Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

Les véritables enjeux du sommet Franco-Italien du 20 novembre.

11 Novembre 2013, 21:17pm

Publié par Acac73

A Rome, ce 20 novembre, aura lieu le sommet franco-italien au cours duquel doit être entériné le projet du Lyon-Turin ferroviaire.
Ce sommet sera un échec s'il ne notifie pas le lancement immédiat des mesures ci-dessous, annoncées depuis longtemps mais toujours en attente d’exécution :

  • la commande, urgente, de nouveaux wagons Modhalor pour permettre à l'autoroute ferroviaire alpine d'augmenter sa capacité qui arrive à saturation (94% le mois dernier soit 3407 poids-lourds transportés).

  • le lancement immédiat des travaux du nouveau terminal de l'autoroute ferroviaire à Grenay, dans la banlieue lyonnaise, ainsi que l’adaptation des voies entre Chambéry et Saint-André-le Gaz. Cela permettra de soulager l'autoroute A43 et la VRU de Chambéry du flot ininterrompu de poids-lourds,

    http://ddata.over-blog.com/0/57/80/16/7_D_Llorens_RFF_Cotita_ERC.pdf
  • l'instauration des mêmes règles entre le tunnel du Fréjus et du Mont-Blanc sur les poids lourds les plus polluants ( interdiction des poids lourds EURO 1 et 2 / instauration de la même surtaxe sur les EURO 3 ),

  • l'interdiction des poids-lourds de 44 tonnes au tunnel du Mont-blanc et du Fréjus. Du fait des forts dénivelés dans les vallées, ceux-ci renforcent le risque d'accident. Il faut revenir à une autorisation des 44 tonnes juste pour l'accès à l'autoroute ferroviaire, comme cela se faisait avant que la FDSEA obtienne sa généralisation il y a deux ans. Il faut noter que ces gabarits coûtent plusieurs dizaines de millions d'euros par an aux collectivités, du fait de l'usure plus grande des routes.

  • le lancement immédiat du creusement du premier tube du tunnel de base du Lyon-Turin en Maurienne comme cela a été annoncé le 2 décembre dernier.

 

Vote du projet du Lyon-Turin par les députés le 31 octobre.

Nous nous félicitons du vote unanime, à l'exception d'EELV et du FN, de l'accord franco-italien sur la ligne ferroviaire Lyon-Turin.

http://www.assemblee-nationale.fr/14/scrutins/jo0679.asp

 

Panique chez les opposants et position cafouilleuse de la Cour des Comptes.

Les opposants n'ont pu éviter un débat contradictoire à l'Assemblée Nationale. Leur porte-parole a ainsi affirmé que la voie historique était sécurisée, ne nécessitait pas de travaux et devrait être utilisée à saturation avant de lancer les travaux du Lyon-Turin.

Les défenseurs du lac du Bourget apprécieront … La mise en danger est caractérisée car tout le monde sait que le tunnel ferroviaire actuel du Mont-Cenis ne comporte aucune issue de secours sur ses 13 km.

Quant à la cour des Comptes, à l'origine de rapports très critiques sur le ferroutage, le Lyon-Turin et les TER sur lesquels s'appuyaient les opposants pour justifier leurs arguments, les réponses de son représentant sont aujourd’hui, très alambiquées et plus vraiment affirmées.

Vous pouvez voir ce débat, dont les opposants n'ont bien sûr fait aucune publicité, sur les liens ci-dessous :

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.4769.commission-des-affaires-europeennes--le-lyon-turin-22-octobre-2013

http://www.assemblee-nationale.fr/14/europe/c-rendus/c0089.asp

 

Nouvelle politique de la Motte-Servolex :
une opposition de façade au tout-routier, mais bien réelle sur le ferroviaire ?

 

Cette semaine, le maire de la Motte-Servolex a fait voter une subvention de 1000 € pour participer au recours contre la Déclaration d'Utilité Publique des accès français au Lyon-Turin.

 

La D.U.P. de l'élargissement de l'autoroute A43 n'a pas eu droit au même égard en début d'année. Pourtant, sur ce dossier, aucun débat public n'a eu lieu malgré l'alternative, exigée par le commissaire enquêteur, de limiter ce tronçon à 110 km/h afin de diminuer
la pollution, les nuisances sonores et le risque d'accident. Celle-ci a été balayée par le préfet au motif ahurissant que le débat avait déjà eu lieu en 2011 dans un obscur bureau du ministère des Transports !

Ce recours contre la D.U.P. des accès au Lyon-Turin repose principalement sur des arguments fallacieux et contradictoires et, de plus, il ne propose aucune alternative concrète et réaliste.

Si jamais il était suivi, il laisserait le champ libre à la transformation définitive de la Savoie en couloir à camions !

Commenter cet article