Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Association Anti Contournement Autoroutier de Chambéry

Tragédie de la VRU : rien n'est fait pour éviter qu'un tel accident ne se reproduise !

29 Janvier 2017, 22:52pm

Publié par Acac73

photo du Dauphiné Libéré du 13 avril 2012

photo du Dauphiné Libéré du 13 avril 2012

Cette semaine, lors du procès du tragique accident d'avril 2012, le Dauphiné Libéré, dans son édition de jeudi, a relaté les propos des proches des victimes : « Nous avons pleuré nos victimes mais ce que nous ne voulons pas, c’est qu’un tel accident se reproduise. »

 

Ceux-ci s'interrogent également sur le fait qu' aucune mesure n’ait été prise, après cet accident, sur la VRU au trafic saturé si ce n’est le rajout, bien dérisoire, d’un radar supplémentaire. Pourquoi ne limite t-on pas sur cet axe la vitesse des camions à 70 km/h et ne leur interdit-on pas de dépasser ? Pourquoi n’a t-on pas édifié un mur en béton entre les deux axes de circulation ?

Limitation de Vitesse sur la VRU à 70 km/heure suivant la densité du trafic : la nouvelle majorité de l'agglomération est contre.

 

Un an après la tragédie, en 2013, la préfecture avait annoncé «la mise en place d’un système de régulation dynamique des vitesses afin d’adapter les vitesses à la densité du trafic». Aujourd'hui ces panneaux d'affichage sont en service, mais sont uniquement utilisés pour annoncer les réductions de vitesse en cas d’épisode de pollution.

 

Effectivement, si en décembre 2013, sous la mandature Besson, le vœu demandant une réduction de vitesse sur la VRU avait été adopté à la quasi-unanimité, la nouvelle majorité a du supprimer la référence à 70 km/heure pour arriver à dégager une majorité pour le même vœu en juin 2015 mais sans référence de vitesse, ce qui ne veut rien dire.

 

On rappellera quels sont les vices-présidents de l’agglomération qui ont tenu la fronde contre la limitation de vitesse : David Dubonnet (maire de Barberaz) , Christophe Richel maire de Saint Baldoph), Michel Dyen (Saint Alban Leysse) et Jean Maurice Venturini (Montagnole).

 

100 millions d'euros pour un doublement de l'échangeur autoroutier de Chambéry nord mais pas un centime pour des barrières de sécurité dignes de ce nom sur la VRU !

 

Dans le Dauphiné du lundi 23 janvier, on a également appris que les élus de l'agglomération et la préfecture négociaient avec AREA ,depuis 2 ans, le doublement de l’échangeur autoroutier pour un montant estimé entre 70 et 110 millions d'euros.

Pourquoi n'ont-ils pas exigé que la VRU soient également sécurisée ?

On rappellera que ce projet pharaonique n'est en aucun cas financé par AREA mais par les usagers de l’autoroute à travers des augmentions supplémentaires des péages.

 

Au lieu d'un nouvel et somptueux échangeur autoroutier, les usagers ne préféraient-il pas que leur argent aille dans des projets facilitant le covoiturage (augmentation de la capacité du parking d'échange), diminuant le trafic poids-lourds (ferroutage), favorisant la multimodalité ( connexion avec le réseau de transport en commun) et augmentant la sécurité sur la VRU (barrière de sécurité en béton) ?

Comme pour le nouveau plan de circulation, ces élus estiment avoir la science infuse et se gardent bien de toutes concertations avec les associations.

 

A l'inverse du Mont-Blanc, les poids-lourds les plus dangereux sont toujours autorisés en Savoie !

 

Au tunnel du Mont-blanc, depuis 4 ans, les poids-lourd mis en service avant le 1er janvier 2001 (EURO1 et 2) sont interdits.

En Savoie, au tunnel routier du Fréjus, ce sont uniquement les poids-lourds mis en service avant le 1er janvier 1993 qui sont interdits.

De plus, ces poids-lourds autorisés en Savoie sont trente fois plus polluants que les derniers, à la norme EURO6.

On salue ici les associations de la vallée de l'Arve qui sont en passe d'obtenir l'interdiction des EURO3 pour le prochain hiver.

Nous regrettons vivement d’être si peu nombreux à demander des interdictions identiques entre les deux tunnels !

En attendant, ne nous étonnons pas de voir des camions « poubelles » en direction ou en provenance de la Maurienne, sur la VRU...

Tragédie de la VRU : rien n'est fait pour éviter qu'un tel accident ne se reproduise !

Lire la suite

Alternatives au Lyon-Turin : la grande imposture !

13 Janvier 2017, 20:24pm

Publié par Acac73

Alternatives au Lyon-Turin : la grande imposture !

Ce jeudi soir, François Mauduit (élu du parti de Dupont-Aignan sur la commune de Barberaz) et Daniel Ibanez (colistier de Michèle Rivasi et Jean-Charles Koohlhhas) présentaient, devant une trentaine de personnes sur la commune des Marches, leurs dix propositions pour mettre un million de camions de marchandises sur le rail, par l'ajout de 100 à 150 trains par jour sur la ligne existante.

 

 

Deux autres réunions sont prévues également sur les communes

de Chimilin et la Motte-Servolex qui, comme Les Marches, ne sont pas traversées par la ligne historique Ambérieu / Aix-Les-Bains / Chambéry / Barberaz / Montmélian

mais impactées par le projet de nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin !

 

De qui se moque t-on ?

 

 

Il aurait été honnête d'informer, les milliers de riverains immédiats de la ligne existante, de leur proposition de faire passer une centaine de trains supplémentaires, chaque jour et nuit, y compris le week-end, 350 jours par an...

 

 

Une quatrième réunion dans la vallée de l'Arve ou comment mieux renvoyer les poids-lourds sur Chambéry ?

 

Nous connaissons déjà le discours qui va être tenu : la ligne historique, qui passe chez leur voisin savoyard, est largement en capacité de prendre tout le trafic poids-lourds qui passe dans le tunnel routier du Mont-Blanc. Nul doute que cette réunion rencontrera un immense succès auprès de nombreux Haut-Savoyards qui souhaite la diminution drastique du trafic routier dans leur vallée !

 

 

Comment arriver à rajouter entre 100 et 150 trains par jour sur la ligne existante ?

 

Pour D. Ibanez et F. Mauduit, c'est très simple, il suffit de faire disparaître les quelques 40 passages à niveau qui existent sur la ligne historique entre Ambérieu et Modane... En effet, avec une telle cadence, les barrières des passages à niveau n'auraient pas le temps de remonter avant l’arrivée du train suivant.

 

 

La solution miraculeuse en 2017 est le transport de marchandises par conteneur !

 

Après le chargement des remorques des poids-lourds sur le projet délirant de wagons motorisés r-shift-r en 2013, après le chargement de poids-lourds complets sur des wagons à petites roues en 2015, l'accent est mis désormais sur le chargement de conteneurs sur les wagons spéciaux (kangourou, à pince, etc...).

Une dernière solution pour justifier le chargement d'un million de poids-lourds sur une centaine de trains supplémentaires par jour au lieu de 700 000 que comptaient les précédentes solutions.

Les temps de chargement, dans ces diverses propositions, sont par contre complètement occultés ainsi que le fait que ces conteneurs sont adaptés pour des marchandises en provenance de Chine par bateau, ce qui n'est pas le cas du trafic sur l'axe Lyon-Turin !

 

Le débat démocratique est interdit quand les opposants au Lyon-Turin parlent.

 

Ce jeudi soir, à la fin de la présentation de D. Ibanez et F. Mauduit, il a été impossible d'engager un débat et il a été clairement dit qu'ils ne souhaitaient pas écouter d'autres avis.

Nous sommes loin des ateliers citoyens de Notre-Dame-des-Landes pour lesquels Françoise Verchere, porte-parole des opposants au nouvel aéroport, a organisé des débats contradictoires à Nantes et sur la commune de l'actuel aéroport de Nantes.

 

http://www.nouscitoyens.fr/debat-citoyen-notre-dame-des-landes/

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/notre-dame-des-landes-400-500-personnes-au-debat-citoyen-3846792

 

 

La transparence n'est pas de mise quand les opposants au Lyon/Turin présentent leur solutions.

 

A la demande que l'intégralité de la réunion du jeudi soir soit disponible sur Internet, M. Ibanez a répondu que ce n'était pas possible : la réunion a pourtant été entièrement filmée par leurs soins !

 

 

Pourquoi une telle attitude si ces propositions sont vraiment réalisables ?

 

 

 

Lire la suite

Pierre Meriaux : contre le Lyon-Turin à tout prix

5 Janvier 2017, 21:35pm

Publié par Acac73

Pierre Meriaux : contre le Lyon-Turin  à tout prix

Le scandale démocratique : la manipulation des chiffres

Pour essayer de justifier son opposition à la nouvelle ligne ferroviaire entre Lyon et Turin, Pierre Meriaux, adjoint à la ville de Grenoble et membre du Conseil d'Administration de la Société Française du Tunnel Routier du Fréjus avait publié un communiqué en juin dernier pour nous assurer de la baisse du trafic poids-lourds entre la France et l'Italie avec une prévision de 11 000 poids-lourds de moins en 2016 pour le seul tunnel routier du Fréjus.

http://unevillepourtous.fr/2016/06/23/malgre-la-cop-21-le-report-des-camions-sur-le-rail-nest-toujours-pas-prioritaire/

 

 

Pierre Meriaux n'a pas de chance, si effectivement la S.F.T.R.F ne publie aucun chiffre, son homologue italien, la S.I.T.A.F publie chaque mois l'évolution du trafic. Et ces chiffres, dès le mois de février montraient très bien la tendance : une augmentation très forte du trafic poids-lourds.

http://www.sitaf.it/index.php?option=com_k2&view=item&layout=item&id=67&Itemid=154

 

 

Les chiffres définitifs ont été publiés ce mercredi, donnant une hausse de 4,36 % soit 29 487 poids-lourds en plus, loin de la baisse promise de 11 000.

 

On ne s’étonnera pas également que les chiffres présentés au Conseil Municipal de Grenoble s’arrêtait en 2012, la croissance du trafic ayant redémarré en 2014 ( + 0.53%) , se confirmant en 2015 (+1.56%) malgré une crise économique toujours bien présente.

http://unevillepourtous.fr/2016/04/15/ferroviaire-il-y-a-bien-dautres-priorites-que-le-lyon-turin/

 

 

A quand l'interdiction des poids-lourds les plus polluants au tunnel du Fréjus

On se demande bien à quoi sert Pierre Meriaux au Conseil d'Administration du Tunnel Routier du Fréjus à part à faire le jeu des sociétés d'autoroutes. Nous ne l'avons jamais entendu demander l'interdiction des poids-lourds EURO1 et EURO2 au tunnel routier du Fréjus ( 30 fois plus polluant que les EURO6) alors que les élus du Mont-Blanc ont obtenu depuis 2 ans cette interdiction et exigent désormais l'interdiction des EURO3 et EURO4 et leurs renvois sur Chambéry.

http://www.grenoble.fr/269-pierre-meriaux.htm

 

 

Jackpot pour les sociétés d'autoroutes

On regrette également que la ville de Grenoble n'ait pas exigé une participation d'AREA à la création d'une nouvelle plateforme de chargement des poids-lourds dans l'est lyonnais à l'occasion de la signature du protocole de l’élargissement de l'autoroute urbaine A480 pour plus de 300 millions d'euros. En 2002, les élus avaient obtenu un cofinancement pour la construction de la plateforme d'Aiton en Savoie.

www.observatoire.savoie.equipement-agriculture.gouv.fr/PDF/Comment/AFA-01-2008.pdf

 

L’exemple Suisse

Comme l'a rappelé il y a quelques jours, l'association suisse «Initiative des Alpes » ,à l'origine de la priorité accordée en Suisse au rail par la votation de 1994, « le transfert ne se fera pas tout seul »

http://www.initiative-des-alpes.ch/initiative-des-alpes/nos_themes/transfert_sur_le_rail.html

 

Quand l'Ecologie passe après les petits calculs politiques

Comme en Suisse, on aurait pu espérer que certaines associations et élus se réclamant de l'écologie donnent la priorité à la promotion de l'EuroVignette Poids-Lourds Alpine. Celle-ci pourrait être mise en en œuvre avant l'hiver prochain, ne demandant aucune nouvelle infrastructure (surpéage autoroutier ) et aucune nouvelle loi, la directive ayant déjà été votée par l'Europe en 2011.

Simplement, cette mesure a deux défauts : comme en Suisse, elle est destinée à financer les tunnels ferroviaires comme le Lyon-Turin et le rapport de 2015 précisant sa mise en œuvre a été co-rédigé par le député PS Grenoblois Michel Destot.

http://www.micheldestot.fr/themes/international/remise-du-rapport-sur-le-financement-du-lyon-turin/

 

La suppression des passages à niveaux prioritaire pour reporter un million de camions sur le rail existant !

C'est en tout cas, la première mesure proposée à Patrick Mignola par Daniel Ibanez et Francois Mauduit (élu du parti de Nicolas Dupont Aignan). Pour information, il y en a plus de 15 000 en France.

Lire la suite