous dire que les finances du Département sont exsangues, le 8 octobre dernier, il annonçait fièrement 14 millions d’euros de dépense supplémentaire, entre autres et toujours pour la route des Gorges de l’Arly, en raison notamment de 22 millions de recette supplémentaire dû à la reprise du marché immobilier.

Dans cette logique, nul doute que ces trois collectivités continueront à financer lourdement, sans aucune condition, les usagers des autoroutes de notre bassin de vie.

 A la vue des 100 000 habitants supplémentaires prévus dans notre bassin de vie d’ici 2040 et de la politique actuellement mené par les élus de Savoie, on prédit donc un avenir radieux à la société d’Autoroute AREA, des bouchons gigantesques de plus en plus fréquent à chaque accident comme le vendredi 15 octobre dernier et à la pollution qui tue 4300 personnes dans notre région chaque année suivant le rapport de Santé Publique France.

https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2021/10/15/accident-sur-l-a41-d-importants-bouchons-en-direction-de-chambery

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/ce-qu-il-faut-retenir-du-rapport-sur-la-pollution-atmospherique-a-l-origine-de-4-300-deces-par-an-dans-la-region-2295661.html

On aimerait également que les Présidents des deux agglomérations nous expliquent également à quoi servent la Commission des Partenaires et la Commission Consultative des Usagers, si ce n’est juste à être en règle avec la loi.

 

 

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>