Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

Lyon Turin Fret : un enterrement déguisé ?

24 Février 2010, 21:20pm

Publié par Acac73

Tout récemment, l’Etat a pris des décisions responsables qui privilégient le rail aux dépens du routier

1)Contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier , opérationnel en 2016

 

Le 18 décembre 2009, l’Etat a lancé l’appel d’offre pour la réalisation de ce projet. Pour lui :

« Ce premier grand projet ferroviaire constitue l’acte 1 du Grenelle Environnement qui met en œuvre, de manière irréversible, une nouvelle stratégie de développement durable pour les dix ou quinze années à venir. Le contournement de Nîmes-Montpellier permet ainsi de donner un nouveau souffle au fret ferroviaire : le fret sort des centres-villes, la capacité de la ligne sera doublée et passera de 200 trains par jour à près de 400 ( voyageurs et marchandises). La vitesse de pointe du fret ferroviaire passera quant à elle de 30 km/h à plus de 100 km/h. »

 

2) Contournement ferroviaire de Lyon opérationnel en 2019 ( partie nord) et 2020 ( partie sud)

Le 23 décembre 2009, l’Etat a approuvé l’avant-projet sommaire de la partie nord et le dossier d’études préliminaires de la partie sud. L’objectif est le même qu’à Montpellier. Pour lui : «  Ce projet permettra de desserrer les contraintes qui pèsent dès à présent sur le nœud ferroviaire lyonnais et qui limitent le développement du TER et du fret, en libérant des sillons sur les parties les plus chargées du réseau. Ce projet participera au succès du report modal en améliorant la circulation des trains de fret en transit nord-sud ou vers l’Italie, via la nouvelle liaison entre Lyon et Turin... »

 

Les Savoyards peuvent donc légitimement espérer un traitement identique pour Chambéry, seul point de passage ferroviaire entre France et Italie. Qu’en est-il ?

Rappelons d’abord que, le 19 mars 2007, tous les élus rhônalpins, et l’Etat, s’engageaient pour «  une première phase de réalisation des accès fret et voyageurs au tunnel de base en Maurienne. »
Cette première phase comportait 3 points :
  1.  
    1. une ligne mixte fret et voyageurs entre Lyon et Avressieux

    2. un tunnel sous Chartreuse dédié aux marchandises permettant dans un premier temps de transporter 20 millions de tonnes ( soit plus d’une centaine de trains par jour) de marchandises directement vers l’Italie en évitant la traversée de Chambéry.

    3. Un tunnel sous Dullin-l’Epine dédié aux TGV et aux TER vers Paris et Lyon.


Notre association était et reste favorable à ce scénario. Elle s’est, dès sa création, montrée très attachée à une réalisation rapide de la ligne fret. Celle-ci est en effet la seule capable d’enlever plusieurs milliers de camions des vallées de Chamonix, de Chambéry et de la Maurienne, ainsi que de la ville de Nice. Et elle permet d’éviter la réalisation de projets routiers tels que le Contournement Autoroutier de Chambéry et le doublement du tunnel du Fréjus.

Alerte courant juin 2009. Ce qui n’est encore qu’une rumeur circule : l’Etat envisage, non seulement de privilégier la ligne LGV ( voyageurs) Dullin-l’Epine, mais en plus, de l’adapter ( double tube au lieu d’un simple, modification du profil) à la circulation de trains de fret qui viendraient ainsi traverser toute l’agglomération chambérienne.

Comment imaginer que l’Etat puisse renier ses engagements de reporter massivement le transport de la route vers le rail, comment peut-il marquer un tel mépris vis à vis des élus rhônalpins ?
Cette incrédulité est confortée par l’absence d’une vive réaction de la part de nos élus. Sont-ils aussi incrédules que nous ?

Et pourtant.

 

Janvier 2010 : Abandon de la priorité au contournement ferroviaire de Chambéry sous Chartreuse, concentration du trafic dans l’agglomération

 

Le 25 janvier 2010, l’Etat confirme officiellement l’existence de ce projet, demande à RFF (Réseau Ferré de France) d’étudier entre Lyon et Saint-Jean de Maurienne  …. la consistance des aménagements de ces sections permettant d’accroître leur capacité. Allusion à peine voilée à la création d’une troisième voie dans Chambéry.

Conséquence : combien de millions de tonnes de fret supplémentaires dans l’agglomération ? Sans doute plusieurs dizaines.
Récemment, certains ont justifié la priorité accordée à la LGV par la candidature d’Annecy aux Jeux Olympiques de 2018, arguant qu’il était nécessaire de mettre le site à 3 heures de Paris. Leur mauvaise foi est évidente puisque RFF a indiqué que, quoi qu’il en soit, il était impossible de tenir ces délais.

On peut d’ailleurs s’interroger sur la stratégie de l’Etat. Ne s’agit-il pas de profiter de cette candidature, au succès très incertain, pour un événement à durée très limitée, pour retarder encore le Lyon-Turin fret, voire justifier son abandon ?


5 février 2010 : délibération du Conseil Général de Savoie, un débat de qualité, un consensus courageux et responsable
Le Conseil Général, à l’unanimité moins une abstention, demande « une concomitance de réalisation fret et voyageurs …. un aboutissement rapide des études des caractéristiques et de la capacité maximale du réseau ferroviaire »

8 février 2010 : délibération du Conseil Municipal de Chambéry : un rapport préalable approximatif et réducteur, un débat et des voeux passant à côté des enjeux.

Nous y reviendrons dans un prochain communiqué.


L’avis de ACAC73 : les conséquences de ce nouveau projet

Il ne faut pas être naïf : si l’Etat rajoute une centaine de millions d’euros au tunnel de Dullin-l’Epine, ce n’est pas pour y faire passer seulement une quinzaine de trains de marchandises supplémentaires par jour pendant 4 ans (entre 2019 et 2023, date aujourd’hui prévue de la mise en service du Lyon-Turin).

En 2013, date prévue pour le lancement du percement du tunnel de base ( et date limite d’utilisation des fonds alloués par l’Europe pour ce tunnel), ce même Etat expliquera :

  • qu’il n’a plus de budget pour réaliser un deuxième ( si le premier est commencé) tunnel sous Chartreuse
  • que la solution la plus économique est de construire une nouvelle voie destinée au fret dans l’agglomération chambérienne, et par conséquent d’y faire passer quelques centaines de trains par jour.qu’il est inutile de réaliser le tunnel de base entre France et Italie puisque le nœud ferroviaire de Chambéry ne pourra alors l’alimenter qu’au tiers de sa capacité.

Les opposants au Lyon-Turin fret, qu’ils soient Italiens ou Français, pourront alors crier victoire, même si celle-ci est obtenue avec la complicité de l’Etat français et de certains de nos élus.

En outre, à cette même date, le premier nœud routier sera en passe de disparaître avec la prévisible ouverture à la circulation de la galerie de 8 mètres au tunnel du Fréjus.

 

Comme les camions ne seront pas sur les rails, ils emprunteront la Voie Rapide Urbaine. Il suffira alors d’attendre que le trafic poids lourds devienne insupportable, ou encore d’invoquer des raisons de sécurité, pour que le Contournement Autoroutier de Chambéry soit réclamé. Il n’y aura plus d’alternative.

Puis on trouvera une « bonne raison » pour réduire la VRU à 2 fois 2 voies, le but étant d’engorger la VRU, d’obliger les usagers à emprunter le contournement payant. Ainsi celui-ci sera rentabilisé.

Les habitants de l’agglomération verront leur qualité de vie se dégrader.

 

Quelle sera l’attractivité de la Savoie si, entre Chambéry et Modane, le visiteur, même celui qui sera venu en TGV à 300 km/h jusqu'à Chambéry, sera pris dans un flot continu de poids lourds, sera contraint d’emprunter des itinéraires à péage ou devra utiliser des TER du 20e siècle à cause de la mixité fret-voyageurs des lignes ferroviaires.

 

Le vœu de l’Association : priorité à une stricte concomitance des lignes fret et voyageurs

Des engagements fermes ont été pris, il s’agit maintenant de les respecter. Les tunnels de Chartreuse (pour le fret ) et de Dullin-l’Epine (pour les voyageurs) doivent être réalisés en même temps.

Toutefois, si pour des raisons budgétaires, des choix sont à faire, il est impératif que priorité absolue soit accordée au transport du fret, c’est à dire à la réalisation d'un tunnel mixte Fret et Voyageur sous Chartreuse.

Cette solution présente bien des avantages :

  1.  
    1. la vitesse de pointe du fret ferroviaire passera de 30 km/h à plus de 100 km/h (comme à Nîmes-Montpellier)

    2. la ligne sera adaptée pour faire passer plus de 200 trains de fret par jour, ce qu’une ligne traversant Chambéry ne pourra supporter.

    3. L'attractivité des gares de Chambéry et d'Aix les Bains sera renforcée avec deux fois plus de trains par rapport à une ligne passant par Dullin-l'Epine qui se scinderait en deux au nord de Chambéry.

Les inconvénients sont mineurs
  1.  
    1. le trajet vers Lyon et Paris sera plus long de 10 minutes (chiffre SNCF de 1997)

    2. les TGV en provenance de Turin pourraient ne plus s’arrêter à Chambéry ( 2 par jour)


Chiffre SNCF 1997

 

 

Ligne Actuelle

Tunnel Dullin-l’Epine

Tunnel Chartreuse

Chambéry-Paris

2h49

2h10

2h20

Chambéry-Lyon

1h14

0h38

0h48

 


Lire la suite

Monsieur Estrosi en Savoie à l'INES ce lundi : Traversée des Alpes, Où en sont les promesses ?

21 Février 2010, 17:13pm

Publié par Acac73

En février 2007, ( c’était avant la crise), Monsieur Christian Estrosi, Président du Conseil Général des Alpes Maritimes, et candidat à la mairie de Nice, soucieux de répondre aux voeux de ses concitoyens pour ce qui concerne leur qualité de vie, déclare:

« Circuler mieux nécessitera, aussi, naturellement, d’engager des négociations avec l’Etat, Réseau Ferré de France et Escota, pour diminuer considérablement la circulation des poids lourds sur le contournement autoroutier de Nice.

Il n’est plus tolérable que, chaque jour, 20 000 poids lourds se servent, à peu de frais, de notre département comme corridor de transit vers l’Italie et l’Europe Centrale.

J’ai demandé l’interdiction de la circulation des poids lourds aux heures de pointe.

J’ai demandé la mise en place de quotas, comme pour le tunnel du Mont-Blanc.

Je travaille aussi au développement du ferroutage et à une autoroute de la mer. »

« Ces solutions, ce sont les solutions de l’avenir, elles nécessiteront, soyez-en convaincus, d’être écoutées et reconnues par les plus hautes autorités de l’Etat. »


En septembre 2008, il déclare au journal Le Point :

« Arrêtons de nous gargariser du Grenelle si c’est pour ne pas bouger sur des sujets aussi essentiels que la traversée des Alpes, par exemple. Dans mon département, le faible coût du péage autoroutier entre l’Italie et la France en comparaison des péages transalpins au Mont-Blanc et au Fréjus a entraîné une augmentation de 70% du transport par camions en dix ans. Cela devient insupportable. »

Il ajoute : «  Il faut aller plus vite sur le Lyon-Turin, il faut favoriser les alternatives au tout-routier. »

 

Rappelons que :

  1. pour aller de Perpignan à Milan, passer par Chambéry au lieu de Nice rallonge le trajet de seulement 26 km.

  2. si, suite à la crise, le trafic poids lourds a quelque peu régressé, il ne faut pas se bercer d’illusions, le problème se posera à nouveau dans un avenir plus ou moins proche.


Les décideurs doivent donc prendre dès à présent des décisions qui répondent aux vœux de Monsieur Estrosi, et des citoyens.

En conséquence, nous souhaitons que Monsieur Estrosi, redevenu ministre, se souvienne de ses promesses électorales, et s’engage :

  1. A ne pas prendre de mesures de restriction de trafic transalpin dans les Alpes-Maritimes avant qu’une solution ferroviaire ( et maritime pour le sud de l'Italie ) attractive et respectueuse de l’environnement ne voie le jour.

  2. A intercéder auprès du Président de la République, du Premier Ministre, de Monsieur Borloo et de Monsieur Bussereau pour que le projet Lyon-Turin fret ne subisse plus aucun retard et que l’ambition d’un report modal attractif et performant ne soit pas réduite à peau de chagrin.

Lire la suite

Vœux, Bilan 2009 et perspectives (1)

10 Janvier 2010, 21:21pm

Publié par Acac73

Nous vous souhaitons une très bonne année 2010 et vous remercions pour votre mobilisation lors de notre dernière réunion publique en mars 2009 qui reste le meilleur rempart contre ce projet d'un autre temps.
Nos quatre dernières réunions ( sur Chambéry, Cognin et La Motte Servolex) auront mobilisé, à chaque fois, entre 300 et 600 personnes.

LYON TURIN FRET
Nous ne reviendrons pas sur le sujet de la descenderie en Chartreuse au placard depuis 2 ans...
Pourtant, qui, de Chamonix à Nice en passant par Annecy et Chambéry, ne souhaite pas la réalisation rapide du seul projet qui permette d'enlever 5000 camions par jour de nos vallées ?

GALERIE DU FREJUS
Nous ne reviendrons pas sur :
  • ses dimensions pharaoniques qui ouvrent la porte à une transformation en un deuxième tube de circulation,
  • la subvention de 50 M€ du plan de relance accordée alors que près de 80 % du trafic poids lourds est étranger et que la ligne de ferroutage Aiton-Turin est loin d'être saturée.

TUNNEL DU MONT-BLANC
Si rien n'est trop « grand » pour la sécurité au tunnel du Fréjus, on peut s'inquiéter de la démission d'un administrateur indépendant du tunnel du Mont-Blanc pour une "certaine perte de la culture de la sécurité à la tête de la société" .

Article détaillée sur le lien ci-dessous
http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/Mont-Blanc-La-securite-du-tunnel-mise-en-cause-137058/

Une épée de Damoclès sur la Savoie :
Si cette politique ne change pas, que va t-il se passer dans 5 ans lorsque :
  •       la croissance du trafic aura repris suite à la fin de la crise
  •       la « galerie » du Fréjus sera terminée
  •       la sécurité dans le Tunnel du Mont Blanc sera mise en cause
  •       l'alternative ferroviaire du Lyon-Turin Fret sera trop lointaine faute d'avoir lancé les travaux à temps ?

Quels espoirs pour 2010 ?
Nous demandons que le projet de contournement ne figure pas dans le "Schéma National des Infrastructures de Transport" que doit publier prochainement le gouvernement.

Après les grands discours volontaires sur le sommet de Copenhague et la volonté de diminuer drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, il faudrait que l'Etat prenne ses responsabilités et agisse!

Nous demandons l'augmentation du péage poids lourds au Tunnel du Fréjus afin que le transport routier paye les coûts de sécurité qu'il engendre et l'affectation de la subvention de 50M€ au lancement de la descenderie du Tunnel de Chartreuse, seul projet qui a la capacité de faire passer 300 trains de Fret par jour.

Lire la suite

Éco-redevance poids lourds : les promesses de la campagne présidentielle ne seront pas tenues !

30 Décembre 2009, 21:09pm

Publié par Acac73

Si, aujourd'hui, on parle beaucoup de la taxe carbone et des multiples exonérations prévues, nous sommes très surpris du silence sur le report répété de l'éco-redevance poids lourds.

On sait très bien qu'on ne pourra pas obtenir un report du transport de marchandises de la route vers le rail sans son instauration. Elle permettra également de financer les infrastructures ferroviaires nécessaires comme le Lyon Turin Fret.

L'éco-redevance a été promise pour le 1er janvier 2010 par le candidat Nicolas Sarkozy, prévue en 2011 par la loi sur le Grenelle de l'environnement et aujourd'hui simplement évoquée par le Secrétaire d'État aux transport pour 2012.

Voir page 5 à  http://www.tdie.eu/documents/Nicolas%20SARKOZY.pdf

Les arguments développés dans le lien ci-dessus ne sont-ils plus valables ?
Pourquoi l'autorisation récente du cabotage qui aggrave encore cette concurrence déloyale ?

Il n'y a aucun besoin d'attendre des décisions européennes : des pays comme la Suisse et l'Allemagne ont déjà mis en place l'éco-redevance depuis de nombreuses années. Les allemands     l'ont d'ailleurs augmentée de 30% il y a un an et elle leur rapporte annuellement près de 4 milliards d'euros. Pour les suisses, elle représente environ 1 milliard de Francs.

Cette éco-redevance n'a pas grévé l'économie de ces pays : leur taux de chômage est bien inférieur à la France et leur balance du commerce extérieure toujours largement bénéficiaire à l'inverse de la France.


A ne pas vouloir faire payer aux transports les vrais coûts d'utilisation des infrastructures et les coûts environnementaux (principe pollueur/payeur ), on arrive à des aberrations comme dans certains grands supermarchés de Chambéry dans lesquels on trouve plus facilement des champignons de Paris provenant de Hollande que de la champignonnière de la Motte-Servolex !

Lire la suite

Enjeu climatique et relance autoroutière : Les incohérences du gouvernement

23 Décembre 2009, 21:30pm

Publié par Acac73


Paris, le 23 décembre 2009
Les associations environnementalistes et d’usagers des transports dénoncent l’abandon des engagements du Grenelle de l’environnement en matière d’infrastructures de transports. Selon la loi Grenelle1, l’Etat devait produire un nouveau Schéma National des Infrastructures de Transport avant la fin 2009 : cet engagement ne sera pas tenu, laissant la voie libre aux lobbys et aux pouvoirs locaux pour opérer, sur le terrain, une véritable relance autoroutière.

Le secteur des transports engendre en France 26% des émissions de Gaz à Effet de Serre. La loi Grenelle 1 (article 9) a acté une inversion de la tendance et une réduction des émissions de 20% d’ici à 2020. « Cet objectif implique une réduction de la demande de transport motorisé, une amélioration de l’efficacité énergétique des véhicules routiers et un transfert vers des modes de transport plus sobres en carbone et en énergie » rappelle Olivier Louchard, directeur du RAC-France ; « une relance de la construction autoroutière serait irresponsable et condamnerait d’avance ces ambitions ».

Afin d'engager une vraie rupture, les ONG avaient porté, lors des négociations du Grenelle, l’exigence d’un abandon des projets autoroutiers. Mais l’écriture diplomatique de l’article 10 de la Loi Grenelle 1 en permet une large interprétation dans laquelle s’engouffrent les tenants du tout-routier : « L’Etat veillera à ce que l’augmentation des capacités routières soit limitée au traitement des points de congestion, des problèmes de sécurité ou des besoins d’intérêt local, en limitant les impacts sur l’environnement ».
Cette série d’exceptions aurait pu être contrebalancée par l’article 17 qui prévoit que « le Schéma National des Infrastructures de Transport, qui constitue une révision des décisions du CIAT, le Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire, de décembre 2003, [soit] élaboré en 2009, en concertation avec les parties prenantes du Grenelle ».

Force est de constater qu’en violation de la loi, le processus de concertation pour l’élaboration du SNIT, n'a pas été mené à son terme et que le projet de SNIT semble encore très loin d'être abouti !
Pendant ce temps, quasiment tous les projets autoroutiers prévus par le CIAT ont continué de progresser, au point qu’en lieu et place de l'abandon initialement réclamé par les associations, c’est bien à une relance autoroutière généralisée que nous assistons.
Nos associations demandent donc au gouvernement de publier l’actuel projet de SNIT et de rétablir le processus de concertation inscrit dans la loi. Elles estiment par ailleurs que de nombreux projets d’infrastructures ne répondent qu’aux intérêts des lobbys de la route : leur maintien serait incompréhensible.

« Les grands travaux routiers sont contre-productifs : plus on en fait, plus il faut en faire car ils induisent du trafic ; il faut concentrer l’effort financier sur les transports collectifs urbains et le rail » rappelle Jean Sivardière, président de la FNAUT. « Les mythes du désenclavement et du développement économique ont vécu ; il faut leur opposer les réalités des destructions environnementales et du dérèglement climatique » martèle Julien Milanesi, porte-parole du collectif Stop Autoroutes. « Il faut en finir avec la schizophrénie de cette gouvernance qui se drape de beaux discours écologiques à Copenhague et poursuit des politiques climaticides sur le terrain » conclut Yannick Vicaire, d’Agir pour l’environnement.


Lire la suite

La France est toujours lanterne rouge du transport de marchandises par rail. Que va-t-on promettre à Copenhague ?

29 Novembre 2009, 21:49pm

Publié par Acac73

Qui a dit :

«  La prospérité future de notre pays dépend de l’existence d’un système ferroviaire efficace et en bon état »

Non, ce n’est pas un membre du gouvernement français, ni le président de la SNCF.

C’est le milliardaire Warren Buffet qui vient d’investir 44 milliards de dollars dans la seconde compagnie ferroviaire américaine.

La France est toujours lanterne rouge du transport de marchandises par rail

Aux Etats-Unis, 44 % des marchandises sont transportées par le rail,

en Suisse, 64 %

et en France, on plafonne «brillamment» à 14% !!!!

Que va-t-on promettre à Copenhague ?

Le bon bilan CO2 de la France ,dû à l'utilisation massive du nucléaire, va-t-il continuer à masquer notre retard dans le transport durable de marchandises ?

La France privilégie le routier aux dépens du ferroviaire.

Dans le cadre du plan de relance, l’état français a claironné avoir accordé une subvention de 50 millions d’euros à la pseudo-galerie de sécurité du tunnel routier du Fréjus, mais a observé le plus grand silence sur le Lyon-Turin Fret.

Il n’y a toujours aucune nouvelle des accès au tunnel de base, pas plus de la descenderie de Chartreuse dont les travaux auraient dû commencer depuis des années.

La France continue-t-elle à miser sur la ligne historique ?

Nous considérons que cette ligne est une chance pour le transport des voyageurs et du fret local.

Par contre, nous répétons que, même après modernisation, elle n’est, en aucun cas, adaptée au transport massif de marchandises :

  • Elle a plus de 150 ans

  • Sa pente est si importante qu’il faut doubler, voire tripler, le nombre de locomotives pour faire passer un convoi

  • Elle est potentiellement dangereuse puisqu’elle longe le lac du Bourget sur plus de 10 km et traverse les agglomérations de Chambéry et Aix les Bains en leur cœur.

Rappelons que :

  • En 1992, à Aix, un train chargé d’ammoniac a déraillé. L’accident n’a miraculeusement pas provoqué de victimes.

  • En 2009, à Viareggio, l’explosion d’une citerne de GPL a fait 22 morts.

Le sens des responsabilités tant évoqué par les partisans de la « pharaonique » galerie de sécurité du Fréjus ne s’appliquerait-il plus ?

Lire la suite

Rassemblement à Modane le samedi 14 novembre contre le doublement du Tunnel du Fréjus

3 Novembre 2009, 20:26pm

Publié par Acac73

Les associations "Vivre en Maurienne" et "Réagir en Maurienne" organisent, avec le soutien d'Yves Paccalet :

  •  un rassemblement le samedi 14 novembre à 16H en gare de Modane suivi d'une conférence débat au cinéma l'Embellie à Fourneaux.


Depuis des années nous nous battons contre ce 2ème tube. Lors de l'Enquête publique, il y avait 938 voix contre (très argumentées) et 1 voix pour. Malgré cette majorité écrasante, le Préfet a donné un avis favorable. 


Les Grenelle de l'Environnement et l'Etat promettent beaucoup. Où sont les actes.

Lire la suite

Sécurisation du tunnel du chat

27 Septembre 2009, 21:41pm

Publié par Acac73

En raison de sa dangerosité, le tunnel du Chat est interdit au poids lourds et aux transports en communs depuis février 2000. Jusque là, plus de 1000 poids lourds l'empruntaient chaque jour (pointes à 3000) pour se diriger vers l'Italie. Des dérogations avaient été toutefois accordées à quelques transporteurs locaux.

Afin de pérenniser ces dérogations et d'autoriser également les transports scolaires, le Conseil Général a l'obligation de renforcer la sécurité du Tunnel.

Dès novembre 2008, nous avions exprimé la crainte que cette mise aux normes autorise le retour du trafic poids lourds international.

Pour expliquer son projet de sécurisation, le Conseil Général a organisé une première réunion publique à Yenne le 10 septembre ( 300 participants), et à la demande des élus, en a prévu une seconde dans les prochaines semaines au Bourget du Lac.

A Yenne, sur les 4 scénarios proposés, le Conseil Général privilégie, à la satisfaction quasi-unanime, celui qui devrait permettre le maintien de l'interdiction du trafic poids lourds international tout en autorisant les transports en commun et des dérogations pour les camions assurant uniquement les dessertes locales.

- Le tunnel actuel serait élargi uniquement pour augmenter les dimensions des trottoirs afin de permettre une évacuation rapide et sécurisée des usagers.

- La circulation à double sens serait maintenue, les voies conservant la même largeur.

- Parallèlement au tunnel existant, serait réalisée une galerie de sécurité de 3 m de largeur et 3, 50 m de hauteur réservée aux véhicules de secours et ouverte aux cyclistes.

- Entre les deux tubes, 4 galeries d’évacuation des usagers, espacées de 300 m environ seraient percées.

Quelques remarques, quelques questions :

Le Conseil général affirme qu’il est le seul à pouvoir établir les droits et les interdictions de circulation : l'État ne peut-il pas passer outre et permettre une ouverture du tunnel à tous types de véhicules?

Un contrôle automatique par caméra ne serait pas dissuasif : il n'existe pas de convention avec la plupart des pays européens (comme pour les radars automatiques).

Même si les décisions appartiennent au Conseil général, les contrôles sont effectués par la police et la gendarmerie : L'État leur donnera-t-il les moyens de faire respecter cette interdiction ?

Qui n'a jamais croisé dans le tunnel des poids lourds en transit ?

Soyons vigilants ! La mise en place immédiate d'un système de comptage automatique consultable par tous sur Internet (comme au Fréjus ou au Mont-Blanc) serait un bon outil.

 

Les bus seront à nouveau autorisé, cela doit aussi l'occasion de penser autrement les déplacements. Il serait judicieux de prévoir simultanément la réalisation de parking relais et de voies d'accès prioritaires et dédiées pour les transports en commun.

Conclusion

On ne peut que se féliciter de la volonté du Conseil général d’organiser ce type de réunion publique, d’avoir le souci d’informer le citoyen, de tenir compte de son avis.

Pourquoi l'État n’a-t-il pas procédé ainsi pour la galerie de sécurité du Fréjus?

Lire la suite

ADTC : Conférence sur le Bus à Haut Niveau de Service mardi 15 septembre à l'amphi Marcoz de l'Université de Savoie à Chambéry

13 Septembre 2009, 10:29am

Publié par Acac73

Mardi 15 septembre 2009, de 19h00 à 20h30, pour lancer la Semaine de la Mobilité, l'ADTC Savoie organise une conférence sur le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). Sébastien Rabuel, spécialiste du BHNS au Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (CERTU), répondra à la question suivante : "Que peut faire une agglomération qui n'a pas les moyens de réaliser un tramway pour améliorer notablement la qualité de service et l'image du bus, afin d'attirer une part significative des automobilistes vers les transports en commun ?"

Lieu : amphi Marcoz de l'Université de Savoie, à Chambéry. 

Conférence gratuite et ouverte à tous.

Vous pourrez trouver plus d'informations sur http://adtc.savoie.free.fr/index.php?2009/08/28/85-bhns

 

Lire la suite

M. Bussereau en Savoie : Bientôt des méga-camions de 25 m de long ?, Saturation de la ligne historique : combien de trains de matières dangereuses à Chambéry ?

8 Juillet 2009, 07:26am

Publié par Acac73

Monsieur Bussereau, secrétaire d'État au transport

sera ce jeudi 9 juillet en Savoie.

Nous souhaiterions que ceux qui l'accueillent, l'interrogent sur les points qui inquiètent une grande majorité de nos concitoyens.

 

 

A cette occasion, nous osons espérer que le Secrétaire d'État aux Transports annonce :

 

  • L'abandon du projet de contournement autoroutier de Chambéry (600 M€) qui n'est, en aucun cas, la solution de transport durable de l'agglomération.

  • L'abandon du projet d'une galerie de sécurité de 8m de diamètre au Fréjus pour revenir à celui initialement prévu de 5 m. Ce dernier permettra de répondre à tous les points de la directive européenne de sécurité dans les tunnels.

  • La réaffectation de la subvention de 50 millions d'euros de ce projet routier à des transports durables.

  • Enfin un calendrier des travaux du Lyon-Turin concernant le tronçon français et, en particulier,

    le lancement de la descenderie en Chartreuse. Ce projet est prêt depuis plusieurs années.

    Il permettra d'enlever sur les routes des différents points de passages (Haute-Savoie par le Tunnel du Mont-Blanc, Savoie par le Tunnel du Fréjus, Alpes Maritimes par Vintimilles), plus de 5000 camions par jour en transit vers l'Italie.

 

Qu'il précise sa volonté de vouloir saturer la ligne de chemin de fer

« Aix-les-Bains, Chambéry, Modane ».

 

Sans plus de précision, Monsieur Bussereau avait indiqué lors de sa précédente visite en Savoie,

le 15 septembre 2008, vouloir saturer la ligne historique.

 

Celle-ci n'est pas adaptée au transport massif de marchandises :

  • Elle a été conçue en 1856, à l'époque des premières locomotives à vapeur. Il faut doubler ou même tripler le nombre de locomotives pour permettre au convoi de franchir les Alpes.

  • Le transport de matières dangereuses, à destination de l'Italie, est interdit au Mont-Blanc et fortement réglementé au Fréjus. Il s'effectue donc principalement via la ligne historique.

    Celle-ci traverse le cœur des agglomérations d'Aix-les-Bains et de Chambéry (près de 200 000 habitants) et longe le lac du Bourget sur plus de 10km.

Il faut savoir que si, en 1992, le déraillement d'un train chargé d'ammoniac liquéfié en gare d'Aix-les-Bains n'a pas provoqué de catastrophe, l'explosion d'une citerne de GPL près de la gare de Viareggio en Italie a fait 22 morts la semaine dernière.

 

En revanche, elle est adaptée au transport de voyageurs et de marchandises locales !

 

 

Qu'il abandonne la généralisation des camions de 44 tonnes et l'expérimentation

des «méga-camions»

 

Monsieur Bussereau vient de lancer l'expérimentation des méga-camions (25,25 m de long).

Si aujourd'hui, celle-ci se limite à des véhicules de 40 tonnes, il faut savoir que la dimension 25,25m correspond exactement aux véhicules de 60 tonnes que certains voudraient voir sur nos routes.

Tous les opérateurs de transport ferroviaire, publics ou privés, sont unanimes pour dire que cela accroîtrait le nombre de camions sur les routes puisque ce mode de transport concurrencerait fortement le rail.

Le coût de cette mesure serait pharaonique pour les collectivités : l'Allemagne a estimé que si elle autorisait ces méga-camions, elle devrait adapter 10 000 ouvrages d'art.

Enfin, cette mesure représenterait un danger pour les autres usagers de la route : les dépassements seraient plus longs et les risques d’accident accrus.

 

Nous demandons à tous nos adhérents et sympathisants de signer la pétition de France Nature Environnement à l'adresse suivante :

http://www.fne.asso.fr/fr/actualites/non-aux-mega-camions.html

 

 

 

 

Traversée des Alpes : taxe ou subvention carbone ?

 

Nous avons été surpris d'apprendre que la Société du Tunnel Routier du Fréjus reporte l'augmentation de 3,5% de ses tarifs prévue au 1 juillet pour :

 

«...faire un geste à l’égard de notre clientèle et plus particulièrement du secteur transport routier».

 

Rappelons que :

  • plus de 70% des camions empruntant le Fréjus sont étrangers

  • la liaison parallèle de ferroutage Aiton-Turin est loin de faire le plein

  • le coût de réalisation de la galerie est de 400M€

 

Dans le même temps, la SNCF ne fait pas de geste pour sa clientèle : elle augmente au 1 juillet de 3,4% en moyenne le prix des TER et Corail.

 

La SNCF et la STRF sont sous l'autorité directe de l'État, et alors que le gouvernement nous fait part de sa volonté d'instaurer une taxe carbone, en Savoie au contraire, on privilégierait la route au rail ?

 

 

Lire la suite

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>