Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

le Président Nicolas Sarkozy en Savoie : Engagement sur le projet Lyon Turin ?

21 Avril 2010, 20:23pm

Publié par Acac73

Voilà 150 ans que la Savoie est rattachée à la France …
Et voilà 154 ans que la ligne de chemin de fer qui traverse la cluse de Chambéry, et relie la France à l'Italie, a été mise en service !

Selon les dernières informations dont nous disposons, l'état prévoit de s'appuyer, 
pour développer le transport du fret à travers les Alpes, sur cette ligne conçue à l'époque des premières locomotives à vapeur.

En effet, de lourdes interrogations subsistent quant à la volonté de l'état de doter la Savoie et la région Rhône-Alpes d'une infrastructure du 21e siècle, performante, permettant le transport le plus attractif et le plus écologique possible des personnes et des marchandises : le Lyon-Turin dans sa double composante
.



600 M€ d'euros déjà engagés pour le tunnel de base en Maurienne

En 2002, les travaux des 3 descenderies nécessaires, côté français, ont été lancés et sont sur le point d'être terminés.
Le début du percement du tunnel de base est annoncé maintenant pour 2013 avec une mise en service en 2023.

Accès au tunnel de base du Lyon-Turin : à quand les décisions ?

En août 2007, Michel Barnier, déclarait dans le Dauphiné Libéré en réponse à nos interrogations  :
«La réalisation des accès  qui seront opérationnels avant la mise en service du tunnel de base » ...
« Ce dossier est à mes yeux essentiel dans sa version fret pour dégager les axes routiers des vallées alpines d'un trafic trop important de poids lourds »


A ce jour, malgré les innombrables promesses des uns et des autres, aucun coup de pioche n'a été donné entre Lyon et la Maurienne pour réaliser ces accès, pourtant vitaux pour la viabilité globale du Lyon-Turin.
L'état ne s'engage pas non plus sur le sujet alors qu'il a confirmé récemment l'engagement de projets de lignes mixtes TGV et Fret dans d'autres régions.


Veut-on donner en Savoie la priorité au tout-routier ?

  • Le doublement du Fréjus,
  • le Contournement Autoroutier de Chambéry,
  • l' A48 Bourgoin-Ambérieu,
  • le passage à 2 fois 3 voies de l'A43

...tout le laisse penser !!!

Nous espérons que le Président de la République, à l'occasion de sa venue en Savoie pour le 150e anniversaire du rattachement, annoncera le lancement des travaux de la descenderie pour le tunnel de Chartreuse, en attente depuis de longues années, et prendra des engagements fermes pour la réalisation accélérée du Lyon-Turin dans sa double composante.

La France trop riche pour profiter des aides de l'Europe ?

Rappelons que cette dernière s'est engagée à verser près de 700 millions d'euros dans la réalisation du tunnel de base. Mais elle a aussi fixée une échéance : 2013. C'est demain !!!
De plus, la France a la possibilité de demander, sur le budget 2007-2013 de l'Europe, 200 millions d'euros pour les accès au tunnel. A ce jour, rien n'est fait.


La France n'est-elle pas capable de faire au moins aussi bien que la Suisse ?

Celle-ci vient d'engager le percement de son 3e tunnel : le Ceneri (15 km). L'ouverture au trafic est prévue pour 2019. En Suisse, on ne tergiverse pas pour diminuer la circulation des poids lourds sur les routes !


Protocole MAXIPERFO pour le rail en France, « mini tortue » pour la Savoie ?


Le 25 mars dernier, Réseau Ferré de France a signé dans le cadre de la Semaine Internationale du Transport et de la Logistique, un protocole d'accord nommé Maxiperfo pour développer des trains de fret plus longs et plus lourds, donc plus productifs, conformément à l'engagement national pour le fret ferroviaire présenté par les ministres Borloo et Bussereau le 16 septembre 2009.

L'objectif est de pouvoir faire circuler des trains de fret d'une longueur de 1500 m à plus de 100 km/h sans locomotive de pousse.

Pourquoi s'obstiner à privilégier la ligne historique entre la France et l'Italie ? Celle-ci, du fait de son tracé et de sa pente, ne peut accepter que des trains de 850 m de long nécessitant jusqu'à 3 locomotives avec une vitesse de pointe de 30 km/h dans Chambéry !

Comment s'étonner, dans ces conditions, que certains considèrent le transport routier plus compétitif ?

Lire la suite

Déplacements, Transports, Projet Lyon-Turin : l'Omerta savoyarde

7 Avril 2010, 21:33pm

Publié par Acac73

Le 19 mars 2007, l’Etat et tous les élus Rhône-alpins s’engageaient pour «une première phase de réalisation des accès fret et voyageurs au tunnel de base de Maurienne »

Ce projet comportait un tunnel à un tube dédié au fret sous la Chartreuse et un autre tunnel, toujours à un tube, dédié aux voyageurs sous Dullin-l’Epine.

La réalisation de manière concomitante le Lyon-Turin dans une double composante fret-voyageurs était ambitieuse mais pleinement satisfaisante. Elle répondait parfaitement aux besoins des personnes et des entreprises dans l'idée d'un développement durable.

 

Le 20 janvier 2010, l'État annonçait que, désormais, il privilégiait uniquement le tunnel sous l'Épine en l’adaptant (double tube au lieu d’un simple - modification du profil) à la circulation de trains de fret qui traverseraient ainsi toute l’agglomération chambérienne.

Pourquoi cette remise en cause du projet initial?

Des justifications sont avancées mais elles sont si peu convaincantes qu’elles sont loin de faire l’unanimité. D’ailleurs, elles déchirent le monde politique local, et ceci indépendamment des habituels clivages.

 

L'Omerta savoyarde

Ce même monde politique était au courant, dès juin 2009, des intentions de l'État, mais il a bien pris le soin de tenir les citoyens à l’écart de ces informations. Il aura fallu attendre janvier 2010 pour que l’un d’entre eux ose en parler publiquement.

 

Une troisième voie dans Chambéry pour faire passer une centaine de trains supplémentaires par jour ?

Si ce nouveau projet est retenu, il faudra obligatoirement réaliser une troisième voie ferroviaire dans Chambéry : sans cette dernière, le tunnel de base de Lyon-Turin ne se justifiera plus. A quoi servira-t-il de doubler la ligne historique en Maurienne par le tunnel de base du Lyon-Turin si, en amont, le «bouchon ferroviaire» de Chambéry ne peut l'alimenter?

Il ne faut pas douter que cette troisième voie fasse l'objet d'un rejet parfaitement justifié des habitants de l'agglomération.

Dernière alternative : le tout routier avec le contournement de Chambéry et la transformation de la «galerie de sécurité» du Fréjus en un deuxième tube de circulation ?

 

Il y a d’autres choix que celui de l’Etat !!!

L’ État annonce l’ouverture d’une enquête publique à la fin de l’année.

Le déni de démocratie qui a prévalu pour celle de la « galerie de sécurité » du Fréjus nous a servi de leçon. Nous savons maintenant que, même en cas d’une opposition unanime, le projet sera avalisé.

C’est pourquoi nous refusons de nous voir imposer une enquête publique qui aura pour seul but de transformer l’axe Chambéry-Maurienne en couloir à camions.

 

Nous demandons donc l’organisation rapide, par les collectivités locales, d’un grand débat sur la problématique des transports en Savoie.

Pourraient être posées les questions suivantes ( la liste n’est pas exhaustive) :

  • Quelle priorité doit-on accorder à la ligne historique : TER, marchandises, TGV ….?

  • Comment se déplacer entre Montmélian, Les Marches, Chambéry, Aix, Albens, Annecy, … (voiture, TER, Bus) ?

  • Faut-il supprimer une voie de circulation sur la VRU pour favoriser un report sur un contournement autoroutier payant ?
  • Pour la ligne Lyon-Turin, faut-il donner la priorité à un tunnel sous Dullin l’Epine pour ne gagner que 10 minutes entre Lyon et Chambéry par rapport à un tunnel sous Chartreuse ?

  • Faut-il, d’ores et déjà, prévoir le tunnel sous Chartreuse pour sécuriser la réalisation du tunnel de base?


Faut-il attendre le projet de l’Etat et ainsi accepter de n'avoir le choix qu'entre un contournement autoroutier ou une autoroute ferroviaire au cœur de l'agglomération ?

 

Ce grand débat doit être porté par toutes les collectivités locales : Conseil Régional, Conseil Général, Métropole-Savoie, Chambéry-Métropole, Communauté d’Agglomération du Lac du Bourget, CCI.

Nous souhaitons que cette importante question soit posée lors de la prochaine assemblée de chaque collectivité citée.

Il nous paraît impératif que toutes les associations savoyardes représentatives soient pleinement associées : ACAC, ADTC, FRAPNA, Vivre et Réagir en Maurienne, etc.

Il nous semble essentiel que, d’une part, tous les enjeux soient clairement exposés, et que, d’autre part, une place largement prépondérante soit accordée aux citoyens.

Par ailleurs, il est souhaitable que les autres départements (Haute-Savoie, Isère, Alpes-Maritimes) concernés par les traversées alpines soient consultés.

Comment, sans un tel débat, briser les tabous, éliminer les affabulations, stopper la désinformation et choisir la Savoie que nous laisserons à nos enfants?


Lire la suite