Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

Tous Sauf le Lyon-Turin : la trahison écologiste

19 Mars 2017, 20:25pm

Publié par Acac73

Tous Sauf le Lyon-Turin : la trahison écologiste

Après avoir rendu notre copie avant le 31 décembre, comme demandé par Patrick Mignola, vice-président au Transport, le débat sur les propositions des associations pour le report des marchandises sur le rail dans les vallées alpines a été repoussé, par le président de la Région Laurent Wauquier, du 9 mars au 6 Avril 2017.

Nous n’attendrons pas cette date pour rentrer dans cette discussion car plusieurs dirigeants d’associations opposées au Lyon-Turin ne cessent de diffuser de fausses informations pour tenter de «flinguer» ce projet, quitte à renier les mesures indispensables pour redonner de la compétitive immédiate au ferroviaire.

 

Un choix de société : donner la priorité à des nouvelles lignes ferroviaires ou à des autoroutes ?

Si leurs propositions sont mises en œuvre, il n’y aura aucune perspective de diminuer le trafic routier, ni immédiatement, ni à long terme. Un abandon du Lyon-Turin provoquerait, immanquablement, la réalisation des projets aujourd’hui abandonnés de Contournement Autoroutier de Chambéry (1 milliard d’euros) et de doublement du tunnel routier du Mont-Blanc (500 millions d’euros) et convertirait nos vallées en couloirs à camions !

Nous sommes convaincus de la bonne foi des militants de ces associations qui se font malheureusement manipuler...

 

Les amis de la Terre et ...des autoroutes !

Nous avons pour exemple « les Amis de la Terre » qui ont obtenu l’abandon de la Autoroute Ferroviaire Atlantique en 2015 au motif de la non rentabilité de ce mode de transport de marchandises.

Nous ne les avons plus entendus lorsque la société d’autoroute Vinci a lancé, en 2016, un premier projet d’élargissement de l’autoroute A10 sur 93 km, pour un montant supérieur au coût de mise au gabarit de la ligne ferroviaire, entre Calais et Tarnos dans les Landes.

https://amisdelaterre40.fr/spip/spip.php?article402

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/autoroute-a10-entre-poitiers-tours-elargie-93-km-2023-994313.html

 

Jean-Charles kohlhaas et Pierre Mériaux EELV : Un dénigrement du ferroviaire catastrophique pour Lyon.

Leur dénigrement systématique des grandes infrastructures ferroviaires à la Région, de concert avec le Front National, a porté ses fruits : le contournement ferroviaire de Lyon, qui était prévu pour 2020 et qui aurait permis aux trains de marchandises de traverser la région lyonnaise facilement, sans passer par la gare Part Dieu saturée, a été reporté aux calendes grecques... Immanquablement, la priorité a été redonnée au projet de contournement autoroutier est et ouest de Lyon, pour plusieurs milliards d’euros.

Aujourd'hui, les opposants à cette nouvelle ligne ferroviaire sont désespérés car, avec le déclassement prochain de l’autoroute A6 et A7 dans Lyon, ce sont plusieurs milliers de véhicules qui, chaque jour, vont venir renforcer la pollution dans l’est lyonnais.

http://www.20minutes.fr/lyon/2005647-20170131-lyon-autoroute-a6-a7-declassee-va-passer-prochains-mois

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actualites/L-autre-direct/Declassement-A6-A7-une-fausse-bonne-nouvelle-pour-l-Est-lyonnais

 

Collusion avec le lobby autoroutier.

Ne nous étonnons pas du fait que Daniel Ibanez, leader des opposants au Lyon-Turin, se prévale du soutien de certaines personnalités sans indiquer leurs liens avec les lobbies autoroutiers : Yves Crozet, président du Think Thank de l’Union Routière de France - Sandro Plano, directeur de l’Autoroute du Val de Suse...

Ne nous étonnons pas du fait que Francois Mauduit, alter ego de Daniel Ibanez, soit le représentant sur Saint Alban en Leysse du parti de M Dupont-Aignan, défenseur infatigable des « bonnets rouges » et opposant de la première heure à la fiscalité écologique.

Ne nous étonnons pas non plus de la plainte contre la pollution de l’air déposée en 2014 par Daniel Ibanez!Elle désignait nominativement la SCNF mais restait silencieuse sur les transporteurs routiers qui circulent avec de vieux poids-lourds ultra polluants et dangereux, ainsi que sur les sociétés d’autoroutes qui continuent, par leurs projets d’élargissements, de favoriser les déplacements routiers.

Ne nous étonnons pas encore de la manifestation contre la pollution de l'air organisée en Maurienne, en 2014, non pas aux abords du doublement du tunnel routier du Fréjus mais à ceux du chantier du Lyon-Turin !

 

Consensus sur les alternatives au Lyon-Turin : le projet sera fini avant que les opposants présentent un projet commun et détaillé.

A noter, l'absence de Dominique Dord et de Marc Pascal de la CIPRA à la présentation de Daniel Ibanez, vendredi 10 mars, à Aix-les-Bains : le premier promet de supprimer les trains de marchandises le long du lac du Bouget et dans Aix-les-Bains ; les deux autres voulant en rajouter une centaine par jour...

A noter qu'il n'y avait qu'une quarantaine de personnes,  les organisateurs n'ayant fait aucune publicité pour cette réunion.  On remercie Olivier Berardi de la la TV Net Citoyenne pour sa vidéo de la réunion.

https://www.dailymotion.com/video/x5f2449_10-propositions-pour-mettre-dans-les-vallees-alpines-les-marchandises-sur-les-trains_news

 

Patrick Mignola démissionnaire.

Patric Mignola, vice-président au Transport de la région, vient d'annoncer qu’il ne s’engage plus sur la localisation de la nouvelle plate-forme de chargement de poids-lourds et qu’il passe le «bébé» à l’Etat.

Il ne faudra donc pas se scandaliser du fait que l’état prenne des décisions sans consulter les élus locaux !

Pourtant, il suffit de voir la carte des origines des trafics pour décider de la localisation des plateformes :

  • Sur le site de moto-cross à Grenay dans l’est Lyonnais à proximité immédiate des centres industriels et des plateformes de logistiques lyonnaises pour le trafic passant à Chambéry et en Maurienne

  • Au sud de Paris ou au pire à Dijon pour le trafic passant par la vallée de l’Arve

  • à Calais, pour le trafic en provenance du Royaume-Uni

Mais pas à Ambérieu, au milieu de nulle part. et certainement pas dans la gare de voyageurs et de triage. Qui peut imaginer un flux de deux milles poids-lourds quotidien qui viendraient traverser la ville d’Ambérieu ?

D’ailleurs, ni Marc Pascal de la CIPRA, ni maintenant Daniel Ibanez ne s’engagent pour un site précis sur Amberieu, alors que ce premier est très précis sur la localisation et les capacités du site de Perrigny au sud de Dijon.

 

Jusqu’où ira la malhonnêteté ?

En introduction à leurs dix propositions pour transférer un million de poids-lourds sur le rail, sans le Lyon-Turin, Daniel Ibanez et Francois Mauduit expliquent dans leur réunion, par une étude européenne, que l'usage du rail existant coûte moins cher que le transport routier sur l'itinéraire Lyon-Turin...

Ils oublient simplement de dire que l’Autoroute Ferroviaire Alpine est subventionnée à hauteur de 54%, soit environ 10 millions d’euros, pour tout juste 30 000 poids-lourds chargés par an !

Ce fait est connu de tous depuis 2003 et rappelé dans un rapport de la Cour des Comptes en janvier dernier.

En attendant la réalisation d’une ligne du 21° siècle qui permettra de diminuer fortement les coûts d’exploitation, tous les écologistes sont jusqu’ici d’accord pour demander, en priorité, la mise en œuvre d’une fiscalité écologique.

 

Ils expliquent également que les bénéfices du tunnel du Mont-Blanc servent à éponger les dettes du tunnel du Fréjus. Là encore, ils oublient d’indiquer qu’en juillet dernier, le premier Ministre Manuel Valls avait annoncé que désormais ce fond alimenterait désormais la réalisation du projet Lyon Turin ferroviaire

http://www.leparisien.fr/lyon-69000/lyon-turin-valls-precise-le-financement-de-la-contribution-francaise-21-07-2016-5986337.php

 

 

 

 

Fiscalité écologique: quand les responsables écologistes, opposés au Lyon-Turin, trahissent leurs militants.

 

Alors que plusieurs présidents de Région demandent l’établissement d’une écotaxe régionale poids-lourds, la mise en œuvre de cette fiscalité écologique est absente des propositions des associations « écologistes », opposées au Lyon-Turin : pourquoi ne demandent-elles pas, à Laurent Wauquier, la mise en œuvre de cette vieille revendication ?

http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/pecresse-reclame-le-retour-de-l-ecotaxe-pour-les-camions-11-04-2016-5706165.php

http://www.leparisien.fr/nord-pas-de-calais/ecotaxe-cuvillier-relance-l-idee-d-une-taxe-transit-regionale-10-08-2015-5001765.php

http://www.sudouest.fr/2015/08/15/alain-rousset-favorable-a-une-ecotaxe-regionale-2097735-3452.php

http://www.lalsace.fr/actualite/2016/06/21/ecotaxe-les-regions-reviennent-a-la-charge

 

 

  1. Demander à Laurent Wauquier la mise en œuvre de l’écotaxe régionale en Rhône-Alpes-Auvergne.

     

Pour rétablir une concurrence loyale, est-il anormal que les poids-lourds payent lorsqu’ils empruntent les nationales. Les trains payent bien à RFF le moindre kilomètre qu’ils parcourent sur les voies ferrées !

Comme l’indiquait FNE et la FNAUT, est-il anormal que les poids-lourds payent pour la congestion et la pollution de l’air qu’ils génèrent ?

Comment se fait-il que les associations regroupées autour Marc Pascal de la CIPRA ne demandent-elles pas la mise en œuvre de l’écotaxe régionale. Veulent-elles attendre que les portails soient démontés dans notre région ?

 

https://www.fne.asso.fr/communiques/eurovignette-le-transport-routier-paiera-aussi-pour-le-bruit-et-l%E2%80%99odeur

 

  1. Demander à la Région de faire un vœu pour la mise en œuvre de l’euro-vignette poids-lourds alpine.

    Si, à la différence de l’écotaxe régionale, l’euro-vignette poids-lourd alpine ne fait pas partie des attributions de Laurent Wauquier, nous lui demandons de s’engager quand même pour sa mise en œuvre avec l'objectif de faire payer au poids-lourds la congestion et la pollution qu’ils engendrent sur le réseau autoroutier concédé.

Cette euro-vignette, votée par les députés européens en 2011, portée par le député Michel Destot et le sénateur Michel Bouvard en 2015, pourrait être mise en place avant cet hiver. Comme en Allemagne, en Suisse et dans bien d’autres pays européens, elle est prévue pour être modulable suivant le niveau de pollution des poids-lourds.

Nous espérons que les associations opposées au Lyon-Turin privilégieront l’intérêt général en nous soutenant dans nos demandes, même si cette fiscalité écologique permettra également de financer les nouvelles infrastructures ferroviaires.

http://www.micheldestot.fr/dans-les-medias/mise-place-de-leurovignette-alpine-reponse-a-question-posee-cour-comptes-financement-lyon-turin/

 

Il est à noter que pour les candidats à l’élection présidentielle, seul Emmanuel Macron a eu le courage d’indiquer qu’il croyait en l’Euro-vignette. Quant à Marine Le Pen et à Nicolas Dupont Aignan, ils ont toujours combattu ces mesures et ont apporté un soutien constant aux « bonnets rouges ».

 

  1. Demander à Patrick Mignola l’annulation du doublement de l’échangeur autoroutier de Chambéry Nord pour financer l’extension de l’autoroute ferroviaire alpine.

    Les élus de l’agglomération de Chambéry (dont fait partie M. Mignola) négocient avec AREA le doublement de l’échangeur autoroutier de Chambéry Nord pour un coût total d’environ 100 millions d’euros.

Ce projet pharaonique n'est en aucun cas financé par AREA mais par les usagers de l’autoroute à travers des augmentions supplémentaires des péages.

  Au lieu d'un nouvel et somptueux échangeur autoroutier, les usagers ne préféreraient-ils pas que leur argent aille dans des projets facilitant le covoiturage (augmentation de la capacité du parking d'échange), diminuant le trafic poids-lourds (ferroutage), favorisant la multi-modalité (connexion avec le réseau de transport en commun) et augmen tant la sécurité sur la VRU (barrière de sécurité en béton) ?

 

Depuis deux ans que ce projet est connu, nous demandons que cet argent soit redirigé vers d’autres projets plus respectueux de l’environnement comme l’autorise le décret ministériel.

Comme AREA l’avait fait en 2003 avec la plate-forme d’ AITON, nous demandons à ce que l’argent des usagers soit consacré au financement de l’augmentation des capacités de l’autoroute ferroviaire alpine en priorité.

 

 

  1. Confirmer le début des travaux, en 2019, du doublement de la ligne ferroviaire Aix-les-Bains / Annecy.

    La précédente Assemblée Régionale avait réservé, dans le budget 2016-2020, 160 millions d’euros pour le doublement partiel de la ligne ferroviaire en Aix-Les-Bains et Annecy. L’enquête publique devait être réalisée en 2017 pour permettre le début travaux en 2019 après la réalisation du CEVA.

La région ne communique plus sur ce projet destiné à favoriser l’usage du rail entre deux bassins de vie de 200 000 habitants chacun.

Nous noterons qu’à la place de ce projet de 160 millions d’euros, la nouvelle majorité de la Région a voté un financement pour l’autoroute A45 (125 millions d’euros) et pour la gare TGV « betterave » d’ALLAN dans la Drôme (25 millions d’euros).

http://www.lessorsavoyard.fr/aix-les-bains-et-autour/la-modernisation-de-la-ligne-ferroviaire-ia945b0n135318

 

  1. Confirmer l’achat des wagons spéciaux Modhalor pour augmenter la capacité de l’autoroute ferroviaire

    Depuis de nombreuses années, nous demandons l’achat de nouveaux wagons madhalor pour augmenter la capacité de l’autoroute ferroviaire existante. Ceux-ci ont largement fait leur preuve, en France, depuis 2003 et sont désormais utilisés sur 3 autoroutes ferroviaires. Ils permettent le chargement rapide de remorques seules, de poids-lourds complets et de conteneurs.

Quels sont les véritables objectifs des opposants au Lyon-Turin qui, au lieu de nous soutenir depuis plusieurs années sur l’achat de wagons modhalor (matériel français fabriqué en Alsace), préconisent les wagons suisses, à petites roues très coûteux en exploitation.

En 2013, Daniel Ibanez, promouvait les wagons motorisés r-shift-r et en 2017 le chargement des marchandises sur des containers. Ceux-ci sont surtout utilisés pour le transport par bateau des marchandises en provenance d'Asie. Le rail suisse en transporte beaucoup, ces conteneurs arrivant des ports du nord de l'Europe pour alimenter l'Italie mais ce mode n'est pas du tout adapté aux échanges entre l'Italie et la France. Leur généralisation augmentera, de plus, la pollution sur le trajet entre les plates-formes de chargement et les entrepôts : ces containers augmentent le poids des poids-lourds de plus de deux tonnes et comment vont-ils pouvoir subventionner les poids-lourds étrangers qui représentent, en 2016, 83,5% du trafic passant au tunnel du Mont-Blanc ?

 

 

  1. Exiger que les interdictions de poids-lourds soit identiques au Mont-Blanc et au Fréjus.

    Les poids-lourds les plus polluants à la norme EURO1 et EURO2 sont toujours autorisés au Fréjus alors qu’ils sont interdits depuis deux ans au Mont-Blanc.

En cas de pic de pollution, les interdictions devront être également identiques pour éviter qu’une vallée ne devienne la «poubelle» de l’autre.

 

 

  1. Préserver le trafic TER et TGV sur les lignes historiques et ne pas encourager le travail de nuit des routiers

Les projets d'allongement de l'Autoroute Ferroviaire ne devront en aucun cas pénaliser le trafic des TER et des TGV, que ce soit sur le nœud ferroviaire Aix-les-Bains-Chambéry-Montmélian, à Grenoble ou sur la ligne passant à Bourgoin-Jallieu.

Il n'est pas acceptable non plus de demander aux transporteurs routiers de charger leurs poids-lourds la nuit sur les plates-formes pour profiter de la disponibilité nocturne des sillons ferroviaires !

 

Nos remarques sur les propositions de Daniel Ibanez et François Mauduit :

 

  • Suppression des passages à niveaux sur la ligne existante.

En effet, avec leur projet d'ajout d'une centaine de trains par jour, les barrières des passages à niveau n'auraient pas le temps de remonter avant l’arrivée du train suivant. Bien sûr, le financement et la faisabilité de leur proposition ne sont absolument pas documentés.

 

  • Protection de la population et des espaces naturels.

En 1972, pour couvrir juste 75 mètres de voies ferrées, la SNCF avait fermé la route qui longe le lac du Bourget pendant quatre mois et détourné la voie ferrée sur cette route.

Là également, aucun document sur la faisabilité n'est proposé. Pire, les documents qu'ils avaient présentés en mai 2011 ont disparu de leur site internet. Seul le reportage de la TV Net Citoyenne est encore visible.

http://www.dailymotion.com/video/xils7w_tgv-lyon-turin-le-projet-alternatif_news

A noter également que Daniel Ibanez et Francois Mauduit présentent leur projet sans même avoir consulté les associations comme ADRILAC qui défendent les rives du lac du Bourget. Pour sa présidente, il n'est pas envisageable d'augmenter le trafic sur cette ligne sans prendre, en amont, des mesures de protection qui vont coûter chères.

Cette scène surréaliste est visible sur le reportage de la TV NET CITOYENNE ( 1h28mm)

https://www.dailymotion.com/video/x5f2449_10-propositions-pour-mettre-dans-les-vallees-alpines-les-marchandises-sur-les-trains_news

 

  • Interdiction des poids-lourds de plus de 4 mètres

Effectivement la France, à la différence des autres pays européens, n'a pas encore interdit les camions de plus de 4 mètres de hauteur. Nous soutenons donc cette proposition, même si ces poids-lourds représentent un trafic infinitésimal. En attendant une interdiction totale, nous suggérons qu'ils soient immédiatement classés dans la catégorie B des transports exceptionnels, entraînant une surtaxe de 120€.

 

Tout sauf le Lyon-Turin ! Les menaces des associations « écologistes » opposées au Lyon-Turin.

 

Nous dénonçons comme intolérable les menaces présentes dans le document des associations opposées au Lyon-Turin contre ceux qui voudraient prioriser la protection du lac du Bourget avant la mise en place de leur projet d'ajout de plusieurs dizaines de trains supplémentaires par jour, sur la ligne qui longe le lac du Bourget :

 

« Mise en sécurité et réduction des nuisances le long du lac du Bourget et dans les agglomérations" de"Bourg" en"Bresse," Culoz,"Aix" les"Bains," Chambéry,"Montmélian,"Grenoble" (entre" autres" collectivités" impactées" qu’il" convient" de"mieux" inventorier6)." ….. Nous" insistons" pour" dire" qu’en" aucun" cas," ces aménagements" nécessaires" ne" peuvent" justifier" un" retard" du" ferroutage" sauf" à" prendre" le" risque" de" mise" en" danger" de" la" vie" d’autrui....

 

 

 

 

Commenter cet article