Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »

3 Octobre 2018, 19:17pm

Publié par Acac73

Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »

 Daniel Ibanez, invité par une association du Mont-Blanc à Saint-Gervais, vendredi 28 septembre, a expliqué aux habitants de la vallée de Chamonix que la pollution par le trafic poids-lourds, qu'ils subissent chaque hiver, peut être résolue grâce à ses solutions miraculeuses et qu'ainsi, le Lyon-Turin n'a donc aucune raison d’être !

Bien entendu, il s'est simplement présenté comme un économiste et a omis de préciser que sa résidence savoyarde était impactée par le projet. Comme à chacune de ses interventions, depuis six ans qu'il vent son boniment, il a monopolisé la parole pendant deux heures, en reléguant les questions gênantes pour la fin de son intervention :

 

Difficile de rester stoïque pendant deux heures au vu des contrevérités racontées !

 

D’après Daniel Ibanez :

 

  • Il n'y a qu'une «légère augmentation du trafic routier au Mont-Blanc et au Fréjus ces dernières années»

    Les chiffres officiels :

    • +5 % au Fréjus, +8% au Mont-Blanc en 2017

    • +8.5% au Fréjus depuis le début de l'année

 

 

  • Le tunnel ferroviaire du Mont-Cenis est parfaitement sécurisé.

    A-t-il oublié les conséquences d'un incendie dans un tunnel de 13 km de long qui ne comporte aucune aucune galerie de sécurité ?

Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »
  • Le rail aurait des coûts inférieurs au routier.

Il oublie de préciser que pour être compétitifs, les États Français et Italien versent 10 millions d'euros de subvention, chaque année, à la SNCF pour seulement 35 000 poids-lourds transportés, soit environ

300 € par remorque. Bien entendu, Daneil Ibanez fustige l'incompétence de la SNCF à être plus performante mais n'explique pas pourquoi aucune des dix autres sociétés ferroviaires, opérant en France, n'arrivent à concurrencer efficacement le transport routier.

 

  • Il est parfaitement possible d'ajouter une centaine de trains, par jour, sur la ligne qui traverse le nœud ferroviaire Chambéry-Montmélian et de charger 2000 poids-lourds dans la gare, au centre de la ville d'Ambérieu, cela 350 jours par an, y compris les week-ends.

Ceci est en partie vrai, mais avec un très gros bémol puisque cela demanderait de faire circuler les trains de marchandises principalement la nuit et le week-end, et imposerait aux routiers des horaires particuliers afin de charger leur remorque en centre ville d'Ambérieu comme Daniel Ibanez le propose.

Nous trouvons scandaleux que « les Amis de la Terre », association au nom de laquelle Daniel Ibanez parle, veuillent imposer cet enfer aux routiers et aux milliers de riverains de la ligne historique d'Ambérieu, d'Aix-les-Bains et de Chambéry. Cela compromettrait aussi définitivement le développement des TER en Savoie et interdirait, entre autre, la réouverture des gares de Chignin, de Voglans, des haltes ferroviaires d'Alpespace et des Landiers.

 

Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »
  • Il suffit de mettre en œuvre ses solutions pour enlever 1 million de poids-lourds des vallées.

Les solutions de Daniel Ibanez ne permettent même pas de prendre 10% du trafic poids-lourds circulant entre la France et l’Italie.

  • les wagons suisses, à petites roues, ne sont pas en capacité de prendre des poids-lourds avec une hauteur supérieure à 3,75m sur la ligne historique, ils concernent donc à peine 5% des poids-lourds circulant entre la France et l’Italie.
  • les wagons kangourous, pour charger des remorques préhensibles verticalement, représentent à peine 5% des poids-lourds circulant entre la France et l’Italie.

  • les containers principalement utilisés pour des trafic en provenance de l'Asie, via les ports, représentent également une part infime des poids-lourds traversant les alpes.

 

A l'unisson avec les « Bonnets Rouges »

Aucun mot sur la vignette poids-lourds qu’essaie de mettre en place le nouveau Ministre de l’Écologie François de Rugy. Daniel Ibanez a essayé de « noyer le poisson » quand on a évoqué son courrier du 17 octobre dernier au Ministre, au nom des « Amis de la Terre » demandant des conditions extravagantes pour la mise en mise en place d'une redevance poids-lourds, déjà mise en place dans de nombreux pays européens comme l'Allemagne, la Suisse, l'Autriche.

Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »

 

 

 

Aucun problème pour laisser le transport routier en position hégémonique et envoyer le trafic sur la Savoie !

La raison de cette opposition à la mise en place d'une fiscalité écologique est simple : l'objectif absolu, pour Daniel Ibanez, est de supprimer toute forme de financement du Lyon-Turin, sans vergogne, même si les conséquences sont de laisser le transport routier en position hégémonique dans nos vallées.

C'est pour cela qu'il s'est insurgé contre le financement du doublement du tunnel routier du Fréjus par les bénéfices du Mont-Blanc, le jour même où les députés Bouvard et Destot, en juillet 2015, ont proposé de rediriger ces montants vers le financement du Lyon-Turin.

 

Il est à noter que le comportement d'Anne Lassman-Trappier, Présidente de FRAPNA Haute Savoie, est actuellement la même alors que, présente au conseil d'administration de ce fond depuis 2012, on ne l'avait jamais entendue s'y opposer !

De même pour le président d'honneur de l'ARSMB qui, il y a quelques jours, demandait sur les réseaux sociaux au Président des autoroutes du Mont-Blanc et de la Maurienne, l'application d'un « accord de 2003 de régulation du trafic 35% au Mont-Blanc 65% sur Chambéry et la Maurienne. »

Espérons que le gouvernement ne satisfasse pas à cette demande qui reviendrait à transférer immédiatement plus de 100 000 poids-lourds en Savoie !
 

 

 

 

Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »

ANTICOR, Daniel IBANEZ et les lobbis autoroutiers.

Bien entendu, Daniel Ibanez n'a rien dit de sa visite au ministère italien des infrastructures, à Rome, le 5 juillet dernier, avec Marco Scibona, ancien sénateur non réélu du Val de Suse, nommé récemment par la Maire 5 étoiles de Turin au conseil d'administration de l'autoroute menant au tunnel routier du Mont-Blanc : préparation du doublement du tunnel routier ???

 

Après cette visite, les seules mesures annoncées par les nouveaux élus italiens :

 

  • l’accélération du chantier, de 1,4 milliard d'euros, de la nouvelle ligne électrique entre l’Italie et la France, pour que cette dernière puisse exporter encore plus d'électricité nucléaire des centrales du Bugey vers Turin...
  • une réflexion pour diminuer les taxes sur la gasoil et les péages autoroutiers pour les transporteurs routiers italiens.
  • la réalisation d'une nouvelle étude « coût-avantage » sur le projet Lyon-Turin, avec Marco Ponti connu pour faire partie du même réseau européen des lobbies autoroutiers qu' Yves Crozet et Rémy Prudhomme en France. Nul doute que la conclusion sera fortement défavorable à la nouvelle ligne ferroviaire : pour eux, le transport routier paie largement le coût de la pollution et de la congestion qu'il génère...

 

On ne s'étonnera pas de retrouver, une nouvelle fois ,Daniel Ibanez et Yves Crozet, à une conférence contre le Lyon-Turin, samedi prochain à Valence :

 

Il est à noter que, Anticor, organisateur de cette table «ronde», présente Yves Crozet comme un simple « professeur émérite à l’IEP de Lyon » et omet d'indiquer qu'il est surtout le Président du Think-Thank du plus gros lobbie routier de France : l'Union Routière de France.

 

Nous avons contacté le responsable d'Anticor pour :

  • expliquer les conflits d’intérêts de Yves Crozet et de Daniel Ibanez sur le r-shift-r, projet présenté comme une alternative miraculeuse au Lyon-Turin avec son concept délirant de wagons motorisés montés sur vérins.
  • pour lui dire qu'il était également surprenant qu'Anticor, qui prône l'éthique et la transparence, invite un responsable (Daniel Ibanez) d'entreprise (NIID à Paris à coté de l’Élysée) qui ne publie pas ses comptes.

 

pour lui dire également que nous espérions que soit évoqué le chantier, lancé en 2012, de la nouvelle ligne électrique entre l’Italie et la France, sachant que le poste de transformation de 10 hectares se trouve à quelques centaines de mètres de la résidence savoyarde de Daniel Ibanez et que pour cela, ni lui-même, ni Michèle Rivasi n'ont trouvé quelque chose à dire sur ce projet de 1,4 milliard d'euros.

 

Est-ce que cet argent n'aurait pas été plus utile au développement des énergies renouvelables qu'à la pérennisation de la centrale du Bugey pour des dizaines d'années ?

 

La seule réponse obtenue du responsable d'Anticor a été de nous bloquer sur tweeter...

 

ANTICOR et les conflits d’intérêts

 

Jean-Francois Roussel, ancien responsable de la gare voyageur de Modane, est présenté dans les réunions de Daniel Ibanez comme étant le garant du rajout possible de 100 trains de marchandises par jour sur la voie ferrée qui traverse Chambéry.

Bien entendu, le 11 octobre, à une réunion sur le thème des lanceurs d'alertes à Chambéry, il ne viendra pas défendre cette affirmation, mais au nom d'Anticor avec Daniel Ibanez, il viendra associer les promoteurs du Lyon-Turin à des corrupteurs. Curieux mélange des genres de la part d'ANTICOR...

En 2014, Daniel Ibanez nous avait associés au 3ème Reich !

Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »

 

 

Quand les pyromanes se font passer pour des sauveurs.

 

En 2013, Daniel Ibanez sous le nom « des Amis de la Terre » avait porté une première « plainte contre X  pour surexposition des personnes aux émissions des moteurs diesel ».

Cette plainte, qui exploitait le désarroi des habitants des vallées et des agglomérations face aux épisodes de pollutions, ne pointait que la SNCF comme responsable de la pollution... Pas un mot sur les transporteurs routiers qui utilisent des véhicules « poubelles » ou des échappements trafiqués pour réduire encore plus les coûts... Pas un mot sur les sociétés d'autoroutes qui ne font aucune différence de péage suivant le niveau de pollution des poids-lourds... L'objectif était sournoisement d'affaiblir la SNCF, porteuse du projet Lyon-Turin, aucun autre opérateur ferroviaire n'étant d’ailleurs désigné !

 

Ce mardi 2 octobre, nouvelle plainte contre la pollution de l'air par les « Amis de la Terre » et toujours rien sur les sociétés d’autoroutes et les chargeurs qui privilégient la route.

Par contre, ils n'ont pas oublié leur combat contre la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin en demandant « la relance du fret ferroviaire en France sur les lignes existantes  ».

 

Pas un mot de soutien pour le nouveau Ministre de l’Environnement DE RUGY qui bataille contre le Ministre des Finances Le Maire pour la mise en place d'une vignette poids-lourds ! On comprend mieux la démission de Nicolas Hulot avec ces « amis » de l'écologie.

Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »

Des cosignataires à la plainte connus pour avoir permis le développement de la route en combattant le rail.

« Les Amis de la Terre » des Landes, qui ont combattu et obtenu l’abandon de l'autoroute ferroviaire atlantique au motif des 300 millions d'euros en la désignant comme un grand projet inutile et imposé, ont été bien silencieux quant à l'accueil du trafic poids-lourds par Cofinroute qui a élargi sur 100 km l'autoroute A10 entre Poitiers et Tours, pour 1 milliard d'euros, financé par l’État via une rallonge de concession.

 

Également, l'association « Fracture » qui a obtenu le renvoi aux calandres grecques (avec le soutien appuyé du président du TT de l'Union Routière de France Yves Crozet) du contournement ferroviaire de Lyon, s'étonne désormais qu'à sa place, une nouvelle autoroute va être crée entre l'A432 ( Saint-Exupéry) et l'A46, avec en prime l'élargissement de cette dernière pour plus d'un milliard d'euros !

Daniel Ibanez ou « comment opposer des solutions miraculeuses au Lyon-Turin... »

Commenter cet article

acac73 06/10/2018 00:43

Madame,
Il y a simplement de l’indignation face à un projet catastrophique pour les Pays de Savoie.
Je vous rappelle que je n’ai eu la parole qu’à la fin de l’exposé de Daniel Ibanez pendant quelques minutes, je n’ai pu juste avant que relever les affirmations les plus grotesques.
Vous allez d’ailleurs à la facilité en affirmant que mes « arguments n'étaient étayés d'aucune précision, aucune information sérieuse » et en les réduisant à une supposé rancœur.
Si c’était le cas, nul doute que sur Chambéry, les réunions de Daniel Ibanez rencontreraient des affluences monstres. Ici, pas grand monde ne croit à ses alternatives miraculeuses. Demandez-vous pourquoi.
La pollution et la dangerosité due au trafic routier international sont des enjeux stratégiques pour notre environnement. Il n’y a que des débats contradictoires qui permettront à tous de proposer des vraies solutions inattaquables.
Cordialement,

Préau 05/10/2018 09:12

Monsieur,

Vous avez assisté vendredi 28 septembre à Saint-Gervais les Bains, à une conférence organisée par l'association Élan Citoyen.

Vous avez diffusé un commentaire sur votre blog ACAC73:

Je cite: "Daniel Ibanez, invité par une association du Mont-Blanc à Saint-Gervais, vendredi 28 septembre, a expliqué aux habitants de la vallée de Chamonix que la pollution par le trafic poids-lourds, qu'ils subissent chaque hiver, peut être résolue grâce à ses solutions miraculeuses et qu'ainsi, le Lyon-Turin n'a donc aucune raison d’être !

Bien entendu, il s'est simplement présenté comme un économiste et a omis de préciser que sa résidence savoyarde était impactée par le projet. Comme à chacune de ses interventions, depuis six ans qu'il vent son boniment, il a monopolisé la parole pendant deux heures, en reléguant les questions gênantes pour la fin de son intervention :"


Nous souhaitons rectifier un certain nombre d'erreurs, d'allégations ou d'imprécisions, qui semblent vous être coutumières:

Élan Citoyen n'est pas une association du Mont-Blanc, ni une association environnementale. C'est une association née au lendemain des élections municipales de 2014, qui apporte un éclairage différent sur la gestion de la commune et soutient les conseillers élus de l'opposition. Nos conditions d'existence sont difficiles, nous sommes la cible de nombreuses intimidations de la part du maire.

Le public n'était pas constitué par des habitants de la vallée de Chamonix, mais principalement des habitants de Saint-Gervais, dans la vallée du Val-Montjoie. Les ambiances entre les 2 vallées sont très différentes, mais comme pour l'ensemble des citoyens de la vallée de l'Arve, nous avons à cœur de défendre collectivement la qualité de l'air.

Effectivement, victimes de la pollution de l'air endémique, pollution causée par des causes multiples dont le trafic routier vers le tunnel, habitant dans la vallée de l'Arve connue pour être l'une des plus polluée de France, (bien plus polluée que Paris et autres grandes villes), l’association a souhaité apporter à nos concitoyens des informations sur un projet défendu depuis longtemps, de mettre les camions sur les trains en utilisant une ligne existante.

Toutes les solutions pour réduire la pollution sont les bienvenues. Si vous aviez pris le temps de lire l'affichage dans la salle, vous auriez lu: la liste des activités polluantes, la listes des propositions faites par les citoyens pour l'élaboration du nouveau PPA, la liste de la cinquantaine d’associations environnementales engagées dans cette problématique, la liste des promesses faites par 3 ministres et le président de la Région, et non tenues à ce jour, etc. etc. De plus, le rapport 2018 d'ATMO, très complet, que vous pouvez trouver sur Internet, était à la disposition du public, pour répondre à toute question pointue sur la qualité des polluants et leur origine. La mobilisation de milliers de personnes sur ce sujet est importante, l'impatience est grande face à l'inaction des décideurs politiques qui ne prennent pas la mesure de ce grave problème de santé publique.

Voici donc le contexte dans lequel nous avons invité Daniel Ibanez.

Nous avions convenu d'un exposé, illustré par divers documents, d'une durée d'environ 1 heure, puis de laisser une large place à des échanges avec le public.

Or vos différentes interventions pendant l'exposé ont sérieusement allongé cette première partie, et orienté le débat sur des problématiques certes respectables (en gros, le trafic ferroviaire sur le secteur chambérien) mais fort éloignées de ce que le public était venu découvrir et qui concernait plus précisément la présence des camions dans les vallées de l'Arve et de la Maurienne.

Votre affirmation sur l'impact du projet sur la résidence du conférencier relève de la diffamation. Réduire l'action de M.Ibanez, même si elle peut être controversée, à la défense d'un intérêt strictement personnel est mesquin. Ne perdons pas de temps et d'énergie sur ce sujet cet argument vous discrédite totalement.

Votre affirmation que les questions "gênantes" aient été reléguées en fin de conférence est fantaisiste. Vous avez monopolisé la majeure partie du débat, oblitérant ainsi la parole du public qui aurait pu s'informer, questionner, débattre sur la problématique au niveau local. Nous avions la chance d'avoir dans le public plusieurs personnes engagées dans des actions citoyennes, qui n'ont pas pu intervenir pour présenter leur action, ni le public néophyte poser les questions sur l'utilité, la nécessité, les limites de telles actions.

Enfin, je m'étonne de votre affirmation, selon laquelle M.Ibanez a monopolisé la parole. L'association Élan Citoyen a invité M.Ibanez pour présenter un projet. Il est donc évident que la 1ère partie soit constituée exclusivement de son exposé, puis vient le temps du débat! Il n'y a pas de monopolisation de la parole!

Les organisateurs ne vous ont pas coupé la parole, vous n'avez pas été victime de censure, vous êtes intervenus à de nombreuses reprises sur un mode agressif qui a fini par agacer nombre de personnes. Certains participants, méconnaissant totalement le sujet, ont pensé que vos interventions pouvaient apporter des arguments contradictoires qui pourraient être utiles au débat. Or vos arguments n'étaient étayés d'aucune précision, aucune information sérieuse. Simplement beaucoup de rancune dont nous ignorons et ne voulons pas connaître l'origine.


L'existence de l'opposition municipale à Saint-Gervais est un exercice très difficile. C'était notre 1ère conférence débat. Nous avions déjà suffisamment à craindre qu'elle ne puisse avoir lieu. Nous n'avions pas imaginé un seul instant que le débat serait ainsi pollué par un intervenant "extérieur" venu régler ses comptes avec le conférencier. Ici à Saint-Gervais, l'exercice démocratique est difficile. Vous ne nous avez pas rendu service!

Le constat est amer de n'avoir pas pu proposer les conditions d'un débat constructif au public. Vous affirmez que le projet que M.Ibanez défend depuis des années relève du boniment. Il aurait fallu laisser le public en débattre pour prouver votre affirmation. Nous avons une conception différente, nous avons confiance dans l'intelligence des citoyens à se forger une opinion personnelle. Notre association est constituée de personnes aux profils très différents, et nos couleurs politiques très variées. Cela ne nous empêche pas de travailler ensemble, dans la tolérance et la nuance, dans le respect de la différence et de la parole de l'autre, et en plus, de façon collégiale.

Ce qui n'est apparemment pas le cas pour vous.

Je ne vous remercie pas de votre présence.

Citoyennement vôtre,

Michèle Préau

Présidente d’Élan Citoyen, s'exprimant en mon nom propre, et non pas au nom de l'équipe.