Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

Pollution : les savoyards sont-ils génétiquement immunisés ?

15 Avril 2011, 15:42pm

Publié par Acac73

Jeudi 7 avril, jour de clôture de la semaine du développement durable, les 95 élus de Chambéry Métropole ont débattu, pendant plus de 6 heures, sur les projets de reconquête de l'axe de la Leysse.

Si nous ne contestons pas l’intérêt du projet, nous sommes, néanmoins, très inquiets pour deux raisons :

1) Le renvoi de circulation sur d'autres axes, dont 6000 à 8000 véhicules par jour sur la VRU.
M. Mithieux, Maire de Vimines, a été le seul à s'inquiéter, à juste titre, d'une relance du projet de contournement autoroutier par le risque de saturation de la VRU.
Nous avons été sidérés d'entendre Madame Laclais tenter de le rassurer en indiquant que, pour elle, la VRU était capable de supporter un trafic de 120 000 véhicules / jour avec une surenchère de M. Dupassieux à 140 000 véhicules / jour (à 50km/heure). Pour comparaison, il faut savoir que le trafic actuel est d'environ 100 000 véhicules par jour.
Force est de constater que la réduction de la pollution automobile n'est pas dans les objectifs de nos élus ! Le mot pollution n'a pas été prononcé une seule fois durant les 6 heures de débat...
Très surprenant, sachant que le niveau d'alerte a été atteint de nombreuses fois sur Chambéry depuis le début de l'année et  que les conséquences sur la santé et le coût financier généré sont loin d'être négligeables.

                     http://www.lepoint.fr/societe/le-cout-exorbitant-de-la-pollution-03-03-2011-1302284_23.php

Il est inacceptable de voir ce projet se concrétiser tant qu'il prévoira le rejet d'une partie de la circulation automobile sur d'autres axes. Il est impératif que des solutions alternatives et attractives de transport en commun soient réalisées préalablement, de concert avec les autres Autorités Organisatrices des Transports sur le territoire :

  • le Département, contrairement à l'assurance que nous avait donnée son président en avril 2009, n'a pas pris ses responsabilités, entre autres, sur la liaison nord-sud en Bus à Haut Niveau de Service,
  • la Région ne montre plus d'ambition de développer les TER en Savoie contrairement à ce qu'elle fait ailleurs.


2) Pont Cassine-Gambetta : une tache dans le projet.
Dès sa première phase, le projet prévoit la réalisation d'un pont reliant la Cassine au carrefour Gambetta. Le coût de celui-ci pourrait s'élever jusqu'à 18 millions d'euros
Comme l'indique
M. Silvardière, président de la Fédération Nationale des Associations des Usagers des Transports :  « Partout en France et dans le monde, l’expérience a montré que la création d’une nouvelle infrastructure routière finit, à la longue, par provoquer une augmentation globale du trafic »

Nous rejoignons la position de Nicole Guilhaudin, élue des Verts, qui a choisi de ne pas voter le projet  de découverte de la Leysse car : « ...rendu indissociable de ce pont pas indispensable... », et   «... certainement pas prioritaire... » .
Pour nous, la première phase du projet doit comprendre, comme prévu :   
- l'aménagement de la Cassine avec son parking de plusieurs centaines de places  
- la passerelle reliant la Cassine à la Gare et au Centre-ville
Le point noir de la ville de Chambéry, lié à la circulation et au stationnement autour de la gare SNCF, sera ainsi réduit et il sera possible de créer une voie réservée pour les bus le long du quai des Allobroges et de la rue Sommeiller.
Les autres voies en sites propres prévues dans les PDU doivent être réalisées. La région doit renforcer les TER et le département mettre en place les Bus à Haut Niveau de Service promis depuis des années.
A partir de là, le projet de découverte de la Leysse pourra être lancé...

Quelle concertation ?
Nous rejoignons les inquiétudes de Madame Guilhaudin sur la nature de la concertation prévue. Nous souhaitons que la Commission Nationale des Débats Publics soit

saisie, et que le débat intègre les problématiques de déplacements dans le bassin chambérien et aixois.



Au Fréjus, contrairement au Mont-Blanc,
les camions les plus polluants sont trop nombreux
pour être interdits !


   

Dans notre communiqué du 24 janvier, nous avions exprimé notre surprise quant au fait que seul le tunnel du Mont-Blanc serait interdit au camions les plus polluants           ( Norme EURO 1).
    http://www.acac73.org/article-dans-les-alpes-maritimes-et-en-haute-savoie-on-agit-pour-preserver-la-qualite-de-l-air-en-savoie-on-se-felicite-de-l-augmentation-du-trafic-poids-lourds-65701589.html


Nous remercions M.Besson d'avoir demandé au Président du Tunnel Routier du Fréjus ce qu'il envisageait en matière d'interdiction des poids lourds selon leur niveau de pollution «classe EURO».
Ce dernier a répondu que cette mesure n'avait pas été jugée «opportune» par la Société Italienne du Tunnel Autoroutier du Fréjus, entre autres, parce que le nombre de ces poids lourds, (pour rappel 30 fois plus polluants que la norme en vigueur ) est six fois supérieur à celui du Mont-Blanc, et cela entrainerait une «contrainte» trop forte.


Au nom de la sécurité, rien n'est trop contraignant pour construire une galerie aux dimensions  pharaoniques... Par contre, continuer à laisser circuler des poids lourds de plus de 15 ans d'âge ne pose aucun problème !
Pour nous, l'interdiction de ces poids lourds devrait être d'autant plus immédiate qu'il existe la ligne de ferroutage Aiton-Turin !


Entrave à la circulation des trains entre la France et l’Italie :
Priorité au tout routier ?


Les travaux de mise au gabarit du tunnel ferroviaire sont finis depuis plusieurs semaines, pourtant, la 5ème navette quotidienne de ferroutage n'a toujours pas été mise en service.
Pire, les voyageurs des TGV à destination de Turin sont obligés de descendre à Modane pour emprunter un bus ou un autre train autorisé par l'Etat Italien afin de pouvoir finir leur trajet !
Nous remercions Monsieur Repentin de ses actions au Sénat pour sensibiliser le gouvernement sur ces  blocages.
Nous espérons que, très rapidement, ils ne soient plus qu'un mauvais souvenir.



Fréjus, après la galerie pharaonique, le viaduc ?


On nous annonce l'étude d'une reconstruction du viaduc d'accès au tunnel routier du Fréjus.
Celui-ci comporte actuellement deux voies : va-t-on nous imposer un nouvel ouvrage transformable en 4 voies ouvrant un peu plus le « couloir » savoyard aux camions ?
Il serait indécent que l’État finance encore une fois cet ouvrage. Cela reviendrait, de nouveau, à  subventionner le transport routier longue distance.


A.G Réagir en Maurienne

L'association Réagir en Maurienne tiendra son assemblée générale le vendredi 15 avril à 20 h,salle Pré Copet à St Jean de Maurienne . A l'ordre du jour : point sur le 2ème tube au Fréjus.



Commenter cet article