Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

le Président Nicolas Sarkozy en Savoie : Engagement sur le projet Lyon Turin ?

21 Avril 2010, 20:23pm

Publié par Acac73

Voilà 150 ans que la Savoie est rattachée à la France …
Et voilà 154 ans que la ligne de chemin de fer qui traverse la cluse de Chambéry, et relie la France à l'Italie, a été mise en service !

Selon les dernières informations dont nous disposons, l'état prévoit de s'appuyer, 
pour développer le transport du fret à travers les Alpes, sur cette ligne conçue à l'époque des premières locomotives à vapeur.

En effet, de lourdes interrogations subsistent quant à la volonté de l'état de doter la Savoie et la région Rhône-Alpes d'une infrastructure du 21e siècle, performante, permettant le transport le plus attractif et le plus écologique possible des personnes et des marchandises : le Lyon-Turin dans sa double composante
.



600 M€ d'euros déjà engagés pour le tunnel de base en Maurienne

En 2002, les travaux des 3 descenderies nécessaires, côté français, ont été lancés et sont sur le point d'être terminés.
Le début du percement du tunnel de base est annoncé maintenant pour 2013 avec une mise en service en 2023.

Accès au tunnel de base du Lyon-Turin : à quand les décisions ?

En août 2007, Michel Barnier, déclarait dans le Dauphiné Libéré en réponse à nos interrogations  :
«La réalisation des accès  qui seront opérationnels avant la mise en service du tunnel de base » ...
« Ce dossier est à mes yeux essentiel dans sa version fret pour dégager les axes routiers des vallées alpines d'un trafic trop important de poids lourds »


A ce jour, malgré les innombrables promesses des uns et des autres, aucun coup de pioche n'a été donné entre Lyon et la Maurienne pour réaliser ces accès, pourtant vitaux pour la viabilité globale du Lyon-Turin.
L'état ne s'engage pas non plus sur le sujet alors qu'il a confirmé récemment l'engagement de projets de lignes mixtes TGV et Fret dans d'autres régions.


Veut-on donner en Savoie la priorité au tout-routier ?

  • Le doublement du Fréjus,
  • le Contournement Autoroutier de Chambéry,
  • l' A48 Bourgoin-Ambérieu,
  • le passage à 2 fois 3 voies de l'A43

...tout le laisse penser !!!

Nous espérons que le Président de la République, à l'occasion de sa venue en Savoie pour le 150e anniversaire du rattachement, annoncera le lancement des travaux de la descenderie pour le tunnel de Chartreuse, en attente depuis de longues années, et prendra des engagements fermes pour la réalisation accélérée du Lyon-Turin dans sa double composante.

La France trop riche pour profiter des aides de l'Europe ?

Rappelons que cette dernière s'est engagée à verser près de 700 millions d'euros dans la réalisation du tunnel de base. Mais elle a aussi fixée une échéance : 2013. C'est demain !!!
De plus, la France a la possibilité de demander, sur le budget 2007-2013 de l'Europe, 200 millions d'euros pour les accès au tunnel. A ce jour, rien n'est fait.


La France n'est-elle pas capable de faire au moins aussi bien que la Suisse ?

Celle-ci vient d'engager le percement de son 3e tunnel : le Ceneri (15 km). L'ouverture au trafic est prévue pour 2019. En Suisse, on ne tergiverse pas pour diminuer la circulation des poids lourds sur les routes !


Protocole MAXIPERFO pour le rail en France, « mini tortue » pour la Savoie ?


Le 25 mars dernier, Réseau Ferré de France a signé dans le cadre de la Semaine Internationale du Transport et de la Logistique, un protocole d'accord nommé Maxiperfo pour développer des trains de fret plus longs et plus lourds, donc plus productifs, conformément à l'engagement national pour le fret ferroviaire présenté par les ministres Borloo et Bussereau le 16 septembre 2009.

L'objectif est de pouvoir faire circuler des trains de fret d'une longueur de 1500 m à plus de 100 km/h sans locomotive de pousse.

Pourquoi s'obstiner à privilégier la ligne historique entre la France et l'Italie ? Celle-ci, du fait de son tracé et de sa pente, ne peut accepter que des trains de 850 m de long nécessitant jusqu'à 3 locomotives avec une vitesse de pointe de 30 km/h dans Chambéry !

Comment s'étonner, dans ces conditions, que certains considèrent le transport routier plus compétitif ?

Commenter cet article