Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

En Languedoc Roussillon," les écologistes veulent un train à 220 km/heure". En Rhône-Alpes, ils préfèrent garder le réseau ferré du 19°siècle.

2 Décembre 2012, 21:55pm

Publié par Acac73

 

Europe Écologie Les Verts Languedoc-Roussillon estime que le développement du transport et du fret ferroviaires doit être une priorité. Le chemin de fer reste l’alternative de choix par rapport au transport routier, tant pour les voyageurs que pour les marchandises.

 

C'est la motion qui a été votée par les élus d'Europe Écologie Les Verts du Languedoc-Roussillon le 8 octobre dernier. Ils précisent également que : « L’achèvement des 150 derniers kilomètres manquants de la nouvelle ligne ferroviaire ayant vocation à doubler l’historique apportera les conditions nécessaires pour susciter un fort report modal depuis l’autoroute A9 surchargée de poids lourds en provenance ou à destination de la péninsule ibérique. »

 

Si dans le Languedoc Roussillon, on pense que la meilleure solution pour les marchandises est une nouvelle ligne ferroviaire mixte fret et voyageurs à 220 km/heure, à l'inverse en Rhône-Alpes, certains veulent nous faire croire que le merroutage serait la meilleure solution pour le trafic de l'Espagne vers le nord de l’Italie ainsi que l''utilisation d'une ligne ferroviaire de montagne conçue, il y a 150 ans, pour les locomotives à vapeur.

 

http://languedocroussillon.eelv.fr/2012/10/16/ligne-nouvelle-montpellier-perpignan-faisons-encore-un-effort-pour-reussir/

http://languedocroussillon.eelv.fr/2012/08/13/lgv-les-ecologistes-veulent-un-train-220-kmh/

 

http://elus-rhonealpes.eelv.fr/2012/11/30/lyon-turin-un-tunnel-pour-rien/

 

 

C'est d'ailleurs également la position de la Cours des Comptes qui prend exemple sur la Slovénie et la Hongrie dans son réquisitoire contre le Lyon-Turin. Pour notre part, nous prenons plutôt exemple sur la Suisse et l'Allemagne.

 

Abus de crédibilité

On est habitué à ce que les arguments fallacieux des opposants au Lyon-Turin soient repris par certains sans débat contradictoire. C'est encore le cas avec la FDSEA et la Confédération Paysanne qui, dans leurs communiqués contre le LT du 26 et du 28 novembre, reprennent les mêmes affirmations erronées, comme par exemple :

 

« Nous exigeons pour des raisons environnementales que les camions ne circulent plus à vide aux passages transfrontaliers du Fréjus et du Mont-Blanc et que les camions circulant par Vintimille transitent sur les autoroutes maritimes soutenues par l'Europe. »

Vouloir faire croire que des transporteurs routiers roulent à vide pour le plaisir est désolant.

La copie de cette affirmation est d'autant plus surprenante que chaque année, des dizaines de milliers de poids lourds, affrétés par des agriculteurs français pour transporter en ITALIE plus d'un million de broutards, reviennent à vide en France.

 

« Nous pensons qu'il est indispensable de moderniser les infrastructures existantes. »

 

Pourquoi mettre plus d'un milliard d'euros pour doubler la ligne Chambéry-Saint André le Gaz, qui en raison de sa sinuosité, est limitée de 50 à 90 km/heure.

Cela serait un vrai gaspillage d'argent public et un vrai bonheur pour la fréquentation de l'autoroute A43 qui elle, est limitée à 130 k/ heure.

 

 

Pendant ce temps, les projets autoroutiers continuent à avancer tranquillement.

 

A la Motte-Servolex, contrairement au projet Lyon-Turin, silence assourdissant du Maire Luc Berthoud et du Député Dominique Dord sur l'élargissement de l'autoroute A43 (disparation d'un hectare de terre agricole par km et par côté) et sur le doublement du tunnel routier du Fréjus (concentration du trafic poids lourds en Savoie)

 

Leur position est d'ailleurs très cohérente, si la nouvelle ligne mixte Lyon Turin est abandonnée, il faudra bien faire passer le trafic poids lourds quelque part. Tout le monde sait que la ligne historique qui longe le lac du Bourget, traverse Aix les Bains, Chambéry et grimpe à 1350 mètres d'altitude à Modane, sera de moins en moins concurrentielle, aidée en cela par l'autorisation récente des poids lourds de 44 tonnes et la généralisation du cabotage international.

 

 

Pendant ce temps, les camions les plus polluants sont envoyés sur Chambéry.

 

A Chambéry, silence assourdissant également des élus Verts, Noël Communod et Gérard Blanc sur l'absence de mesure d'interdiction des poids lourds les plus polluants au tunnel du Fréjus.

 

Est-ce cela la région Savoie qu'ils appellent de leurs vœux avec Chambéry et la Maurienne transformées en couloir à camions ?

Lire la suite