Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

55 millions d'euros pour un doublement pharaonique de l’échangeur de la Motte-Servolex : les élus font l'autruche !

10 Mars 2014, 22:03pm

Publié par Acac73


55 millions d'euros pour un doublement pharaonique de l’échangeur de la Motte-Servolex :
les élus font l'autruche !

De nombreux candidats aux élections municipales promettent un embellissement de leur commune par la réalisation de nouveaux projets et également une modération de la pression fiscale.

On pourrait donc s'attendre à voir ceux-ci s'indigner publiquement du fait que les péages des autoroutes vont augmenter encore plus que prévu par l’État pour financer, non pas l'amélioration de la sécurité sur la VRU ou la création de la plate-forme de ferroutage à Lyon afin de diminuer le trafic poids-lourds international sur l'A43 et la VRU, mais pour un doublement pharaonique de l’échangeur de la Motte-Servolex qui, somme toute, ne rendra pas l'agglomération plus agréable !

 

Augmentations des péages AREA pour la Motte Servolex :

Après des augmentations, depuis deux ans, pour financer les 15 millions d'euros de l'élargissement de l'A43 sur l’emplacement même du projet de contournement autoroutier, voici venir des augmentations supplémentaires, pendant quatre ans, pour financer les 55 millions d'euros de la première tranche du doublement de l'échangeur... et combien dans deux ans ?

Négociations en catimini : la préfecture pilote en toute discrétion.

Comité de pilotage à la préfecture le 26 février dernier : aucune information n'a filtré !

 

AREA à la manœuvre pour vendre son projet non seulement aux élus mais également aux candidats.

AREA a rencontré discrètement les candidats pour mieux vendre son projet. C'est ce que Michel Dantin nous a indiqué suite à notre questionnement lors d'une réunion publique le 23 février.

 

Encéphalogramme plat après la publication de l’arrêté ministériel :

Il n'y a eu aucune réaction lors de la publication de l’arrêté du 24 janvier qui décrète la réalisation de la première phase de l’échangeur en 2018 pour 55 millions d'euros.

Ce décret indique pourtant que 2 millions d'euros seront engagés dès 2014.

 

Dernière séance du conseil communautaire de Chambéry Métropole.

Nous avons été stupéfaits de voir que, lors du dernier conseil communautaire du 26 février, aucun élu n'ait pris la parole pour évoquer ce projet de plus de 55 millions d'euros ou pour évoquer le rapport des commissaires enquêteurs sur le projet de la Leysse qui démontre bien que toutes les solutions n'ont pas été travaillées et repousse la réalisation du pont Cassine-Gambetta à une période lointaine.

 

Un courrier pour se dédouaner et ne rien faire ?

Les maires de Chambéry, de la Motte-Servolex et le président de l’Agglomération ont envoyé un courrier au préfet en novembre dernier pour indiquer leur réserve sur ce projet et demander l'étude d'une solution à minima à AREA. Quelle confiance de la part de nos élus qui n'ont proposé eux-même aucune alternative et n'ont pas convié, ni averti les associations pour être force de proposition !



Opposition forte au Lyon-Turin ferroviaire et silence sur les projets autoroutiers...

alors qu'en 2003, Luc Berthoud et Alain Tamburini n'avaient pas hésité à monter jusqu'au ministère à Paris pour demander que la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin ne soit pas jumelée à l'A43 (à l’emplacement même du projet actuel de doublement de l'échangeur autoroutier) mais reléguée «au fond des marais» dans le pré lombard !

 

Nous demandons que les candidats s'engagent à :

 

  • organiser une démocratie exemplaire.

Nous ne voulons pas que la mascarade de l'élargissement de l'A43 se reproduise : aucune objection du conseil municipal, aucune réunion publique d'information, etc ...

  • rétablir une relation équilibrée avec la société AREA et sa maison mère Eiffage.

C'est également ce que demandait, le 4 juillet dernier, la Cour des Comptes qui indiquait que les négociations entre l’État et les sociétés d'autoroutes «se caractérisent par un déséquilibre au bénéfice des sociétés autoroutières.»

  • ne pas se rendre complices d'une politique privilégiant le tout voiture, la pollution et renforce, de fait, le monopole des sociétés d'autoroutes dans notre région où le réseau ferroviaire date du 19ème siècle.

  • être de véritables acteurs de l'aménagement de notre territoire.

Le décret ministériel ouvre la possibilité, en cas d'abandon du projet, de récupérer les 58 millions récoltés par l'augmentation supplémentaire des péages par AREA, pour d'autres projets.

Pour nous, la priorité serait :

  •  
    • la construction de la plate-forme de ferroutage à Grenay dans la banlieue de Lyon pour soulager l'autoroute A43 et la VRU de Chambéry de 100 000 poids-lourds annuellement.

    • l'augmentation du parking de l'échangeur de la Motte-Servolex en utilisant le terrain adjacent propriété de Chambéry Métropole

    • la sécurisation de la VRU par :

      • la mise en place de barrières de sécurité empêchant les poids lourds de traverser la VRU en cas d'accident entre l'échangeur de la Boisse et celui de l'A43

      • la mise en place d’une signalétique correcte des limitations de vitesse.

        (Si de nombreux panneaux de limitation à 90 km/h sont visibles, ceux de limitation à 80 km/h pour les poids-lourds le sont beaucoup moins : un seul, «discret», à chaque extrémité de la VRU.)

 

Commenter cet article