Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

Les alternatives «bidons» des opposants au #LyonTurin

12 Mai 2013, 18:08pm

Publié par Acac73

 

Pour éviter la transformation définitive de Chambéry et de la Maurienne en couloir à camions, la seule alternative possible, pour nous, serait un partage des trafics poids lourds entre le Mont-Blanc et le Fréjus ainsi que des trafics ferroviaires entre Chambéry, Grenoble et la Côte d'Azur.

 
Cette alternative est malheureusement déjà bien enterrée! Il est acté que :


- à Chamonix, le tunnel du Mont-Blanc a une « vocation touristique » (propos du président des tunnels du Mont-Blanc et du Fréjus dans l'Essor Savoyard du 28 mars 2013). Seul le tunnel du Fréjus sera doublé pour sécuriser le trafic poids lourds.


- à Grenoble, la rénovation de la ligne ferroviaire est destinée uniquement à l’accroissement du nombre des TER et des TGV.


- sur la Côte d'Azur, le projet de la nouvelle ligne PACA concerne uniquement les TGV.

 

La promotion récurrente d’alternatives fallacieuses, pourtant connues depuis 10 ans pour certaines, nous désole.

Notre association se tient à la disposition de tous ceux qui souhaiteraient avoir un vrai débat contradictoire pour ne pas abuser de la crédulité de nos concitoyens et ne pas participer à la diffusion de fausses informations.

 

Les problèmes de pente des lignes historiques : l'exemple Suisse passé sous silence.

Nous sommes attristés par les propos de M. ESSIG, ancien président de la SNCF de 1985 à 1987, ainsi que par ceux de l'ancien chef de la gare de Modane qui indiquent que les problèmes de pente ont été réglés depuis toujours par les chemins de fer et qu'il est possible, avec les nouvelles locomotives de tirer ce que l'on veut.

Pourquoi les Suisses réaliseraient-ils trois grands tunnels ferroviaires s'il suffisait de tripler les locomotives ou de les remplacer par d'autres, conçues pour les steppes d'Asie Centrale, pour rendre concurrentiel et attractif le transport ferroviaire de marchandises à travers les Alpes, en gardant des lignes du 19ème siècle ?

Les opposants au Lyon-Turin prennent exemple sur le projet d'un tunnel sous Gibraltar abandonné depuis longtemps : de qui se moque-t-on ?

Voir vidéo à 18mm et 21mm30 : http://vimeo.com/64201772

 

R-SHIFT-R : une usine à gaz pour le ferroutage

En 2002, lors de la première présentation de ce projet, ses promoteurs avaient bien diagnostiqué les handicaps de la ligne historique (« Par exemple une rame de 550 m et 1200 tonnes doit comporter au moins trois locomotives pour monter à Modane par temps de pluie »).

Pour solutionner cette problématique, les auteurs de ce projet proposent de motoriser chaque wagon. Quel est l’intérêt de développer ces wagons motorisés pour la seule ligne Lyon-Turin alors que la Suisse et l'Autriche ont choisi de réaliser des tunnels gommant la pente des lignes historiques ?

De plus, pour permettre à ces « gros » wagons motorisés de traverser les tunnels et les ponts existants, les concepteurs ont prévu des bogies articulés permettant d'abaisser la garde de chaque rame de 250 à 50 mm de la surface des rails.

Comment ce projet, d'une complexité ahurissante, a pu bénéficier de près de 500 000 euros de subventions pour réaliser une étude mécanique simpliste d'un niveau de stage étudiant alors qu'un simple examen technique préalable aurait démontré sa non viabilité.

Voir vidéo à 20 mm : http://vimeo.com/64201772

http://lyonturin.eu/documents/docs/R-SHIFT-R%20rapport%20final%20vf.pdf

 

Transformation de la voie historique : une proposition fallacieuse et irréaliste

C'est le plan B de M. DORD et des opposants. Ceux-ci citent pour exemple les accès autrichiens au tunnel du Brenner.

Quand on examine un minimum les documents, on peut se rendre compte, qu'en réalité, c'est une deuxième ligne en tranchée semi-couverte qui a été réalisée sur les coteaux de la vallée autrichienne. Où a-t-on la place de créer une deuxième ligne le long du lac du Bourget, dans la traversée des agglomérations de Chambéry et d’Aix-les-Bains. De qui se moque-t-on encore ?

voir diapo n°15 http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/98/23/11/TGV/PlanB-L-T-total-05-2011--1-.pdf

Voir vidéo à 21.45 mm : http://vimeo.com/64201772

 

Priorité aux infrastructures pour les importations en provenance de la Chine ?

C'est le discours qui a été tenu aux 200 invités de la réunion de Dominique DORD et des opposants aux Lyon-Turin, à la Motte-Servolex, le 19 avril dernier.

A l'heure où toute l’Europe demande à ce que la production soit relocalisée, nous sommes sidérés d'avoir entendu de tels arguments !

http://lejt.tv8montblanc.com/Dominique-Dord-contre-le-Lyon-Turin_v6549.html

Si effectivement le trafic stagne dans les Alpes du nord entre la France et l'Italie et particulièrement en Savoie, il reste considérable.

La Suisse, dont le trafic poids lourds est moins important, réalise trois tunnels pour le réduire de moitié.

Nous regrettons que Dominique DORD et les opposants au Lyon-Turin n'aient pas cette ambition pour notre région.

 

L'arrêt immédiat du Lyon-Turin finirait de transformer Chambéry et la Maurienne en couloir à camions!

Les opposants réclament l'arrêt immédiat du Lyon-Turin qui, selon eux, n’hypothéquera en rien l'avenir.

Propos parfaitement hypocrite : tout le monde sait très bien que les subventions de l'Europe se reporteront sur d'autres projets et qu'il n'y a aucune garantie de les retrouver !

 

Omerta

Grand silence par contre pour le doublement du Fréjus, les élargissements de l'autoroute A43 sur l'emplacement de l'échangeur du contournement autoroutier de Chambéry.

Grand silence sur le renvoi en cours des poids lourds les plus polluants ( EURO 1, 2 et 3) du Mont-Blanc sur Chambéry et la Maurienne, prélude au renvoi de la quasi-totalité du trafic poids lourds à l'ouverture du deuxième tube du tunnel routier du Fréjus...

...Ou alors, juste quelques échos incroyables de la part des opposants : le report du trafic du Mont-Blanc vers le Fréjus est « sans doute » expliqué par les mauvaises conditions climatiques !

http://lyonturin.eu/communiques/docs/communiqué20130314.pdf

 

Accélération du doublement du Fréjus par la France

Il a souvent été dit que le doublement du Fréjus était la volonté des Italiens.

Pourtant, dans un silence assourdissant car malgré ses obligations, la Société Française du Tunnel Routier du Fréjus ne communique plus depuis 1 ans : http://www.tunneldufrejus.com/web/guest/galerie , la France a enclenché le turbo pour accélérer le doublement du Fréjus sans qu'il n'y ait, par ailleurs, la moindre action des «opposants aux grand travaux».

Il était prévu que la galerie soit creusée simultanément, à chacune des extrémités, par 2 tunneliers.

Il y a quelques semaines, la France ayant terminé ses 6 kilomètres et l'Italie n'ayant pas commencé, il a été décidé que le tunnelier français continuerait jusqu’à l’extrémité italienne.

On ne sait rien de la destination des 12 millions d'euros d'économies qui ont été ainsi réalisés. Nous demandons, comme cela avait été indiqué lors du dernier sommet franco-italien, qu'ils soient affectés aux priorités ci-dessous :

 

Les priorités absolues sont pour nous :

  • interdire les camions les plus polluants au Fréjus comme au Mont-Blanc,

    (Les camions aux normes EURO 1, 2 sont interdits seulement au Mont-Blanc, ceux aux normes EURO3 subissent une surtaxe uniquement au Mont-Blanc.)

  • interdire les 44 tonnes aux Fréjus et au Mont-Blanc,

    (Augmentation du risque d'accident tragique par ces méga-poids-lourds du fait du dénivelé important

    du tunnel du Fréjus à Chambéry qui met à rude épreuve les freins. Il est impératif qu'ils empruntent uniquement l'autoroute ferroviaire comme cela est prévu depuis son lancement.)

  • sécuriser immédiatement la VRU de Chambéry,

    (Ajouter uniquement des panneaux de limitation de vitesse variable en 2015 ne correspond absolument pas au trafic supporté actuellement.)

  • lancer la réalisation du tunnel de base du Lyon-Turin,

    un coût de 2 milliards d'euros pour la France sur 12 ans et 3 milliards de subvention par l’Europe sans oublier plusieurs milliers d'emplois à la clé

  • lancer la réalisation du terminal de ferroutage dans la banlieue lyonnaise.

    (Il serait souhaitable que les opposants s'engagent précisément pour la plate-forme de ferroutage à Grenay dans la banlieue Lyonnaise : la FRAPNA Région la voudrait à Ambérieu, Dominique DORD à Grenay.)

Devant 600 personnes, à la réunion publique de notre association en mars 2009, Dominique DORD avait attiré l'attention de l'assistance sur la plate-forme de chargement du Lyon-Turin :

«Nous devons à tout prix empêcher qu'elle soit créée à Ambérieu. Sinon, nous verrons notre ligne ferroviaire historique encombrée par les trains de marchandises, le long du lac du Bourget et dans les agglomérations de Chambéry et Aix-les-Bains. Cette ligne doit être préservée et proposer un service de trains express régionaux de qualité »

http://www.la-vie-nouvelle.fr/actualite/L-association-anti-contournement-autoroutier-de-Chambery-est-attentive-644.html

voir pages 7,8 et 20 sur http://lyonturin.eu/documents/docs/Avis%20Lyon%20Turin%20FRAPNA%20Total.pdf

Il est certain que l'action contradictoire de la FRAPNA Région et de Dominique DORD ainsi que le silence des opposants au Lyon-Turin n’accéléreront pas la mise en place de cette plate-forme qui pourrait rapidement enlever 100 000 poids-lourds par an de la VRU de Chambéry et de l'autoroute A43.

Lire la suite