Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

55 millions d'euros pour un doublement pharaonique de l’échangeur de la Motte-Servolex : les élus font l'autruche !

10 Mars 2014, 22:03pm

Publié par Acac73


55 millions d'euros pour un doublement pharaonique de l’échangeur de la Motte-Servolex :
les élus font l'autruche !

De nombreux candidats aux élections municipales promettent un embellissement de leur commune par la réalisation de nouveaux projets et également une modération de la pression fiscale.

On pourrait donc s'attendre à voir ceux-ci s'indigner publiquement du fait que les péages des autoroutes vont augmenter encore plus que prévu par l’État pour financer, non pas l'amélioration de la sécurité sur la VRU ou la création de la plate-forme de ferroutage à Lyon afin de diminuer le trafic poids-lourds international sur l'A43 et la VRU, mais pour un doublement pharaonique de l’échangeur de la Motte-Servolex qui, somme toute, ne rendra pas l'agglomération plus agréable !

 

Augmentations des péages AREA pour la Motte Servolex :

Après des augmentations, depuis deux ans, pour financer les 15 millions d'euros de l'élargissement de l'A43 sur l’emplacement même du projet de contournement autoroutier, voici venir des augmentations supplémentaires, pendant quatre ans, pour financer les 55 millions d'euros de la première tranche du doublement de l'échangeur... et combien dans deux ans ?

Négociations en catimini : la préfecture pilote en toute discrétion.

Comité de pilotage à la préfecture le 26 février dernier : aucune information n'a filtré !

 

AREA à la manœuvre pour vendre son projet non seulement aux élus mais également aux candidats.

AREA a rencontré discrètement les candidats pour mieux vendre son projet. C'est ce que Michel Dantin nous a indiqué suite à notre questionnement lors d'une réunion publique le 23 février.

 

Encéphalogramme plat après la publication de l’arrêté ministériel :

Il n'y a eu aucune réaction lors de la publication de l’arrêté du 24 janvier qui décrète la réalisation de la première phase de l’échangeur en 2018 pour 55 millions d'euros.

Ce décret indique pourtant que 2 millions d'euros seront engagés dès 2014.

 

Dernière séance du conseil communautaire de Chambéry Métropole.

Nous avons été stupéfaits de voir que, lors du dernier conseil communautaire du 26 février, aucun élu n'ait pris la parole pour évoquer ce projet de plus de 55 millions d'euros ou pour évoquer le rapport des commissaires enquêteurs sur le projet de la Leysse qui démontre bien que toutes les solutions n'ont pas été travaillées et repousse la réalisation du pont Cassine-Gambetta à une période lointaine.

 

Un courrier pour se dédouaner et ne rien faire ?

Les maires de Chambéry, de la Motte-Servolex et le président de l’Agglomération ont envoyé un courrier au préfet en novembre dernier pour indiquer leur réserve sur ce projet et demander l'étude d'une solution à minima à AREA. Quelle confiance de la part de nos élus qui n'ont proposé eux-même aucune alternative et n'ont pas convié, ni averti les associations pour être force de proposition !



Opposition forte au Lyon-Turin ferroviaire et silence sur les projets autoroutiers...

alors qu'en 2003, Luc Berthoud et Alain Tamburini n'avaient pas hésité à monter jusqu'au ministère à Paris pour demander que la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin ne soit pas jumelée à l'A43 (à l’emplacement même du projet actuel de doublement de l'échangeur autoroutier) mais reléguée «au fond des marais» dans le pré lombard !

 

Nous demandons que les candidats s'engagent à :

 

  • organiser une démocratie exemplaire.

Nous ne voulons pas que la mascarade de l'élargissement de l'A43 se reproduise : aucune objection du conseil municipal, aucune réunion publique d'information, etc ...

  • rétablir une relation équilibrée avec la société AREA et sa maison mère Eiffage.

C'est également ce que demandait, le 4 juillet dernier, la Cour des Comptes qui indiquait que les négociations entre l’État et les sociétés d'autoroutes «se caractérisent par un déséquilibre au bénéfice des sociétés autoroutières.»

  • ne pas se rendre complices d'une politique privilégiant le tout voiture, la pollution et renforce, de fait, le monopole des sociétés d'autoroutes dans notre région où le réseau ferroviaire date du 19ème siècle.

  • être de véritables acteurs de l'aménagement de notre territoire.

Le décret ministériel ouvre la possibilité, en cas d'abandon du projet, de récupérer les 58 millions récoltés par l'augmentation supplémentaire des péages par AREA, pour d'autres projets.

Pour nous, la priorité serait :

  •  
    • la construction de la plate-forme de ferroutage à Grenay dans la banlieue de Lyon pour soulager l'autoroute A43 et la VRU de Chambéry de 100 000 poids-lourds annuellement.

    • l'augmentation du parking de l'échangeur de la Motte-Servolex en utilisant le terrain adjacent propriété de Chambéry Métropole

    • la sécurisation de la VRU par :

      • la mise en place de barrières de sécurité empêchant les poids lourds de traverser la VRU en cas d'accident entre l'échangeur de la Boisse et celui de l'A43

      • la mise en place d’une signalétique correcte des limitations de vitesse.

        (Si de nombreux panneaux de limitation à 90 km/h sont visibles, ceux de limitation à 80 km/h pour les poids-lourds le sont beaucoup moins : un seul, «discret», à chaque extrémité de la VRU.)

 

Lire la suite

L'opposition au LYON/TURIN est-elle raisonnable ?

8 Février 2014, 18:32pm

Publié par Acac73

Lire la suite

Doublement «pharaoniquement» délirant de l’échangeur autoroutier A43 - A41 de la Motte-Servolex : URGENCE SAVOYARDE ABSOLUE ?

2 Février 2014, 22:04pm

Publié par Acac73

C’est ce que nous avons appris cette semaine! En effet, le ministre des Transports a publié, dimanche dernier au journal officiel, un décret organisant le lancement dès 2014 de la première phase du réaménagement du nœud de Chambéry nord de l’A43.

Rien de trop beau pour les autoroutes, juste 55 millions d'euros pour la première phase (entre 2014 et 2019) !

Les actionnaires d’AREA n’ont aucun souci à ce faire, puisque ces travaux seront financés par une augmentation supplémentaire à celle prévue lors de la contractualisation de la première privatisation en 2006 :

- 0.41% supplémentaire chaque année pendant 5 ans sur tout le réseau AREA,

- 1 % supplémentaire pour le passage à l’échangeur lors de la première année suivant la mise en service.


Asseoir la position de quasi monopole de l’autoroute A43 entre Lyon et Chambéry :

intéressante manière de «développer durablement» !

 

C’est une rente assurée pour AREA car il n’y a aujourd’hui, malheureusement, aucune alternative performante pour ceux qui se déplacent sur Lyon :

  • Il faut 1H20 pour aller de Chambéry à Lyon en TER.
  • La vitesse maximale est à peine de 90 km/heure jusqu’à Saint André-le-Gaz à cause de la sinuosité importante de cette ligne du 19° siècle.
  • C'est une des seules lignes de TER à perdre du trafic, à la différence de l’A43 et malgré le coût important du péage : 11 euros. Cela ne va pas s’améliorer car, la SNCF prévoit pour la fin 2014 d’augmenter de 8 mm le temps de parcours pour s’arrêter dans plus de gares.


Pour nous, les priorités sont ailleurs :


  • Sécurisation de la VRU.

  •  
    • A part la mise en place de deux nouveaux radars, rien n’a été fait pour sécuriser la VRU depuis le dramatique accident d'avril 2012.
    • Nous demandons :
      • la mise en place de barrières de sécurité empêchant les poids lourds de traverser la VRU en cas d'accident,
      • la réduction de la vitesse à 60 km/h pour les poids-lourds et à 80 km/h pour les voitures afin de réduire la pollution, le bruit et la gravité des accidents (un poids-lourd à 90 km/h a deux fois plus d’énergie cinétique qu’un poids-lourds à 60 km/h),
      • la mise en place d’une signalétique correcte des limitations de vitesse (Si de nombreux panneaux de limitation à 90 km/h sont visibles, ceux de limitation à 80 km/h pour les poids-lourds le sont beaucoup moins : un, «discret» à chaque extrémité de la VRU.)
  • L’amélioration raisonnée de l’échangeur et de son inter-modalité.

  • Nous avons d’ailleurs fait des propositions dans ce sens dans notre communiqué du 6 janvier.
  • L’interdiction des poids lourds EURO 1 et 2 au tunnel du Fréjus comme au Mont-Blanc.

 

  • Le rétablissement de la surtaxe sur les EURO3 au Mont-Blanc et son application au Fréjus.

  • La création de la plate-forme de ferroutage à Grenay dans la banlieue de Lyon.

 

  • Cette plate-forme annoncée depuis 2007, constamment repoussée chaque année qui permettra de renforcer l’attractivité et la rentabilité de l’autoroute ferroviaire, de diminuer le trafic poids lourds, non seulement au Mont-Blanc et en Maurienne mais également sur l’A43 et dans la traversée de Chambéry.
  • L’ achat de nouveaux wagons Modhalor pour augmenter la capacité de l’autoroute ferroviaire alpine qui arrive aujourd’hui à saturation.

  • Le démarrage rapide des travaux de la nouvelle ligne mixte voyageurs et marchandises entre Lyon et Chambéry :

    • les trains de voyageurs pourront ainsi aller à 200 km/h, devenant ainsi très concurrentiels par rapport à l’autoroute,

    • la fiabilité et le cadencement de la ligne TER seront ainsi améliorés, la ligne étant à saturation entre Saint-André le Gaz et Lyon (plus de 200 trains par jour).


La réaction de Chambéry Métropole en attente !

Pour peser sur les choix, il faudrait que nos élus ne se contentent de discrètes lettres au Préfet.

 

Nous espérons que ceux de Chambéry Métropole, lors du Conseil Communautaire du 27 février, voteront un vœu fort sur les priorités à donner.

Nous sommes inquiets. Jusqu’ici, il n’y a eu aucun vœu sur ces points (à part la limitation de vitesse sur la VRU) alors qu’à Chamonix, en septembre dernier, la Communauté de Commune du pays du Mont-Blanc n’a pas hésité à demander, à l’unanimité, le renvoi, au plus tard le 1 janvier 2014, des poids-lourds EURO 3 sur l’autoroute ferroviaire à Aiton et donc sur Chambéry.
Il faut noter, au contraire de Passy, que la pollution sur Chamonix est comparable à celle subie par Chambéry.


La Motte Servolex : haro sur le Lyon-Turin et «porte ouverte» au Contournement Autoroutier ?

Nous sommes inquiets du revirement effectué ces dernières années.
Nous avons pu constater qu'à l'occasion de l’élargissement de l’A43, la mairie n’a fait aucune objection au commissaire enquêteur, s’est bien gardée d’organiser une réunion publique et n’a posé aucun recours contre la Déclaration d’Utilité Publique.

Au contraire, lors des vœux, le maire a complètement occulté cet élargissement, réalisé sur l’emplacement même du projet de contournement autoroutier, pour s’arrêter très longuement sur le recours contre le projet Lyon-Turin lancé par des opposants aux méthodes nauséabondes !

A noter la dernière mise en cause, par les opposants, d’un commissaire enquêteur pour les soi-disant conflits d’intérêts suivants :

http://www.leparisien.fr/informations/un-nouveau-conflit-d-interets-14-01-2014-3491071.php

http://www.mediapart.fr/journal/france/160114/ligne-lyon-turin-encore-un-conflit-d-interets

 

  • Le cousin du père du commissaire enquêteur a signé une pétition en faveur du Lyon Turin...Faudra-t-il maintenant rendre public son arbre généalogique pour avoir le droit de s’engager sur le Lyon-Turin sans se faire attaquer ?
  • «Le Conservatoire d’espaces naturels de Savoie», présidé par le commissaire enquêteur, a reçu une subvention d'environ 7320(0.5% du budget annuel de l'association ) de la société Lyon-Turin Ferroviaire pour la réalisation d'un « plan de gestion du site correspondant aux mesures compensatoires imposées par l’État au chantier « 

Il faut savoir que le Conservatoire a reçu une subvention six fois plus importante de la Société du Tunnel Routier du Fréjus qui, elle, a un intérêt manifeste à la non réalisation du Lyon-Turin Ferroviaire : 330 euros de moins par camion qui ne rentreront plus dans ses caisses !...

http://www.cen-savoie.org/cen-savoie/nos-partenaires


Que ces mêmes opposants fassent une tribune contre le Lyon-Turin avec Sandro PLANO, sans même mentionner le fait qu’il était aussi le président de l’autoroute du Val de Suse, nous parait donc vraiment mal opportun...

http://www.convention-traversees-alpines.org/auditions.html


 

Les camions hybrides et électriques comme alternative au Lyon-Turin ?

 

C’est, entre autre, ce que nous pouvons lire dans le recours contre Lyon-Turin... Nous nous demandons si ceux qui en font la publicité l'ont bien lu ?

 

Nous nous demandons bien pourquoi la Suisse (qui réalise, seule, trois tunnels de base) et l’Autriche, (qui après le Brenner, vient de lancer la réalisation d’un tunnel de 27 km le Semmering) n'ont pas opté, afin de diminuer leur trafic poids-lourds de moitié, pour cette «lumineuse» proposition ?

Lire la suite

Pont routier Cassine-Gambetta / doublement de l'échangeur autoroutier à la Motte-Servolex : deux projets qui ont «du plomb dans l'aile» !

6 Janvier 2014, 22:18pm

Publié par Acac73

 

Abandon des études du pont Cassine-Gambetta

dans la programmation pluriannuelle d’investissement de l’Agglomération 2014-2015

 

Le 19 décembre dernier, comme, avec d'autres associations, nous le réclamions depuis deux ans, les élus du Conseil Communautaire de Chambéry Métropole ont décidé, à une large majorité, de ne plus donner la priorité au pont Cassine-Gambetta dans le budget 2014-2015 et ont repoussé sa réalisation éventuelle de plusieurs années.

 

Nous nous félicitons de ce vote qui permet, d'une part, d'économiser 20 millions d'euros et, d'autre part, de donner priorité à la réalisation des investissements favorisant la mobilité durable :

  • réalisation intégrale des voies en site propre et des parking relais comme prévu dans le Plan de Déplacement Urbain voté en 2003 par tous les élus de Chambéry Métropole,

  • mise en œuvre de la liaison de Bus à Haut Niveau de Service Nord/Sud comme cela avait été annoncé par le Conseil Général de Savoie en 2005.

Il est également fort satisfaisant que les commissaires enquêteurs (enquête publique sur le projet de la Leysse)aient décidé d'approfondir leurs études, décalant ainsi la remise de leurs conclusions. Nous sommes, par contre, très dubitatifs sur le fait qu'aucune association (CAC, VCA ) porteuse d'alternatives au projet n’ait été consultée. Le dialogue n'a existé qu'avec les ingénieurs de Chambéry Métropole, salariés des promoteurs du pont.

 

Nous maintenons qu'en priorisant le développement des transports en commun et en révisant le plan de circulation, il sera possible de mettre en œuvre le projet de la Leysse tout en diminuant le trafic routier dans tous les quartiers de l'agglomérationet sur la VRUpour éviter sa saturation.

 

Doublement de l'échangeur A43 à la Motte-Servolex

 

Nous avions interrogé les élus sur ce projet complètement délirant, suite à la présentation d'AREA / APPR au cours du conseil municipal du mardi 4 juillet dernier.

Nous nous félicitons que le Président de Chambéry Métropole et le Maire de la Motte-Servolex aient demandé à APRR/AREA, dans un courrier au Préfet début novembre, de proposer également une solution à minima.

 

Pour nous, cette solution serait de :

  • maintenir l’échangeur tel qu’il est aujourd’hui,
  • créer un parking d’échange et de covoiturage sur le terrain appartenant à Chambéry Métropole qui jouxte l'échangeur et utiliser la passerelle existante piéton-vélo de la piste cyclable pour accéder à celui-ci,
  • transformer le tunnel piéton, traversant l’échangeur actuellement prévu dans le projet, en une passerelle piéton et vélo, dans le continuité de celle de la piste cyclable,
  • agrandir et ouvrir au public le parking AREA actuel ce qui favorisera également le covoiturage par un accès piéton direct au réseau de bus (ligne 5 de la STAC),
  • ajouter un radar poids-lourds préventif dans la bretelle d'accès à l'échangeur pour limiter les accidents.

 

Nous espérons la tenue, à la différence de l’élargissement de l’A43, d'un vrai débat contradictoire et ne doutons pas qu'un projet raisonnable et d'une véritable utilité publique soit retenu. L'argent ainsi économisé pourrait être consacré à la réalisation des infrastructures ferroviaires permettant de soulager rapidement le trafic autoroutier :

  • doublement de la ligne Aix-les-Bains / Annecy
  • plate-forme de ferroutage à Grenay dans la banlieue de Lyon.

Il est à rappeler que, comme pour l'élargissement, la société AREA / APPR ne finance pas directement les travaux. Elle bénéficie soit d'une augmentation des péages plus importante que légalement prévue, soit d'une augmentation de la durée de la concession, ce qui revient, in fine, à financer ces travaux directement sur le budget de l’État.

 

Lire la suite

Saturation de l'autoroute ferroviaire en Savoie : l'urgence est surtout de ne rien faire.

29 Décembre 2013, 16:19pm

Publié par Acac73

 

A lire cet intéressant article sur l'Autoroute Ferroviaire Alpine qui :

 

http://www.lantenne.com/Autoroute-ferroviaire-alpine-une-montee-en-puissance-contrariee_a15002.html

 

 

Le changement c'est pour quand ?

Lire la suite

Le Conseil Général et le Ministre des Transports souhaitent, à la Savoie, leurs meilleurs vœux de pollution pour l'année 2014

22 Décembre 2013, 17:26pm

Publié par Acac73

Chambéry Métropole : un vœu courageux pour une agglomération plus sûre et plus agréable pour tous

Nous saluons le vote du vœu courageux, d'une très grande majorité d'élus de Chambéry Métropole lors du conseil communautaire du 19 décembre dernier, de réduire la vitesse sur la VRU et sur l'A43 dans la montée de l’Épine afin de contribuer à rendre la circulation plus fluide mais surtout, à rendre l'agglomération moins polluée, plus sûre et plus agréable pour tous.

Par contre, nous déplorons que le niveau catastrophique de pollution de l’air subi par Chambéry pendant 13 jours d'affilés, aux conséquences sanitaires et économiques bien connues (40 000 décès prématurés par an sur la France), ainsi que la série d'accidents sur la VRU, dont un tragique, encouragent encore l’État et le Conseil Général de Savoie à favoriser les transports les plus polluants et les plus dangereux !

 

Les poids lourds, les plus polluants et les plus dangereux, toujours accueillis à bras ouverts au Fréjus...

Le 19 décembre, le Conseil d'Administration du Tunnel Routier du Fréjus, sous l'autorité du Ministre des Transports, a indiqué que le tunnel du Fréjus continuerait à autoriser en 2014 les poids lourds les plus polluants ( EURO1 et EURO2 ), à la différence du tunnel du Mont-Blanc.

Nous sommes scandalisés par la manière dont la SFTRF se moque du monde en indiquant, dans son communiqué du 20 décembre, la réalisation d'une galerie de sécurité au Fréjus alors qu'il a été annoncé, il y a deux ans, qu'elle serait bien un deuxième tube de circulation !

La qualité d'une politique se mesure aux actes et non aux discours et notre impression d'avoir le pire Ministre des Transports depuis 15 ans se confirme :

  • augmentation de la TVA sur les transports en commun et sous-taxation du diesel maintenue,

  • aucun achat de nouveaux wagons modhalor pour augmenter la capacité de l'Autoroute Ferroviaire Alpine,

  • création de la plate forme de ferroutage à Lyon sans cesse repoussée,

  • décret instituant la censure des chiffres du trafic au tunnel routier du Fréjus,

  • reculs successifs sur l'écotaxe amenant à sa suspension,

  • seconde privatisation des autoroutes offrant, sur le budget de l’État, un somptueux cadeau de 6 milliards d'euros.

  • démarrage des travaux du tunnel ferroviaire mixte fret et voyageurs Lyon-Turin encore repoussé,

  • projet délirant de doublement du péage de l'autoroute A43 à la Motte-Servolex,

  • relance de nombreux projets autoroutiers : Grand Contournement de Strasbourg, Autoroute A45, A831, Chablais, etc...

  • relance de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes.

 

Conseil Général de Savoie : priorité aux transports les plus polluants...

Toujours le 19 décembre, le Conseil Général de Savoie s'est félicité du premier vol lowcost entre Chambéry et Paris, venant ainsi directement concurrencer les TGV de la SNCF entre Paris et la Tarentaise ou la Maurienne.
Son vice-président des Transports, M Gaston Arthaud-Bertet, a indiqué que cette ligne est appelée à se développer et que d'autres compagnies aériennes sont déjà intéressées.

Nous nous interrogeons sur la cohérence de la politique environnementale du Conseil Général qui, d'un côté, demande aux entreprises des investissements coûteux pour éviter de rejeter des polluants dans le lac et, d'un autre côté, favorise les moyens de transports les plus polluants aux abords de ce même lac.

En plus du problème de pollution, cela va contribuer à saturer davantage les routes entre Chambéry et les stations de ski le dimanche soir.
La concurrence déloyale avec les TGV va être également facilitée car ceux-ci payent les taxes sur l’électricité à la différence des compagnies aériennes qui bénéficient d'une exemption totale de taxe sur le kérosène.

Nous demandons à ce que le Conseil Général de Savoie, propriétaire de l'aéroport, institue une taxe écologique sur tous les vols qui rentrent directement en concurrence avec les TGV (en priorité la ligne Paris-Chambéry).
Cela permettra le rétablissement d'une concurrence saine avec les TGV et ne favorisera pas les moyens de déplacements les plus polluants.

Par ailleurs, nous attendons toujours des avancées sur la ligne de Bus à Haut Niveau de Service Montmélian-Chambéry-Technolac-Aix-les-Bains.
Pour l'instant, nous avons seulement vu apparaître sur les plans du nouvel hameau de la Motte-Servolex, un pharaonique parking silo de 1000 places à Technolac (83 M€ comme celui de la Cassine ?)

 

La politique du pire a porté ses fruits...

Nous le constatons, le dénigrement systématique du ferroviaire par les opposants au Lyon-Turin et leurs amis (élus EELV Région Rhones-Alpes, Frapna Région Rhones-Alpes, les Amis de la Terre Savoie) a bien porté ses fruits :

  • Plainte pour pollution dirigée uniquement contre la SNCF et rien sur les compagnies aériennes qui bénéficient d'un avantage concurrentiel énorme sur le train en ne payant aucune taxe sur le kérosène. Rien non plus contre le tunnel du Fréjus qui continue d’accueillir les poids-lourds les plus polluants.

  • Manifestation à Modane le 29 juin dirigée uniquement contre le Lyon-Turin et silence assourdissant sur le doublement du tunnel routier du Fréjus.

  • Communiqués à répétition contre le Lyon-Turin, avec des propositions démagogiques ( interdiction des poids lourds circulant à vide, 2000 poids lourds par jour "tout de suite et maintenant" sur des trains, etc...), ou savamment « floutés » comme ceux de Jean-Charles Kohlhaas, élu lyonnais EELV à la Région.

  • Silence sur l'écotaxe poids-lourds ou dénigrement «aberration voulu par quelques écologistes mal inspirés». Rappelons qu'elle est destinée à favoriser les circuits courts, à pénaliser les poids-lourds les plus polluants, à faire payer aux routiers français et étrangers le coût des infrastructures qu'ils utilisent, à rétablir une concurrence loyale avec le fret ferroviaire et à en financer de nouvelles plus respectueuses de l’environnement.

 

 

Écologiquement parlant, l'année 2014 en Savoie, ne s'annonce pas très bonne !...

 

Lire la suite

NON au pont routier Cassine-Gambetta

28 Novembre 2013, 22:36pm

Publié par Acac73

OUI à des aménagements cohérents :

Transports en commun efficaces, voies cyclables, cheminements piétons.

 

 

L'enquête publique est maintenant close depuis quasiment 4 mois (12 juillet 2013) et la commission d'enquête n'a toujours pas rendu son rapport.

 

La presse s'est fait écho tout ce mois de novembre que « Le pont Cassine-Gambetta pourrait ne pas se faire », les difficultés budgétaires actuelles de l'agglomération pourraient hypothéquer la réalisation de ce pont routier.

 

Les associations Vivre Chambéry Autrement et Anti Contournement Autoroutier de Chambéry saluent le possible abandon de cet ouvrage d'un autre temps où il fallait que l'automobile occupe toute la place...

 

Le projet de l'axe de la Leysse est réalisable et reste cohérent sans ce pont routier.

 

Et c'est bien pour cette raison que nos associations ont demandé et obtenu l'organisation d'une réunion publique pendant l'enquête. Cette réunion s'est tenue le 3 juillet 2013 dans le respect de chacun, et nous avons à cette occasion présenté les solutions crédibles pour éviter la construction du pont Cassine-Gambetta, faciliter la mobilité durable et diminuer la circulation automobile dans toute l'agglomération.

 

Chambéry Métropole et la ville de Chambéry doivent faire des choix budgétaires, et personne ne comprendrait que la priorité soit donnée à la réalisation du pont routier Cassine-Gambetta !

 

Au contraire, sur la problématique des transports, la priorité doit être donnée à :

- la poursuite de la réalisation des voies en site propre pour des transports en commun attractifs et performants, associés à des parkings relais efficaces. Nous pensons particulièrement à l'axe Hôpital-Cognin qui en plus, si il devait être reporté, ne bénéficierait plus des subventions du 3° appel à projet TCSP,

- la réalisation du parvis Est de la gare, avec la passerelle piétonne (et cycle) et un parking relaisde surface épargnant les jardins de la Cassine : qui voudrait reporter cette solution permettant de diminuer la circulation automobile dans l'hyper-centre de l’agglomération ?

- l'utilisation des 10 M€ du Conseil Général pour la réalisation de la ligne de Bus à Haut Niveau de Service Montmélian/Chambery/Technolac/Aix-les-Bains qui est attendue par tous depuis de nombreuses années.

 

Ces réalisations sont indispensables pour améliorer durablement les déplacements dans Chambéry et l'agglomération.

 

 

Lire la suite

Les véritables enjeux du sommet Franco-Italien du 20 novembre.

11 Novembre 2013, 21:17pm

Publié par Acac73

A Rome, ce 20 novembre, aura lieu le sommet franco-italien au cours duquel doit être entériné le projet du Lyon-Turin ferroviaire.
Ce sommet sera un échec s'il ne notifie pas le lancement immédiat des mesures ci-dessous, annoncées depuis longtemps mais toujours en attente d’exécution :

  • la commande, urgente, de nouveaux wagons Modhalor pour permettre à l'autoroute ferroviaire alpine d'augmenter sa capacité qui arrive à saturation (94% le mois dernier soit 3407 poids-lourds transportés).

  • le lancement immédiat des travaux du nouveau terminal de l'autoroute ferroviaire à Grenay, dans la banlieue lyonnaise, ainsi que l’adaptation des voies entre Chambéry et Saint-André-le Gaz. Cela permettra de soulager l'autoroute A43 et la VRU de Chambéry du flot ininterrompu de poids-lourds,

    http://ddata.over-blog.com/0/57/80/16/7_D_Llorens_RFF_Cotita_ERC.pdf
  • l'instauration des mêmes règles entre le tunnel du Fréjus et du Mont-Blanc sur les poids lourds les plus polluants ( interdiction des poids lourds EURO 1 et 2 / instauration de la même surtaxe sur les EURO 3 ),

  • l'interdiction des poids-lourds de 44 tonnes au tunnel du Mont-blanc et du Fréjus. Du fait des forts dénivelés dans les vallées, ceux-ci renforcent le risque d'accident. Il faut revenir à une autorisation des 44 tonnes juste pour l'accès à l'autoroute ferroviaire, comme cela se faisait avant que la FDSEA obtienne sa généralisation il y a deux ans. Il faut noter que ces gabarits coûtent plusieurs dizaines de millions d'euros par an aux collectivités, du fait de l'usure plus grande des routes.

  • le lancement immédiat du creusement du premier tube du tunnel de base du Lyon-Turin en Maurienne comme cela a été annoncé le 2 décembre dernier.

 

Vote du projet du Lyon-Turin par les députés le 31 octobre.

Nous nous félicitons du vote unanime, à l'exception d'EELV et du FN, de l'accord franco-italien sur la ligne ferroviaire Lyon-Turin.

http://www.assemblee-nationale.fr/14/scrutins/jo0679.asp

 

Panique chez les opposants et position cafouilleuse de la Cour des Comptes.

Les opposants n'ont pu éviter un débat contradictoire à l'Assemblée Nationale. Leur porte-parole a ainsi affirmé que la voie historique était sécurisée, ne nécessitait pas de travaux et devrait être utilisée à saturation avant de lancer les travaux du Lyon-Turin.

Les défenseurs du lac du Bourget apprécieront … La mise en danger est caractérisée car tout le monde sait que le tunnel ferroviaire actuel du Mont-Cenis ne comporte aucune issue de secours sur ses 13 km.

Quant à la cour des Comptes, à l'origine de rapports très critiques sur le ferroutage, le Lyon-Turin et les TER sur lesquels s'appuyaient les opposants pour justifier leurs arguments, les réponses de son représentant sont aujourd’hui, très alambiquées et plus vraiment affirmées.

Vous pouvez voir ce débat, dont les opposants n'ont bien sûr fait aucune publicité, sur les liens ci-dessous :

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.4769.commission-des-affaires-europeennes--le-lyon-turin-22-octobre-2013

http://www.assemblee-nationale.fr/14/europe/c-rendus/c0089.asp

 

Nouvelle politique de la Motte-Servolex :
une opposition de façade au tout-routier, mais bien réelle sur le ferroviaire ?

 

Cette semaine, le maire de la Motte-Servolex a fait voter une subvention de 1000 € pour participer au recours contre la Déclaration d'Utilité Publique des accès français au Lyon-Turin.

 

La D.U.P. de l'élargissement de l'autoroute A43 n'a pas eu droit au même égard en début d'année. Pourtant, sur ce dossier, aucun débat public n'a eu lieu malgré l'alternative, exigée par le commissaire enquêteur, de limiter ce tronçon à 110 km/h afin de diminuer
la pollution, les nuisances sonores et le risque d'accident. Celle-ci a été balayée par le préfet au motif ahurissant que le débat avait déjà eu lieu en 2011 dans un obscur bureau du ministère des Transports !

Ce recours contre la D.U.P. des accès au Lyon-Turin repose principalement sur des arguments fallacieux et contradictoires et, de plus, il ne propose aucune alternative concrète et réaliste.

Si jamais il était suivi, il laisserait le champ libre à la transformation définitive de la Savoie en couloir à camions !

Lire la suite

Projet de l'axe de la Leysse : abandon du pont routier Cassine-Gambetta ?

7 Novembre 2013, 22:10pm

Publié par Acac73

 

L'enquête publique est maintenant close depuis quasiment 4 mois (12 juillet 2013) et la

commission d'enquête n'a toujours pas rendu son rapport.

La presse s'est fait écho en ce début de semaine que « Le pont Cassine-Gambetta pourrait ne pas

se faire », les difficultés budgétaires actuelles de l'agglomération pourraient hypothéquer la

réalisation de ce pont routier.

Vous pouvez voir l'interview des élus de Chambéry Métropole et du Président de Vivre Chambéry

Autrement dans l'édition du 5 novembre 2013 de France 3 Alpes

Les associations Vivre Chambéry Autrement et Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

saluent le possible abandon de cet ouvrage d'un autre temps où il fallait que l'automobile occupe

toute la place...

Le projet de l'axe de la Leysse est réalisable et reste cohérent sans ce pont routier.

Et c'est bien pour cette raison que nos associations ont demandé et obtenu l'organisation d'une

réunion publique pendant l'enquête. Cette réunion s'est tenue le 3 juillet 2013 dans le respect

de chacun, et nous avons à cette occasion présenté les solutions crédibles pour éviter la

construction du pont Cassine-Gambetta, faciliter la mobilité durable et diminuer la circulation

automobile dans toute l'agglomération.

Nous nous tenons à la disposition des élus pour travailler sur ces alternatives que Monsieur

Besson, Président de Chambéry Métropole, semble enfin vouloir envisager (« s'il y a une alternative

on est preneur »).

Chambéry Métropole et la ville de Chambéry doivent faire des choix budgétaires, et personne ne

comprendrait que la priorité soit donnée à la réalisation du pont routier Cassine-Gambetta !

 

NON au pont routier Cassine-Gambetta !

OUI à des aménagements cohérents :

Transports en commun efficaces, voies cyclables, cheminements piétons.

Lire la suite

L'omerta sur la transformation de la Savoie en couloir à camions continue en toute impunité !

20 Octobre 2013, 21:02pm

Publié par Acac73

Pendant ce temps, les opposants au Lyon-Turin et leurs nouveaux amis d'Europe Écologie Les Verts dénigrent le ferroviaire, font la promotion d'alternatives "bidons" et abusent de la crédibilité des citoyens :
la sincérité et la pédagogie ont laissé la place à la démagogie et à l'idéologie...


- Déversement haut savoyard de 100 000 poids lourds les plus polluants sur Chambéry et la Maurienne.
- Opposants au Lyon-Turin et élus EELV portent plainte, de manière géométriquement variable, pour mise en danger d’autrui, mettent en cause la SNCF et … épargnent  les autoroutes.


Il est urgent :    

- d'abandonner tout nouveau report de la redevance poids lourds, 
- de mettre en œuvre les mêmes interdictions poids lourds entre le Mont-Blanc et le Fréjus,
- de mettre également en œuvre les travaux pour créer la plateforme de l'autoroute ferroviaire à Grenay,
- de commander immédiatement de nouveaux wagons «Modhalor» pour augmenter la capacité de l'autoroute ferroviaire entre la France et l'Italie,
- de réattribuer les 6 milliards d'euros de cadeaux destinés aux sociétés d'autoroutes, au ferroviaire,
- de lancer les travaux du tunnel de base du Lyon-Turin en Maurienne.

Voir le dossier sur ce lien

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>